• 4ème règle de vie: Aparigraha

    http://4.bp.blogspot.com/_AOAM1m9N5vA/Shr2rrT1CxI/AAAAAAAACwI/VJ6R4dQIpxw/s400/worldinthepalmofhishands.jpg 
    Aparigraha signifie amasser,thésauriser.

    Ce principe est en fait l'autre facette de d'asteya. De même qu'il ne faut pas essayer de prendre ce dont on a vraiment besoin, de même on ne doit prendre ce qui n'est pas immédiatement nécessaire et qui n'est pas le fruit d'un travail. amasser des bien est un manque de confiance en la vie et risque de dégénérer très vite en avidité ou en obsession du gain .


    Combien de personnes, même déjà très à l'aise financièrement, ne pensent qu'à gagner de l'argent, encore et davantage. Mais dans quel but?

                                                                                                                              
                                                                                                                           
    Extrait de "Yoga, manuel pratique" de Jacques Choque
     
    « 3ème règle de vie: Asteya5ème règle de vie: Brahmachârya »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    15
    Dimanche 9 Juin 2013 à 20:05
    Yog' La Vie

    Bonjour Pam!

    J'ai du mal à me séparer de vieux livres dont je sais que je ne relirai pas...mais on ne sait jamais!

    Côté vestimentaire, je porte la même chose pendant 15 ans...je vois ça sur les photos. C'est surtout la flemme de faire les magasins.

    Bises

     

    14
    Pam
    Dimanche 9 Juin 2013 à 10:11
    Pam
    hello Catiechrist... ta tata ça ne serait pas ma maman ?!!!! non... mais je crois qu'en vieillissant, elles doivent barrer toujours plus de lignes sur leur répertoire... c'est dur... alors si un vieil objet même ébréché, leur rappelle un bon moment, une jolie journée... qu'importe si leurs caves et leurs placards débordent, le trop plein leur sert de matelas pour se faire un nid cocooning et se protéger d'un extérieur de plus en plus agressif à leurs yeux... on ne peut pas tous avoir des mamans, des mamies et des tatas qui ont fait un
    cheminement spirituel et se sont détachées du matériel...
    Perso, j'insiste à chaque fois que je porte un carton à Emmaüs,sur l'allégement physique et mental que j'en retire en plus du plaisir de la BA... en espérant que l'exemple l'aidera. Ma soeur quant à elle, l'a aidée à se débarrasser de toutes ses pelotes de laine dépareillées en lui faisant connaitre une merveilleuse association de tricoteuses pour les très grands prématurés pour qui on trouvent difficilement petits bonnets et autres vêtements à leur taille.
    Quant à moi, grâce à un reportage d'Arte il y a quelques années sur les conditions de fabrication des jeans en Asie et des conséquences sur la santé des travailleurs et l'environnement des usines, j'ai pris conscience qu'il ne suffisait pas d'acheter d'occase pour sortir du délire consommation et qu'avoir 5 jeans même achetés à Emmaüs ou en vide-grenier c'était trop pour une seule paire de jambes puisque ça signifiait que d'autres ne pourraient les acheter et iraient consommer neuf par ma faute !!
    On n'est pas au bout de nos efforts, heureusement ça laisse la joie de s'améliorer... alors bonne journée à tous, moi je vais allez faire un carton ou deux !!!! Pam .
    13
    Lundi 21 Septembre 2009 à 22:07
    Yog' La Vie

    Ho si, dis le me le!

    12
    Lundi 21 Septembre 2009 à 19:11
    catiechris
    lui expliquer oui, entendra-t-elle ? Enfin je te raconte pas tout !
    11
    Lundi 21 Septembre 2009 à 08:53
    Yog' La Vie

    Je lève un 1/2 doigt!

    Il faut passer une vie entière  (et plus) pour ne plus lever le doigt.
    Ce besoin incessant de matériel nous ruine et détruit le monde...
    Bon lundi Ghanda!

    10
    Lundi 21 Septembre 2009 à 08:47
    Yog' La Vie

    Deux pour le prix d'un: j'adooore!

    ....Je sens là qu'il y a de l'attachement aux coeurs!

    9
    Lundi 21 Septembre 2009 à 08:46
    Yog' La Vie

    C'est bien mimi ce petit coeur!

    8
    Lundi 21 Septembre 2009 à 08:45
    Yog' La Vie

    Bien souvent on s'identifie aux objets. Dès lors qu'on ne les a plus c'est comme une partie de nous qui disparaît en pensant (c'est inconscient) que cela nous fait perdre de notre valeur. Or, l'être dans sa profondeur ne change pas. Peut-être que tu pourrais expliquer cela à Tata.

    7
    Lundi 21 Septembre 2009 à 07:54
    gandha
    Depuis que l'enfant est sorti du ventre de sa mère , par définition , il lui manque l'unité , et plus tard , l'homme le cherche encore dans ce qui est accessible à sa conscience , selon l'endroit du chemin où il se trouve ... pas de jujement , juste un constat : Chacun ne répond pas au manque fondamental de la même manière ...
    Que celui qui ne sent pas ce manque  d'unité lève le doigt !
    6
    Lundi 21 Septembre 2009 à 06:53
    LungTa
    le même en plus clair :

    c'est bien toute la problématique de notre civilisation !

    chaleureusement

    frédéric ♥
    5
    Lundi 21 Septembre 2009 à 06:52
    LungTa
    c'est bien toute la problématique de notre civilisation !

    chaleureusement

    frédéric ♥
    4
    Dimanche 20 Septembre 2009 à 20:34
    catiechris
    et oui c'est ainsi  l'homme veut garder, posséder, avoir encore et encore, on a voulu faire le vide d'une cave chez une tata elle arrivait pas à se séparer de ses vieilleries foutues, elle nous a épuisé, on a vidé un peu et le reste attend encore !
    3
    Dimanche 20 Septembre 2009 à 11:14
    witney
    il y a souvent des peurs là- derrière, et une méconnaissance des lois de la vie,  la course à l'argent j'ai du mal à comprendre, mais bon !  il y a de tout sur terre... bon dimanche lumineux à toi ! witney
    2
    Dimanche 20 Septembre 2009 à 09:36
    sonam
    Oui de l'obsession à l'angoisse et de l'angoisse à...la crise actuelle!
    1
    Dimanche 20 Septembre 2009 à 08:28
    gazou
    Il ne faut quand même pas imiter la cigale..mais il est vrai que ne penser qu'à gagner plus est une infirmité et empêche de goûter aux vraies valeurs..Bonne journée, Yog.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :