•  

    cailloux zen

     

     

    Au XVIIe siècle, le courtisan La Rochefoucauld écrivait : « Nos vertus ne sont le plus souvent que des vices déguisés. » L’altruisme peut nous permettre de nous sentir bien avec nous-mêmes mais le narcissisme est loin d’être admirable. La bonté, qui est une qualité composite où se mêlent amour, compréhension, prévoyance, empathie et altruisme, ne peut être considérée comme une vertu que si elle est dénuée d’arrière pensée, comme satisfaire son amour-propre. Aussi longtemps que nous donnons aux autres avec un esprit totalement ouvert et désintéressé, il n’y a aucun soucis à se faire quand aux bienfaits que nous en tirons. Un acte de bonté, aussi simple soit-il, qui se répercute sur l’immense toile qui nous relie tous au monde peut régénérer des sentiments positifs dans toutes les directions.

     

    Selon le principe oriental du karma, chaque mot et action sont les graines qui plus tard donneront des fruits à leur image. Cela dit, ce n’est pas la graine qui est première mais la pensée qui a engendré l’action. Par conséquent, si la pensée (la graine) est salutaire, désintéressée et sincère du point de vue de la morale, on obtient un meilleur karma, ce qui nous permet, après notre mort de renaître dans une vie plus heureuse et plus élevée spirituellement. En revanche, si la pensée est malsaine,  égoïste et fausse, notre karma ternit et notre prochaine incarne ou non à cette idée de réincarnation puisque l’on retrouve ce concept dans d’autres culture sous la forme d’expressions comme : on récolte ce que l’on a semé » ou « la bonté sourit en retour à celui qui donne ».

     

    Faire passer le désir des autres avant le notre peut s’avérer difficile surtout quand on a le sentiment de « perdre » quelque chose. On devrait toujours se souvenir qu’en étant gentil avec quelqu’un qui nous a peut-être fait du mal, on se libère du cycle néfaste du rejet de la responsabilité. L’altruisme n’est pas synonyme d’abnégation ni d’oubli de soi, bien au contraire il permet de s’affirmer et de se prendre en mains.

     

     

    Karma quotidien

     

    Méditez une fois par semaine sur les vertus de quelqu’un que vous connaissez. Commencez par quelqu’un que vous appréciez puis continuez avec une personne pour laquelle vous éprouvez des sentiments négatifs. La prochaine fois que vous rencontrerez ces personnes, rappelez-vous toutes les choses positives que vous aves trouvé en elles.

     

    Faites une geste positif de bonté lors d’une rencontre imprévue. Si par exemple, vous rencontrez une personne que vous connaissez dans la rue, proposez-lui de l’aider à porter ses courses ou offrez-lui un café pour bavarder ensemble. Ne soyez pas prisonnier du temps.

     

    Offrez des cadeaux spontanément. La prochaine fois que vous partez en vacances, achetez plein de petits cadeaux sans penser à des gens en particulier. Gardez-les toujours sur vous pour pouvoir les offrir quand vous en aurez envie.

     

    Préparez de la bonté si vous avez une réunion de prévue avec une personne que vous n’avez jamais rencontrée auparavant. Faites un geste en remerciement du temps qu’elle vous accorde. Vous pouvez, par exemple, arriver à la réunion avec des rafraîchissements.

     

     

    Mike Georges

     

     


    19 commentaires
  • A l'âge de 19 ans, Pierre Leré Guillemet vit une expérience spirituelle décisive qui le pousse à rechercher sans relâche l'Éveil. L'introspection va durer 17 ans. De nombreuses rencontres, avec des sages d'orient et d'occident, et des voyages, qui vont l'amener jusqu'aux Himalayas à la rencontre de plusieurs yogis, avec lesquels il séjourne plusieurs années. C'est finalement à son retour en France, dans la simplicité de la vie quotidienne, que se révèle la Libération tant désirée, mettant fin à toute quête. Pierre partage cette Réalisation par des moments de rencontre sous forme de questions / réponses, et des méditations en silence ou guidées.

    Pour découvrir qui est Pierre vous pouvez aussi visionner cette vidéo : https://youtu.be/uSgz6u-PrXM

     


    votre commentaire
  •  

    Banc.JPG

     

    La pratique de l'intériorisation conduit à percevoir intuitivement l’inexistence réelle du « moi ». Le moi n’étant alors plus sérieusement considéré, il n'y a plus guère d’autres à exploiter. On accède ainsi à une honnêteté totalement naturelle.

     

    Cette honnêteté est radicalement différente de celle qui est régie par des lois prétendument divines ou résolument humaines.

     

    Celui qui est naturellement honnête n'éprouve aucune difficulté pour respecter les lois naturelles, bien moins subjectives et contraignantes souvent, que celles édictées par les humains. N'exploitant personne, il ne lui faut pas lui-même se soumettre, il lui suffit de vivre et sa vie de liberté reflète l'harmonie universelle.

     

     Sur "Méditer faute de mieux"

     

     


    6 commentaires
  •  

    zakopane9

     

     

    Il est temps.

    Tu as déjà ton bâton en main.

    Et la lampe dans l'autre.

    Il y a beaucoup de broussailles sur ce chemin.

    Et il ne fait pas clair dans ce monde.

    Pourtant, si tu veux continuer à grandir,

    il faudra bien y descendre:

     

     

    en toi.

     

     

    Et ce n'est pas évident.

    Sans parent pour te juger ce que tu prends comme conseil.

    Sans femme pour te rassurer ce que tu crois être amour.

    Sans enfant pour te justifier ce que tu veux comme limite.

    Et le reste...

     

    Sans amis, sans informations déformantes, sans bruits parasites, sans éclairages colorés, sans ces drogues que l'on n'appelle pas des drogues et qui te mettent pourtant dans les pires des dépendances: ton journal, ta télé, tes DVD et tes CD, ton café du matin ou ton thé de cinq heures.

     

    Il est temps que tu descendes

     

     

    dans ta solitude.

     

     

    Car, quand on devient sujet de l'univers, on devient responsable de sa quête, et tu ne peux devenir responsable de ta quête que si tu trouves ton centre.

     

    Alors il te faut débroussailler et éclairer

    cette descente aux enfers de toi-même,

    là où la lumière est "enfermée".

    Quand tu la rencontreras, tu sauras qui tu es.

    Tu connaîtras la joie de la rencontre intérieure.

     

    De ton temps de solitude, tu sais que tu sortiras illuminé.

     

    Mais quelle trouille devant le silence,

    car là, tu te rends compte que tes garde-fous

    étaient les règles des autres.

     

    Quelle trouille devant la vérité,

    puisque là, tu te rends compte que tes vérités étaient des copies.

     

    Quelle terreur d'apprendre enfin que ce que tu croyais être liberté, n'était en fait qu'une succession d'acquis répétés logiquement intégrés l'un à l'autre.

     

    Allons, viens...descend en toi!

    Et observe le silence.

    Tu vas bientôt entendre quelqu'un parler.

    Et tu sauras que ces mots sont les tiens.

     

    Jean Hoyoux

     

     


    18 commentaires
  • Au pays de maintenant

     

    "Les regrets n’ont pas cours

    Au pays de maintenant.

    Les erreurs passées sont des marchepieds

    Pour franchir les obstacles d’aujourd'hui ;

    Les colères d’hier, exprimées,

    Les colères rentrées d’avant-hier,

    Sont des bombes à retardement

    Qui explosent, inattendues.

    Rien ne sert de se dire

    Que cela aurait pu être autrement.

    Regarde où ton cœur te mène maintenant ;

    Répare ce qui peut être réparé ;

    Laisse derrière-toi les ombres, les cendres, les débris, les ruines.

    Il n’y a pas de dommages définitifs,

    Il n’y a que des voies sans issues

    Qu’il faut avoir reconnues

    Pour ne plus les emprunter aveuglément.

    Pose tes pas et ton regard avec franchise ;

    Avance et si la peur t’encombre

    Regarde-la du même regard

    Que celui par lequel tu contemples

    Le vol silencieux des cigognes

    Contre le grand ciel rose et pourpre

    Où se meurt le soleil.

    Dans les marais salants et sur les grèves brûlantes,

    Au sein des dunes immémoriales,

    Le vol d’un aigle solitaire

    Remplit le cœur de l’homme de la lancinante beauté

    De ce qui n’a besoin d’aucun sens pour exister

    Et qui brûle comme un feu

    Que les volcans eux-mêmes envient

    Car il n’a pas de terme ni d’enjeu

    Mais se consume comme le phénix

    Pour renaître sans cesse de ses cendres".

     

    François Lorin

     

    Source

    Merci Cristina!

     


    2 commentaires
  • Pour l'expérience intérieure de bonheur et de paix profonde ॐ 

    Les Mantras sont des sons fait de sacré sanskrit syllabes, qui, ensemble, aident à mobiliser l'énergie spirituelle. Le chant des mantras, ou même simplement en les lisant, nous donne accès à notre esprit créatif, et apporte l'harmonie dans notre corps et notre esprit. Les sons peuvent réellement nous aider à apporter l'équilibre à notre physiologie, de la création de bien-être et de vitalité.
    Les Mantras sont utilisés à diverses fins, et il y a beaucoup de différents mantras selon exactement ce que vous voulez apprendre ou de se manifester.

     

    ● ▬▬ ☸ Autres Mantras ☸ ▬▬▬●
    L'Argent Mantra! Lakshmi Mantra - https://youtu.be/6b7SXLECcCA
    Mantra Pour Répondre à un Souhait de l'OM TARE TUTTARE TURE!!! - https://youtu.be/Ce3YMN8HLiw
    Gayatri Mantra de la Richesse et de la Prospérité! - https://youtu.be/ZIVXzkSwuQA
    Belle Durga mantra! Supprimer les Obstacles et les Ennemis! - https://youtu.be/vtZEGlNxkUI
    PUISSANT GREEN TARA MANTRA POUR LES VOEUX! - https://youtu.be/qFZ1emGkv40
    LE BONHEUR MANTRA! HARI BOL! - https://youtu.be/nVmsA7KPOz8
    Mahamrityunjaya Mantra! Apporte La Richesse, De Réussite, De Bonne Santé! - https://youtu.be/XujtcNpWF-8
    Plus Puissant Mantra De Shiva! Om Nanah Shivaya - https://youtu.be/0QIF9QN4m4Q
    Les Bols chantants tibétains pour la Guérison et la Méditation -https://youtu.be/vN9mJR9dGJQ
    OM SHRI GANESHAYYA NAMAH!PUISSANT MANTRA DE LA RÉUSSITE! - https://youtu.be/lVnCVYaiGyY
    ♫ Belle Musique avec le Chant des Dauphins et des sons de l'Océan - https://youtu.be/-2H86t5FHww
    ॐ Jai Jai Ganesha Ganapathi Deva! ॐ Bonne Chance, la Richesse, la Prospérité Matérielle MANTRA - https://youtu.be/PHeQLPPwPP4
    La Force de vie de l'Activation Et de Guérison de la Méditation - https://youtu.be/PYULTlSconA
    Détente Puissante Méditation de la Musique pour la Relaxation Profonde ☯ Une Heure - https://youtu.be/LbO5bs4rfqg
    L'Éveil Sept Chakras Principaux. Chakra racine de l'Activation et de l'Équilibrage de la https://youtu.be/Kn7GR7W7qvM
    Beau mantra de Guérison de l'Âme https://youtu.be/sdaI_-eVio8

     


    votre commentaire
  • http://b.imdoc.fr/1/divers/album/photo/4204511420/1609989026e/album-flanerie-nocturne-foret-img.jpg

     

     

    Elle observe
    Strolling in the night so white
    Flanant dans cette nuit si blanche
    Wondering why
    Emerveillement qui n'arrive
    It's only after dark
    Qu'apres la tombée de la nuit

    In her eyes
    Dans ses yeux
    A distant fire light burns bright
    Une flamme lointaine brule dans un scintillement
    Wondering why
    Emerveillement qui n'arrive
    It's only after dark
    Qu'apres la tombée de la nuit

    I find myself in her room
    Je me retrouve dans sa chambre
    Feel the fever of my doom
    Sentez la fièvre de ma perte
    Falling falling
    Chute, chute
    Through the floor
    A travers le plancher
    I'm knocking on the devil's door, yeah !
    Je frappe sur la porte du diable, ouais !

    In the dawn
    A l'aube
    I wake up to find her gone
    Je me reveille pour voir qu'elle est parti
    And the note
    Et le mot qu'elle a laissé
    Says "only after dark"
    Dit "Apres la tombée de la nuit"

    Burning burning in the flame
    Consumme toi, consumme toi dans la flamme
    Now I know her secret name
    Maintenant je connais son nom secret
    You can tear her temple down
    Vous pouvez démolir son temple
    But she'll be back and rule again, yeah !
    Mais elle sera de retour et régnera de nouveau, ouais !

    In my heart a deep and dark
    Dans mon coeur profond et sombre
    And lonely part
    Et ce sentiment de sollitude
    Wants her and waits for
    La veut et l'attend
    After dark (x4)
    Apres la tombée de la nuit (x4)

    After dark »


    1 commentaire
  • http://www.kamat.com/kalranga/hindu/holymen/3312.jpg

    Article et citations pris chez Emmanuel

     

    Question d'un disciple :

    Quel type de méditation pourrait m'être utile ?

    Ramana Maharshi :
    Les méditations sur des objets ne servent à rien.
    Vous devez apprendre à voir que sujet et objet ne font qu'un. En méditant sur un objet, concret ou abstrait, vous détruisez l'impression d'unité et créez la dualité.
    Méditez sur ce que vous êtes en réalité... vous découvrirez...

    Le disciple :
    Quoi ?

    Ramana Maharshi :
    C'est à vous de le découvrir. Cela se révélera.
    Accrochez-vous à cette révélation.
    Tournez votre attention vers le sujet qui perçoit.
    Il est la source de votre "je".
    Réalisez cela, c'est la tâche qu'il faut accomplir.
    Découvrez la réalité que représente ce mot "je".
    Découvrez l'entité qui est la source du mot "je".
    C'est le Soi, le Soi de tous les soi."
    Ne fixez pas votre attention sur toutes ces choses de la vie qui ne cessent de changer, ni sur la mort et les phénomènes.
    Ne pensez même pas à l'acte de voir qui vous fait percevoir ces choses, mais seulement à cela qui voit toutes ces choses, cela à qui l'on doit toutes ces choses.
    Au début, cela semblera presque impossible, mais les résultats se feront sentir progressivement.
    Cela demande des années de pratique quotidienne, mais c'est ainsi que l'on devient un maître.
    Chaque jour, pendant un quart d'heure les yeux ouverts, essayez de garder l'esprit fixé sur Cela qui voit.
    Il est en vous.
    Ne vous attendez pas à ce que "Cela" soit quelque chose de bien précis sur lequel le mental peut se fixer facilement.
    Il faut des années pour trouver ce "Cela", mais les résultats de cette concentration seront apparents en l'espace de quatre à cinq mois : paix de l'esprit, pouvoir de faire face aux ennuis, clairvoyance inconsciente.
    Je vous ai donné cet enseignement comme les Maîtres le donnent à leurs disciples intimes.
    A partir de maintenant, pendant la méditation, concentrez votre pensée non pas sur l'acte de voir ni sur ce que vous voyez, mais sur Cela qui voit.

     

    Comment percevoir notre vraie nature ?
    Cela qui perçoit est notre vraie nature.

    Hui Hai

     

    Retourne ta vision, et le secret sera là !

    Houei-Neng

     

    Tourne ton visage vers ton propre visage.
    Il n’y a personne que toi-même.

    Rûmi

     

    Au lieu de diriger la conscience vers l'extérieur ou l'intérieur, tournez-la vers elle-même et découvrez que vous êtes la Conscience même.

    Michaël Szype

     

    Soyez le thème même de votre méditation.

    Nisargadatta Maharaj

     

    Montrez-vous vous même du doigt et observez !

    Ramana Maharshi

     

    Regarde ce grâce à quoi tu regardes.
    Si tu vois cela,
    Tu vois tout.

    (Istopadesha - tradition Indienne advaita)

     

    Article et citations pris chez Emmanuel

     


    votre commentaire
  • Si vous êtes intéressé par le travail très enrichissant de Jean-Marc Mantel, écrivez-lui car il faut des mots de passe pour y accéder. (Demandez-moi son adresse mail en allant sur Contact)

     

     

    Sommaire


    1/ Enregistrements audio-vidéos

    - Depuis avril 2010, toutes les rencontres sont enregistrées sous forme de fichiers audio .mp3, incluant dialogues, méditations, approches corporelles et commentaires de textes anciens. Depuis février 2011, une partie des rencontres est également enregistrée en vidéo numérique. Une inscription préalable est nécessaire pour pouvoir accéder à ces pages de téléchargement :
    - Les enregistrements audios de 2010 sont également disponibles sous la forme d'un DVD qui inclut tous les fichiers audio mp3 disponibles sur la page des enregistrements 2010, qui ont été classifiés pour en faciliter la lecture, ce qui représente environ 150 heures d'enregistrements. Ces fichiers audio peuvent être lus par un ordinateur ou un lecteur mp3, mais non dans un lecteur de salon. Prix : 30 € port inclus pour l'Europe. Commande par ce formulaire.


    - Les enregistrements vidéos suivants sont disponibles sans inscription préalable :
     


    2/ Textes : 2002-2011


    3/ Interviews : 2002-2011


    4/ Poèmes

    Si vous lisez l'anglais, vous trouverez ici des poèmes récents. L'anglais qui les compose est simple à comprendre. Nous nous permettons donc de les proposer dans cette partie française du site.

    Certains de ces poèmes sont traduits en français :


    5/ Textes parus dans le Net-Journal Essence : 2000-2002

     


    6/ Textes : 1994-1997



    votre commentaire
  • https://i.pinimg.com/originals/d1/85/fc/d185fceed52d210318ff3451cc4709ae.jpg

    Je suis un homme avec un parapluie.
    Et, devant moi, il y a un homme sans parapluie.
    Et il pleut.
    Et je me dis : mais pourquoi pleut-il toujours.
    Pourquoi, pourquoi la pluie ne s'arrête-t-elle pas.
    Pour moi c'est pas grave, bien sur j'ai un parapluie.
    Je peux me protéger de la pluie.
    Pas vrai Carmelo ?
    Mais lui pas, lui, il n'a pas de parapluie.
    Et il est là, sous la pluie.
    Alors, je pourrais donner mon parapluie à cet homme sans parapluie,
    c'est vrai.
    Mais dans une vision globale des choses, Carmelo et moi,
    on y a déjà réfléchi, ça ne changerait rien ;
    c'est à dire que nous resterions tout de même :
    un homme avec un parapluie et un homme sans parapluie.
    A la seule différence qu'à présent ce serait moi celui qui se mouille.
    Attention, parce que le fait que ce soit moi qui ai un parapluie,
    ça ne signifie absolument pas que je sois un violent.
    Vous le savez, n'est-ce-pas, cher monsieur ?
    Moi je me protège de la pluie parce que j'ai un parapluie,
    et que mon père, déjà, lui-même, avait un parapluie,
    et que mon grand-père, aussi, avait un parapluie,
    mon arrière-grand-père avait déjà un très très beau parapluie.
    Nous, nous sommes des hommes à parapluie,
    depuis vraiment, hé hé, plusieurs générations.
    Donc, vraiment, à part le problème de la pluie,
    qui est un vrai problème, cher monsieur,
    et que je comprends très très bien ;
    eh bien, il y a lien affectif avec le parapluie.
    D'ailleurs, Carmelo, je pense que cet homme, sans parapluie,
    est probablement le fils d'un autre homme sans parapluie.
    Je pense que son père n'avait pas de parapluie,
    Que son grand-père n'avait pas de parapluie,
    que son arrière arrière arrière grand-père, bref,
    je crois qu'ils sont sans parapluie depuis plusieurs générations.
    Donc, si les choses sont comme ça depuis plusieurs générations,
    pourquoi ça devrait être à moi, maintenant, tout à coup de les changer ?
    Surtout, je le répète, dans une vision globale des choses,
    Carmelo et moi on y a déjà réfléchi, ça ne changerait rien.
    On resterait un homme avec un parapluie et un homme sans parapluie.
    A la seule différence qu'à présent ce serait moi celui qui se mouille.
    Mais on pourrait être solidaire avec lui, Carmelo. On y a pas pensé à ça.
    Je pourrais être solidaire avec vous cher monsieur !
    On pourrait lui faire un don d'un euro par sms.
    On l'a fait avec les enfants pauvres, on l'a fait avec les trisos,
    avec la dystrophie musculaire, avec les aveugles.
    On pourrait aussi le faire avec lui.
    On pourrait le faire avec vous, cher monsieur !
    Vous savez, moi je suis de son côté.
    Je suis embarrassé par ma condition de privilégié.
    J'éprouve même de la compassion pour sa condition de défavorisé.
    Mais en revanche, je ne suis pas responsable de la pluie.
    Moi, j'ai juste un parapluie.
    Dans un certain sens je suis même, politiquement, solidaire avec lui.
    Vous pouvez demander à Carmelo, s'il y avait une manifestation organisée,
    s'il y avait une pétition à signer, n'importe quoi, je serais en première ligne.
    Mais me priver de mon parapluie, eh bien,
    ça renverserait la situation sans la résoudre.
    A quoi ça servirait de le couvrir lui, pour me découvrir, moi ? A rien !
    Le monde ne change pas, seule ta place dans le monde change.
    Maintenant l'homme sans parapluie s'avance vers moi.
    Je ne suis pas dupe, je sais qu'il veut mon parapluie.
    La compréhension ne lui suffit pas.
    La compassion ne le protège pas de la pluie.
    Évidemment, il veut tout. Il veut l'amour, et le parapluie.
    Je me défendrais, je me défendrais et,
    il ferait la même chose, j'en ai les preuves.
    Pourquoi est-ce que je devrais lui donner mon parapluie ?
    Carmelo, réponds moi franchement, très très sérieusement :
    Est-ce que tu crois que, si, lui, il avait un parapluie,
    il me le donnerait, le sien ?
    Non, absolument pas, s'il avait un parapluie il le garderait,
    bien sur, très jalousement, il le défendrait, exactement,
    comme je suis en train de défendre le mien.
    Mais il a de la chance, il a beaucoup de chance,
    parce que je suis un pacifiste moi, je suis un pacifiste.
    Vous avez de la chance monsieur,
    je ne suis pas un inconditionnel du conflit.
    Alors je vous permet d'être en dessous.
    Pas dessous le parapluie bien sur, mais sous mes pieds.
    Et là, ça signifie, tout de même, être sous le parapluie.
    Moi je suis un homme avec un parapluie.
    Lui il est un homme sans parapluie.
    Mais maintenant grâce à moi,
    eh bien il se protège de la pluie.
    Je ne nie pas, bien sur, que ma condition soit meilleur que la sienne,
    mais lui ne peut pas nier que sa condition, à lui, ne se soit améliorée.
    Par exemple : je mange un morceau de pain.
    Les miettes tombent. Eh bien lui il lèche le sol.
    Grâce à moi et ma disponibilité, il se protège et il se nourrit.
    Alors, je ne nie pas que il soit plus agréable, bien sur,
    de manger un morceau de pain plutôt que de lécher
    les miettes qui sont au sol, c'est évident.
    Mais, si lui mangeait un morceau de pain
    les miettes ne tomberaient pas vers le haut.
    Moi je n'aurais rien à lécher.
    Donc lui peut profiter de mes miettes ,
    et moi je ne peux pas profiter des siennes.
    La loi de la gravité est de ton côté, mon vieux.
    Je fumes une cigarette, je jette le mégot.
    Eh bien lui tire un dernier coup.
    Objectivement, je le sais, c'est plus agréable
    de fumer une cigarette plutôt que de fumer le mégot,
    Mais moi les cigarettes je les paye,
    alors que pour lui les mégots sont gratuits.
    Donc, en résumé : il se protège, il mange, il fume et,
    en échange, il reste là, en dessous, à ne rien faire. Rien.
    Mais puisqu'il est sous mes pieds, en fait,
    peut-être que, il pourrait me les masser.
    Quoi ? Ça ne se fait pas de penser,
    ça ne se fait pas de penser comme ça,
    évidement que ça ne se fait pas.
    Enfin, moi, je veux dire que je constate, juste objectivement,
    que ça ne lui demande aucun effort de lécher le sol,
    pour ramasser les miettes qui y sont, il pourrait, au passage,
    donner un petit coup sur mes chaussures.
    Carmelo, je me trompe ?
    Je voudrais juste lui rappeler qu'avant il était un homme sans parapluie,
    et que, maintenant, grâce à moi, sa condition s'est améliorée.
    Et ça signifie pas qu'il peut rester, en dessous,
    à ne rien faire et se la couler douce. Non.
    Bien sur, c'est pas amusant d'être sous mes pieds,
    mais c'est certainement plus amusant,
    d'être sous mes pieds, que d'être sous la pluie.
    En effet, maintenant, nous pourrions affirmer que nous ne sommes plus :
    un homme avec un parapluie et un homme sans parapluie;
    nous sommes celui qui est au-dessus et celui qui est en-dessous.
    Et je suis celui qui est au-dessus.
    Et je chie, parfois, sur celui qui est en-dessous.
    J'imagine qu'il est pas content.
    Mais qu'est-ce que vous voulez que j'y fasse, moi ?
    Ça m'arrive toujours après avoir fumé, ça me stimule.
    Et puis j'ai mangé un gros morceau de pain.
    Ma mère m'a toujours dit :
    si ça rentre d'un côté, ça doit sortir de l'autre.
    C'est un fait naturel.
    C'est comme la pluie,
    A vrai dire, c'est comme la pluie.
    La pluie tombe.
    Les miettes tombent.
    Les mégots tombent.
    La merde aussi tombe.
    Tout tombe, cher monsieur.
    C'est la loi de la gravité.
    Maintenant celui qui est en-dessous se lamente.
    Il se lamente, exactement, comme quand il était sous la pluie.
    Et maintenant que je lui ai permis d'avoir un abri sous mes pieds
    avec un tas de miettes et de mégots, eh bien, il se lamente de nouveau.
    Il y a des gens qui ne sont jamais contents.
    Tu vois ce que je veux dire, Carmelo ?
    Ces gens là, tu leur donnes un doigt, ils te prennent le bras.
    Qu'est-ce qu'il veut celui d'en-dessous ?
    Il veut changer le monde ?
    Ça lui va pas comment vont les choses ?
    Le monde ne change pas.
    Seule ta place dans le monde change !
    Sous la pluie ou sous mes pieds, moi je suis solidaire avec toi.
    J'en ai fait les preuves, je t'ai laissé un abri.
    Maintenant tu te lamentes parce que je te chie dessus ?
    Si sous mon cul il y avait eu le sol, moi, j'aurais chié sur le sol.
    Sauf que sous mon cul il y a toi.
    Il y a toi qui fumes les mégots.
    Il y a toi qui lèches les miettes.
    Il y a toi qui te protèges de la pluie.
    Et si ça ne te plaît pas, vas-t-en.
    Vas-t-en, vas-t-en sous la pluie.
    Tu sais combien ils sont sous la pluie ?
    Il sont des dizaines, des centaines, des milliers.
    Certains prétendent qu'ils sont même plus d'un milliard sous la pluie.
    Et sous mes pieds il n'y a pas assez de miettes pour tout le monde.
    Il n'y a pas assez de place, il n'y a pas assez de mégots.
    Vous savez le danger est grand.
    La situation devient compliquée.
    Nous risquons de tous finir sous la pluie,
    ceux avec un parapluie et ceux sans parapluie.
    Alors je prie.
    Je prie le plus grand fabricant de parapluie, le grand parapluiseur.
    Je le prie d'interrompre immédiatement la fabrication de parapluie,
    et de se mettre à fabriquer des fusils.
    Des fusils pour nous, les hommes avec un parapluie.
    Et des fusils aussi pour les plus volontaristes des hommes sans parapluie.
    Les plus volontaristes, d'entre-eux, seulement, qui accepteront de défendre notre parapluie contre tous ces terroristes.
    Les plus volontaristes, d'entre-eux, qui accepterons de se faire chier dessus,
    pourvu qu'ils trouvent une place sous nos pieds avec un tas de miettes et de mégots.
    Nous sommes les hommes avec un parapluie mais aussi avec un fusil.

    La charrue trace le sillon, mais c'est l'épée qui le défend !!!

    (Ascanio Celestini – Discours à la Nation – L'homme au parapluie.)


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires