•  

    Se savoir soi-mêmeDans la vie, l'important n'est pas de savoir quelque chose, mais de vous savoir vous-même. Quand je veux étudier le taoïsme, l'hindouisme, le christianisme, quoi que ce soit, je m'éloigne de moi-même. Il n'y a rien à étudier. Toutes ces formulations étaient faites originellement pour nous ramener à nous-même, malheureusement cela n'a pas fonctionné. Parfois elles permettent quelques éclairs, mais cela reste quand même une forme d'éloignement. Certaines personnes connaissent parfaitement le Vedanta mais ne savent rien sur leurs peurs: cela ne sert pas à grand chose. Les gens savent tout sur le taoïsme et ne supportent pas la critique, ne connaissent rien.

     Donc: revenir à ce ressenti, humblement, simplement, et vous rendre compte que c'est ce qu'il y a de plus haut. Aucun traité ne pourra vous amener aussi loin. Les traités doivent se taire pour permettre au ressenti de vivre en vous. Le seul effet d'un traité, c'est d'amener une saturation, une sorte de calme mental.

     Restez tranquille, il n'y a rien à comprendre. Dans cet apaisement, vous pourrez commencer à laisser vivre ce qui est important.

     Ces belle théories profondes ne sont là que pour calmer nos peurs. Un jour vous ne vous ruinerez plus en livres, en enseignements, ou en séminaires. Ce qui est important pour vous, c'est vous-mêmes. C'est gratuit; vous l'aurez toujours sous la main; vous n'aurez nulle part pour aller méditer, pour être tranquille. C'est votre cadeau de chaque instant. Revenir sur ce cadeau constant.

     Tout est vrai. Tout est est une manière de parler. Mais c'est une expression qui m'éloigne de ce ressenti.

     Il faut être au delà du traité pour comprendre le traité. C'est pour cela que lire des traités est une forme de barrière.

     Revenez à votre propre expérience d'être, qui est constamment disponible. Rien ne vous est éloigné. La chose la plus profonde c'est vous. Quand vous le comprenez de manière non mentale, les traités ne parlent que de vous. De manière plus ou moins maladroite, ils parlent de votre beauté. Vous les lirez comme on lit un poème, comme on caresse le genou de quelqu'un, comme on regarde la lune: sans raison. Là, les traités vont se révéler. Mais tant que vous chercherez à les comprendre, vous vous agiterez beaucoup pour peu de chose.

    Eric Barret

     


    14 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires