• L’image contient peut-être : 1 personne, texte

    Quand quelqu’un vous critique, vous fait des reproches ou vous traite de tous les noms, au lieu de rétorquer immédiatement ou de vous défendre, ne faites rien.

    Laissez l’image de votre moi être diminuée et observez avec diligence la façon dont vous vous sentez au plus profond de vous. Pendant quelques secondes, vous vous sentirez peut-être mal à l’aise, comme si vous aviez rétréci. Puis, vous sentirez une vastitude intérieure intensément vivante. Mais vous n’avez pas diminué du tout. Au contraire, vous avez pris de l’expansion. Il se pourrait ensuite que vous fassiez une découverte époustouflante : quand vous êtes apparemment diminué et que vous ne réagissez absolument pas, c’est-à-dire pas seulement extérieurement mais également intérieurement, vous réalisez que rien de réel n’a été diminué, qu’en devenant moins vous êtes devenu plus.

    Quand vous ne renforcez plus la forme de votre moi, vous vous dissociez de l’identification à la forme, de l’image mentale de votre moi. En devenant moins (selon la perception de l’ego), vous connaissez en fait une expansion et vous faites de la place pour que l’Être puisse se manifester. Le vrai pouvoir, c’est-à-dire ce que vous êtes au-delà de la forme, peut enfin briller à travers la forme apparemment affaiblie".

    Eckhart Tolle
    (Nouvelle Terre, p.182-183.)

    Image associée

    La peur, la colère, l'anxiété comme toute autre émotion ou pensée, sont des visiteurs temporaires.

    Ils apparaissent à un certain moment dans le temps, restent en toi pendant quelques minutes, puis s'en vont.

    Toi, la conscience perceptive, es là tout le temps, comme le fond sur lequel toutes les émotions et les pensées apparaissent et disparaissent.

    Penses à l'écran de cinéma et aux images qui y sont projetées.
    L'écran n'est pas brûlé par les images enflammées, ni trempé dans les images de pluie ou de cascade.

    De même, tu es l'écran sur lequel les pensées et les sentiments sont projetés.
    Tu restes intact et intact dans la réalité.

    Comprendre ta vraie position en tant que témoin non affecté de tout est le but de la pratique de la méditation.

    En d'autres termes, tu n'es pas ta peur, tu n'es pas ta colère.
    Tu n'es pas tes émotions.

    Et tu n'es pas non plus tes pensées.

    Parce qu'elles vont et viennent, mais toi tu restes la/le-même.

    Il te faudra du temps pour réaliser pleinement ce fait.

    Pourtant, cela vaut la peine de s'y attarder, car cela apporte une grande liberté et une paix intérieure.

    Prends l'habitude de regarder le contenu de ton esprit.

    Objective tes pensées et tes sentiments, en te rappelant qu'elles ne sont que des visiteurs temporaires, et que tu n'es qu'un observateur.

    Pema Chodron

     Résultat de recherche d'images pour "ciel aquarelle"

    "Quand vous savez que tout ce qui se passe n'apparaît que sur l'écran de la conscience, et que vous êtes vous-même l'écran sur lequel tout cela apparaît, rien ne peut vous toucher, vous blesser ou vous faire peur."

    Swami Annamalai

     


    votre commentaire
  • Source de l'article

    Parfois nous avons l’impression de nous vider d’énergie. Si l’acupuncture peut nous aider à refaire circuler l’énergie dans le corps, la respiration peut nous servir à nous rééquilibrer.

    Une grande partie de l’énergie dont nous avons besoin vient des aliments que nous consommons et de l’air que nous respirons. […] Sept glandes dans l’organisme sont des centres d’énergie dans les divers systèmes du corps humain. Ces sept glandes par ordre ascendant dans l’organisme sont les suivantes:

    1. Les Glandes Sexuelles: La prostate et les testicules chez l’homme, les ovaires,l’utérus, le vagin et les seins chez la femme. Ces glandes sont responsables des secrétions d’hormone, de l’énergie sexuelle et de la reproduction. On appelle souvent la glande sexuelle le four, parce qu’elle est le feu ou le producteur d’énergie qui alimente les six autres glandes. L’ensemble de ces glandes est appelé « La Maison de l’Essence ».

    2. Les Glandes Surrénales. Ces glandes sont situées sur le sommet des reins, elles participent aux fonctions des reins, des os, de la moelle osseuse et de la moelle épinière. La cortisone détruit les glandes surrénales et provoque l’anémie et l’affaiblissement des os. On appelle l’ensemble des glandes surrénales « La maison de l’Eau ».

    3. Le Pancréas, aussi appelé « La Maison de la Transhumance ».

    Il joue un rôle important dans le contrôle du système digestif entier, ce qui comprend entre autre le contrôle de la température du corps, et des taux de glucose dans le sang. Par exemple si le pancréas est faible et commence a laisser échapper des secrétions, c’est-à-dire de l’insuline dans le flot sanguin, il neutralisera le sucre qui s’y trouve et provoquera une affection appelée hypoglycémie, qui est en fait une insuffisance du taux de glucose dans le sang. Une personne souffrant d’hypoglycémie a envie de nourriture et de sucreries. Ces substances pénètrent dans le flot sanguin et stimule le pancréas ce qui occasionne une nouvelle baisse du taux de glucose dans le sang. Après cette première étape, le diabète ou hyperglycémie risque de se développer. Si cela se produit, le pancréas se met à se détériorer. […] comme les sept glandes sont reliées les unes aux autres, un mauvais fonctionnement du pancréas entraine un déséquilibre des glandes surrénales. Et ce déséquilibre affecte a son tour les glandes sexuelles et les reins.

    4. Le Thymus. Il gouverne le cœur et le système circulatoire. On peut en vérifier l’état en exerçant une pression sur un point entre les deux mamelons. Si le point est tendre, le thymus ne fonctionne pas normalement, ce qui signifie que la circulation n’est pas normale non plus. Cette glande est appelée « La Maison du Cœur ».

    5. La glande Thyroïde. Elle veille au métabolisme des cellules dans l’organisme, et gouverne la croissance. On l’appelle « La Maison de la Croissance ».

    6. L’Hypophyse ou « La Maison de l’Intelligence » régit la mémoire, la sagesse, l’intelligence et la pensée. Elle est située à la base du crane, au centre de ce qui semble être un petit trou ou une indentation.

    7. La glande pinéale ou épiphyse, qu’on appelle « La Maison de l’Esprit » agit directement sur les autres glandes, par l’intermédiaire de ses secrétions. Située vis-à-vis du 3eme œil au centre de la tête, cette glande représente le centre psychique et spirituel du corps. […] On associe […] à l’intuition et la conscience a cette glande.1

    Les pratiques yogiques ou ésotériques visualisent des couleurs psychiques émanant de ces glandes, par exemple celles-ci  :

    1. Rouge pour les Glandes Sexuelles

    2. Orange pour les Glandes Surrénales.

    3. Jaune pour le Pancréas.

    4. Vert pour le Thymus.

    5. Bleu pour la glande Thyroïde.

    6. Violet pour l’Hypophyse.

    7. Et blanc pour l’épiphyse.

    Pour se réénergétiser par la respiration, le premier point est d’adopter une bonne posture.

    Ayez une assise stable, laisser le dos épouser sa courbure naturelle tout en allongeant doucement la nuque et en rentrant légèrement le menton, le regard plongeant à deux ou trois mètre devant soi sur le sol. Abaisser les épaules, tenez les mains posées sur les cuisses. Détendez votre visage, pour cela, les lèvres fermées mais non crispée, esquissez un léger sourire. Enfin poser votre langue derrière les dents de devant, du haut.

    Maintenant, venons en à la respiration. Il existe de multiples sortes de respiration.

    Respirer profondément a la vertu de provoquer un massage interne bénéfique dans une zone du corps souvent tendue : le ventre. Se concentrer sur la respiration est aussi un moyen très efficace pour chasser les idées noires et recentrer ses idées sur le présent.2

    Ultimement on laisse la respiration aller naturellement. Mais quand on a besoin de spécifiquement travailler sur les énergies on peut utiliser certains types de respiration.

    En voici un exemple.

    1. Inspirer par le nez, gonflez votre ventre, à la fin de votre inspire gonflez votre poitrine.

    2. Retenez l’air pendant quelques secondes, sans vous mettre mal à l’aise.

    3. Expirez l’air, pour être sûr de tout expirer contractez votre ventre.

    4. Restez quelques secondes (le temps qui vous semble convenable sans que cela soit désagréable pour vous) les poumons vides, le ventre légèrement contracté.

    Quand vous maîtrisez cette technique, vous pouvez l’accompagner d’une visualisation des couleurs et des glandes. Vous n’êtes pas obligés de visualiser chaque glande. Il suffit d’imaginer la zone global où elles se situent.

    1. Le bas du ventre pour les Glandes Sexuelles

    2. La zone du ventre pour les Glandes Surrénales.

    3. Le plexus solaire pour le Pancréas.

    4. La région cardiaque pour le Thymus.

    5. La gorge pour la glande Thyroïde.

    6. Le centre du crâne pour l’Hypophyse.

    7. Et le haut du crâne pour l’épiphyse.

    Maintenant commencez vraiment l’exercice, pour cela vous pourrez guider votre respiration comme indiqué plus haut mais en même temps visualiser l’air qui rentre des couleurs indiquées plus haut. Vous accompagnerez en imagination, chaque couleur jusqu’à la zone qui la concerne. Vous pourrez pratiquer de 2 à 4 respirations pour chaque couleur par exemple comme ceci

    1. Faites 2 à 4 respirations en 4 temps (comme indiqué plus haut) en visualisant l’air de couleur rouge qui va jusqu’au bas du ventre

    2. Faites 2 à 4 respirations en 4 temps (comme indiqué plus haut) en visualisant l’air de couleur orange qui va jusqu’à la zone du ventre.

    3. Faites 2 à 4 respirations en 4 temps (comme indiqué plus haut) en visualisant l’air de couleur jaune qui va jusqu’à la zone du plexus solaire.

    4. Faites 2 à 4 respirations en 4 temps (comme indiqué plus haut) en visualisant l’air de couleur verte qui va jusqu’à la zone de la région cardiaque.

    5. Faites 2 à 4 respirations en 4 temps (comme indiqué plus haut) en visualisant l’air de couleur bleue qui va jusqu’à la zone de la gorge.

    6. Faites 2 à 4 respirations en 4 temps (comme indiqué plus haut) en visualisant l’air de couleur violette qui va jusqu’à la zone du centre du crâne.

    7. Et enfin faites 2 à 4 respirations en 4 temps (comme indiqué plus haut) en visualisant l’air de couleur blanche qui va jusqu’à la zone du haut.

    Si vous pouvez ensuite prendre le temps (tout cela vous aura pris seulement entre 5 et 10 minutes), laissez aller votre respiration à son rythme. Sentez l’énergie qui rayonne dans et de votre corps. Et avec douceur, quand vous le jugez bon, quittez votre méditation et vaquez à vos occupations du moment. Vous pouvez pratiquer cette méditation tous les jours jusqu’à sentir en vous votre corps rayonner de joie et d’énergie.


    1   http://santenature.over-blog.com/article-la-theorie-des-7-glandes-108882701.html

    2   http://www.etre-bien-au-travail.fr/sante-et-travail/fiches-pratiques/7-exercices-de-respiration-pour-apaiser-ses-tensions-retrouver-force-et-concentration

     


    votre commentaire
  • https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/736x/72/55/09/725509e4edd0950296cb4bb4157c0d0c.jpg

     

    La joie est la matière la plus rare dans ce monde.

     

    Elle n'a rien à voir avec l'euphorie, l'optimisme ou l'enthou­siasme.

     

    Elle n'est pas un sentiment. Tous nos sentiments sont soupçonnables.

     

    La joie ne vient pas du dedans, elle surgit du dehors

    — une chose de rien, circulante, aérienne, volante.

     

    On lui accorde beaucoup moins de crédit qu'à la tristesse qui, elle,

    fait valoir ses antécédents, son poids, sa profondeur.

     

    La joie n'a aucun antécédent, aucun poids, aucune profondeur.

     

    Elle est toute en commencements, en envols, en vibrations d'alouette.

     

    C'est la chose la plus précieuse et la plus pauvre du monde.

     

    Il n'y a guère que les enfants pour la voir.

     

    Les enfants, les saints, les chiens errants.

     

    Et toi.

     

    Tu l'attrapes au vol, tu la redonnes aussitôt, il n'y a rien d'autre à en faire.

     

    Et tu ris, tu ne sais que rire devant tant de richesse donnée, reçue.

     

    Tu as pourtant à faire, comme chacun, à cette chose terrible dans ta vie, à cette ombre terriblement lourde, dure, âpre.

     

    Tu lui fais place comme au reste.

     

    Tu ouvres la porte à la tristesse si aimablement qu'elle en est perdue, qu'elle en perd ses manières sombres et qu'on ne la reconnaît plus."

     

    Extraits... "La plus que vive" Bobin Christian

     

     

    -Women-Dance-Like-Affiches.jpg

     

     


    13 commentaires
  • Intuitio.jpg

    Lorsque vous avez un problème ou une question que vous n’arrivez pas à résoudre, il peut être intéressant d’interroger votre intuition. Comment faire cela ?

    C’est très simple : Commencez par poser une question relative à votre problème, de telle manière que la réponse soit oui ou non. Puis écoutez la toute première réponse qui vous arrive dans votre tête. C’est la première impression qui est la bonne.

    Ensuite, le mental prend le relais. Il parasite tout et amène le doute. Il est important d’apporter un soin particulier à la manière dont sera posée la question. Ce n’est pas : « On m’a demandé tel travail, qu’est-ce que je dois faire ? » la réponse ne sera pas forcément très claire dans ce cas.

    Il faut plutôt demander : Est-ce qu’il est bon pour moi que je réalise tel travail qu’on m’a demandé ? » La réponse sera oui ou non.

    Quelquefois ce sera un blanc, ce qui signifie que soit la question était mal posée, soit que la réponse est indifférente.

    Avec le temps les réponses deviendront plus nettes et plus complètes, mais toujours très courtes deux ou trois mots tout au plus au delà de ces quelques mots, cela veut dire que c’est le mental qui parle, donc que ce n’est pas bon.

     


    votre commentaire
  •   

    L'amour est présence. Il est la constance témoin de l'inconstance, la permanence témoin de l'impermanence. Il est le connaisseur des contraires, ne connaissant pas, dans sa nature, de contraire. Il n'y a ainsi pas de contraire à l'amour.

    Le pouvoir de l'amour est d'être libre du besoin. Il fleurit ainsi dans la plénitude de sa présence.
    Vouloir aimer appartient à la personne. L'amour est sans vouloir.

    Vouloir être aimé appartient aussi à la personne. L'amour a-t-il besoin d'amour ?

    Lorsqu'un être est aimé, il est accepté tel qu'il est. Lorsque le monde est aimé, il est accepté tel qu'il est.
    L'amour qui se réfléchit dans le mental individuel devient individualisme, égocentrisme. Lorsqu'il se réfléchit dans le mental universel, il devient universalisme, altruisme. Lorsqu'il se libère de toute réflexion, il est amour pur, unique réalité.

    Fondamentalement, être est amour. Les colères, chagrins et peurs disparaissent dans la plénitude de l'être. Ils ne sont que réactions liées à l'oubli de la nature de l'être.

    L'amour est intelligence. Il est le connaisseur du mental, et, en cela, le transcende. La pensée n'en est que son reflet, mais le reflet n'est qu'une pâle imitation de ce qu'il reflète. La voie du cœur est ainsi suprême intelligence.

    Bien que la personne soit l'expression de l'amour, elle n'en est qu'une expression tronquée. Oublieuse de ce dont elle provient, elle s'imagine détenir un pouvoir qui ne lui appartient pas. Ce n'est que le regard qui peut démasquer l'imposteur, et remettre à l'amour ce qui n'a jamais manqué de lui appartenir.

    L'abandon du pouvoir concerne la personne. Mais comment l'amour lui-même, source de tout pouvoir, pourrait-il abandonner le pouvoir ? Il est le Dieu des religions, le silence du méditant et le savoir de l'érudit. Déguisé sous des apparences multiples, il ne perd jamais le fil de ce qui est, étant lui-même le fil et la main qui l'a tissé. 

    Jean Marc Mantel

    Images

     

     


    1 commentaire
  • Fenetre.JPG

     "Il ne faut jamais vouloir aller jusqu'au bout, il faut toujours garder quelque chose pour nourrir l'imagination."

     Extrait de "Une vie bouleversée" d'Etty Hillesum

     


    votre commentaire
  • http://kriscounette.k.r.pic.centerblog.net/zen-galets-pierres-plages-biarritz-france-6365167499-848404.jpg

    Si tu trébuches toujours sur la même pierre,
    c'est qu'elle est dans ta chaussure.

     

    Décider de ses pensées...Cette vidéo est très intéressante. (patienter un peu pour qu'elle apparaisse)

     

     


    votre commentaire
  • corps-femme-arbre.jpg

    Marie Lise Labonté est psychothérapeute, auteur et formatrice. Elle possède une maitrise en orthophonie et en audiologie à l’université de Montréal, et a élaboré une méthode qu’elle pratique depuis trente ans : la MLC "Méthode de libération des cuirasses", une approche psycho-corporelle. 

    Cette méthode s’inspire de son expérience et de plusieurs années de recherche sur les "cuirasses" et sur la relation intime entre le corps et la psyché.  

    Enregitrement n°1 (25 mn)

     Si nous écoutons notre corps à travers les tensions qu'il manifeste, nous découvrons un ami qui nous livre nos propres secrets. Dans le passé, quand notre être n'a pas pu exprimer sa souffrance, notre coeur s'est refermé et notre corps a construit de véritables cuirasses pour nous protéger de la déroute. Ces cuirasses sont parfois devenues inutiles. 

    Notre corps peut nous aider à faire sauter les vieux verrous et à retrouver notre énergie vitale, notre créativité et notre joie d'exister. Sur le chemin parfois long des retrouvailles, on découvre un parallèle entre notre corps et notre système familial dans lequel nous avons construit notre personnalité. Tout se passe comme si le système de notre famille, avec son organisation interne, avec ses règles et ses lois, avait déteint dans notre corps. Dans notre recherche d'harmonie intérieure, notre corps peut apaiser notre esprit, de même que nos prises de conscience peuvent redonner au corps le plaisir d'exister.

    Enregistrement n°2 (22 mn)

    Merci Eric!

     

     

     


    2 commentaires
  • http://2.bp.blogspot.com/_6omX_IiBnTI/TTsOQZ1UvnI/AAAAAAAAAl8/5chinJmCqIw/s1600/zen-wallpaper-7.jpg

    La paix est une guerre qui érige un état impossible à décrire, qui touche aux limites du langage et qui rend l'exercice d'écrire délicat.

    Oui, il s'agit d'une guerre contre les tendances les plus délétères. Elle est la dérision face aux tracas et aux postures du quotidien. Elle est la franche rigolade au coeur des fourberies les plus viles, une aptitude à ne plus se penser comme quelque chose d'important, d'intéressant, d'utile. Je suis tranquille dès que je ne suis plus grand chose pour personne, y compris pour moi. Je fais peu. Je fais le feu, je prépare la soupe, j'épluche les patates. Je désapprends et me consacre à vivre l'hiver, saison utérine comme tu l'écris fort justement.

    Je ne sais pas de quoi sera fait tout à l'heure. Je ne sais pas non plus quels sont les composés qui ont tiré du passé ce qui a dessiné cet instant. J'attends l'heure d'aller chercher les piafs à l'école. Non, je n'attends pas. Je vis, assis, léger. Je ne suis plus en mesure d'être un guerrier en dehors des arènes de ma personnalité fissurée. Je laisse les polémiques aux polémistes, les insultes aux images blessées que j'observe s'étioler. Je polis les crevasses qui laissent passer la lumière sans la filtrer. J'élargis mes jours ; je possède la nuit. Non, je ne sais pas où tout cela me conduira et c'est très bien ainsi. Je suis content d'avoir quarante balais et même un peu plus. Je suis content de ce chemin emprunté jusqu'ici et s'il devait s'arrêter là, tout de suite, je me dirais sans tressaillir que j'ai totalement, intimement, fait ce que j'ai à faire. Vivant, je n'ai pas peur de mourir, nul besoin de m'agiter, en cet instant. Je suis reconnaissant.

    Sans doute est-ce cela "domestiquer" la mort : vivre l'instant avec une telle intensité qu'il éteint l'impression même d'être né.

    Très bel article de Nat

     


    5 commentaires
  • Mer-Eckhart-Tolle.jpg

     Extrait du livre d'Eckhart Tolle "Le pouvoir du moment présent".

    Le livre

     


    9 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires