• Imaginez une marmite remplie d'eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille.
    - Le feu est allumé sous la marmite, l'eau chauffe doucement.
    Elle est bientôt tiède.
    - La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager.
    - La température continue à grimper.
    L'eau est maintenant chaude.
    C'est un peu plus que n'apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais elle ne s'affole pas pour autant.
    - L'eau est cette fois vraiment chaude.
    La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle s'est affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien. 
    - La température continue à monter jusqu'au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir.
    - Si la même grenouille avait été plongée directement dans l'eau à 50  degré C, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l'aurait éjectée aussitôt de la marmite.

    Cette expérience montre que, lorsqu'un changement s'effectue d'une manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart du temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte.
    Si nous regardons ce qui se passe dans notre société depuis quelques décennies, nous subissons une lente dérive à laquelle nous nous habituons.
    Des tas de choses qui nous auraient horrifiés il y a 20, 30 ou 40 ans, ont été peu à peu banalisées, édulcorées, et nous dérangent mollement à ce jour, ou laissent carrément indifférents la plupart des gens.

    Au nom du progrès et de la science, les pires atteintes aux libertés individuelles, à la dignité du vivant, à l'intégrité de la nature, à la beauté et au bonheur de vivre, s'effectuent lentement et inexorablement avec la complicité constante des victimes, ignorantes ou démunies.
     
    Les noirs tableaux annoncés pour l'avenir, au lieu de susciter des réactions et des mesures préventives, ne font que préparer psychologiquement le peuple à accepter des conditions de vie décadentes, voire dramatique.
     
    Le gavage permanent d'informations de la part des médias sature les cerveaux qui n'arrivent plus à faire la part des choses...
    Lorsque j'ai annoncé ces choses pour la première fois, c'était pour demain.

    Là, c’est aujourd’hui !
    Alors si vous n'êtes pas, comme la grenouille, déjà à moitié cuits, donnez le coup de patte salutaire avant qu'il ne soit trop tard.


     


    votre commentaire
  • White_Coneflowers_-white_swan-.jpg

     

    (Texte que j'ai envoyé à quelques-uns le 24 juin......que je n'ai pas encore pris le temps d'expérimenter....)

     

    Le soleil rayonne en ce jour en ce jour de Saint-Jean Baptiste !
    C'est un jour idéal pour lâcher tout ce que vous désirez libérer dans un grand feu et créer vos nouveaux choix.

    Par exemple, vous écrivez sur un papier en rouge, tout ce que vous désirez transformer, et sur un papier en vert, tout ce que vous désirez rayonner...
    Vous vous centrez et vous reliez à la Terre, à votre cœur et au Ciel intérieur, puis en conscience, en remerciant d'avance, vous cherchez la vibration de l'émotion gênante ou de ce que vous voulez libérer et vous offrez votre papier d'élimination au feu, en imaginant que tout les programmes sont effacés, puis, vous respirez longuement et en deuxième partie, vous vous calez sur la vibration à obtenir et offrez vos nouveaux choix à la vie et vous faites un ré-encodage lumineux en vous...

    Merci à l'ange du feu de cet accompagnement...

    Et vous terminez en chantant, jouant, créant votre nouveau monde... et tout ce qui peut vous rendre joyeux et libre.

    Si vous ne pouvez pas faire de feu à l'extérieur, vous pouvez allumer une bougie et faire un autre rituel simplement par la puissance du verbe.

    Vous cherchez la vibration que vous désirez libérer (colère, frustration, maladie, manque, peurs...) puis vous l'expulsez vers la flamme (ou une image lumineuse ou le ciel) en affirmant que ceci se libère définitivement et en remerciant pour ce qui se libère et vous imaginez ces programmes être détruits dans la flamme de la bougie...

    Puis vous vous calez sur la vibration de vos nouveaux choix, si vous la connaissez (vous mettez dans l'état de joie, de paix, de santé, de plénitude, d'abondance...) ou si vous ne connaissez pas cet état, vous imaginez comment ça pourrait être, vous créez un scénario et vous faites comme si c'était réel, et ensuite, vous affirmez à haute voix cette nouvelle réalité.

    Votre champ de conscience enregistre alors ces nouvelles données, et si vous ne les effacez pas par la suite avec des 'oui mais' ou' ce serait trop beau' ou 'je ne le mérite pas' ou autre gomme caustique intérieure, tout doit se mettre en place rapidement.



    Belle fête de la Saint-Jean !
    Joéliah
    amourdelumiere.fr
    Gardez le texte entier y compris cette ligne si vous décidez de faire passer le message, merci de ce respect.



    2 commentaires
  •  

    http://www.maisonthuillier.fr/PHOTOS/Cadeaux_Bapteme/Croix_Ceramique.jpg

     

    Dimanche:

    Sept fois dans la journée, faite ce geste rituel: Levez les bras de chaque côté de la tête et arrondissez-les pour qu'ils forment un cercle. Puis redescendez-les en joignant les mains très consciemment quelques secondes ou davantage, sans prêter attention aux pensées qui cherchent à vous distraire de votre plénitude originelle. Voyez les changements qui s'opèrent dans votre esprit.

     

    Source

     

    Lundi:

    Faites au moins trois pauses dans la position qui vous convient et qui est pour vous la plus reposante. Imaginez-vous dans le calice d'une fleur ou dans une barque sur l'eau ou encore dans les bras de la terre-mère. Écoutez le silence, fermez les yeux et laissez émerger, quelques secondes ou davantage, tout ce qui vous habite, jusqu'à sentir cette Paix qui repose tout au fond de vous.

     

    Source

     

     

    Mardi:

    Faites une première pause où, les yeux fermés, vous laisserez venir librement toutes les images liées à la couleur rouge. Voyez quel effet cela produit en vous. Lors de la deuxième pause, laissez votre énergie vitale s’exprimer par différents mouvements libres. Troisième pause : bien ancré(e) dans votre corps, mettez-vous en marche assez rapidement pour avoir bien l’impression que le paysage vient vers vous et entre dans l’espace de votre champ de vision. Laissez la lumière faire son oeuvre en vous et le feu de la Vision dissoudre vos limites ! Sentez-vous en cet instant la foi en la Vie présente, l’espérance en l’Eternité et l’ouverture à tout ce qui n’est pas vous ?

     

    Source

     

    Mercredi:

    Faites trois pauses. 1ère pause : Imaginez que vous tenez une baguette magique (de couleur pourpre, de préférence) dans les mains et faites trois voeux en conscience, puis notez-les. 2e pause : Les yeux fermés, visualisez le démon qui vous empêche présentement de réaliser ces voeux. Comment est-il ? Voyez-le le plus précisément possible. Puis, questionnez-le : qu’attend-il de vous ? Attendez qu’il vous réponde. Puis, promettez-lui de lui accorder ce dont il a besoin. Ensuite, voyez-le s’adoucir et demandez-lui de devenir votre allié. Attendez de voir en quel personnage bénéfique ce démon va se transformer. 3e pause : Imaginez vos trois voeux réalisés.

     

    Source

     

     

    Jeudi:

    Faites au moins trois pauses en position allongée), les bras en croix, les paumes des mains ouvertes vers le ciel, et détendez-vous. Pour vous aider, vous pouvez imaginer que vous êtes un oiseau aux ailes largement déployées et que vous devenez perméable au ciel bleu qui vous porte. Les pauses seront progressives : entrez de plus en plus profondément dans la détente et l’ouverture. Lors de la troisième pause, visualisez une lumière bleue qui vous emplit le corps et vous déborde.

     

    Source

     

    Vendredi:

    Faites trois pauses créatives de quelques secondes ou davantage, où le plaisir sera essentiel : préparez-vous en visualisant un beau paysage verdoyant de votre choix. Puis, goûtez un aliment que vous aimez, respirez, touchez, contemplez ou écoutez ; chantez, dessinez, faites-vous un cadeau, etc. La troisième pause sera consacrée au plaisir que cette fois vous offrirez à une personne de votre choix.

     

    Source

     

     

    Samedi:

    Prenez une feuille et un crayon et faites librement et simplement le bilan de votre semaine initiatique. Qu’en avez-vous retiré ? Quel exercice aimeriez-vous refaire régulièrement pour progresser dans la détente ? Enfin, laquelle des trois vertus (foi, espérance, charité) vous aidera le mieux à l’avenir, selon vous ?

     

    Source

     

     

    Dimanche:

    Prenez un moment pour vous détendre en expirant lentement plusieurs fois. Puis, fermez les yeux et visualisez le « couronnement » ou l’apothéose, la plus grande réussite possible de votre existence telle que vous l’imaginez. Terminez en imaginant que votre corps s’emplit peu à peu de lumière.

     

    Source

     


    votre commentaire
  • Je reçois régulièrement les publications de "Amour de lumière". On peut choisir d'en prendre ou d'en laisser....

     

    Celle-ci concerne Qwan Yin, la Déesse de la compassion ...ça ne peut pas faire de mal.

     
    Image

    Je suis l’énergie de Qwan Yin, l’énergie de la compassion présente en vous et je viens, au nom de tous les maîtres, au nom de toutes vos Présences, vous aider à vous guérir, à vous aimer et à vous libérer.

    En chacun de vous, se trouve une partie qui n’est pas encore complètement dans la lumière, dans la joie, dans la sérénité et je vous invite, maintenant, à aller chercher en vous une émotion qui vous perturbe actuellement, un ressentiment, un doute, un regret, une colère vis-à-vis de quelque chose qui s’est passé il y a très longtemps, un sentiment d’impuissance par rapport à ce que vous vivez comme une séparation.

    Certains par rapport à leur conjoint, d’autres par rapport à un parent, d’autres par rapport à un enfant, à un ami, que cette personne soit actuellement en bonne santé ou malade, je vais vous aider à vous connecter et à pouvoir faire la paix, faire la réconciliation avec vous-mêmes.

    Ouvrez votre cœur, ouvrez vos pensées, c’est le moment, maintenant d’accepter de vous libérer de ce qui vous pèse le plus.
    Vous avez déjà libéré beaucoup mais il y a encore certaines croyances, certaines gênes, certaines souffrances à libérer.

    J’active maintenant cette énergie de libération dans la compassion et dans l’amour manifestés afin que chacun puisse se libérer.

    Imaginez devant vous une grosse bulle de lumière et faite entrer à l’intérieur de cette bulle la personne avec laquelle vous aimeriez entrer en contact pour guérir, pour vous réconcilier, pour pouvoir libérer.

    Si ce n’est une personne alors vous pouvez mettre votre peur, votre croyance limitative, mettez dans cette bulle la forme, la présence, le nom que vous souhaitez.

    Regardez, l’Être, la personne vous sourire, regardez votre problème s’illuminer et devenir solution, regardez la personne souffrante redevenir en pleine santé et se tenir bien droite.

    Recevez pour vous-même cette grâce de la paix de l’amour, l’amour se déverse toujours et toujours afin que chaque particules de peur, soit transformées et irradiées d’amour.

    Regardez votre enfant intérieur se remplir de lumière, votre ou vos enfants extérieures, voyez vos parents se remplir de lumière, votre conjoint se remplir de lumière, votre ami(e), regardez votre envie se remplir de lumière.
    La vibration se transforme, activons maintenant la réparation, l’énergie de la réparation, de la guérison, de la transformation à l’intérieur de cette bulle.

    Vous pouvez maintenant imaginer que vous entrez à l’intérieur de cette bulle et que vous vous rencontrez, que vous vous réconciliez, que vous faites la paix, que vous embrassez, que vous pouvez toucher la personne ou l'événement que vous avez mis dans cette bulle.

    Imaginez que l’amour passe de l’un à l’autre sans problème et intérieurement parlez, dites-lui ce que vous avez envie de lui dire, pour que la paix, l’amour à l’intérieur de chacun soit.

    Si c’est un problème, une peur et bien rentrez aussi dans cette bulle et parlez, rassurez, éclairez la solution, la protection, l’assurance, affirmez que la confiance est désormais établie et que vous pouvez réussir, avoir ce que vous avez besoin, vous transformer et vous libérer.

    Maintenant, vous allez ressortir de cette bulle, remercier, être assuré que le travail de paix, de santé, de libération a été fait.
    Que la solution maintenant est évidente, que votre projet peut se manifester.

    Vous pouvez maintenant faire rétrécir cette bulle, la faire diminuer jusqu’à ce qu’elle devienne une toute petite bille, une toute petite bulle.


    Vous la faites diminuer encore et encore et lorsqu’elle est toute petite alors vous pouvez souffler pour l’envoyer dans l’univers avec l’amour, la compassion et l’assurance que tout est parfait et magnifique. Soufflez !

    Chers enfants d’amour, c’est ainsi que vous pouvez, vous pourrez vous libérer davantage. C’est une belle manière de pouvoir vous guérir et de pouvoir vous libérer dans l’amour et la compassion.

    Soyez certains de notre aide, certains de mon aide car je suis avec tous ceux qui oeuvrent, avec tous ceux qui avancent et qui s’élèvent et avec tous ceux qui ouvrent leur cœur à la vie.



    Qwan-Yin, accueillie en synthonisation par Joéliah
    Amourdelumiere.fr
    Vous pouvez diffuser en gardant le texte complet et la source. Merci


    1 commentaire
  • http://kinata.unblog.fr/files/2008/03/japon1nn0.jpg

     

    A faire circuler:

     

    Horaire : 31 Mars 2011 de 12h00 à 12h15
    Localité : Monde Entier
    Organisé par: Dr. Masaru Emoto

    Description de l'événement :
    "L'eau de la centrale nucléaire de Fukushima, nous sommes désolés de vous faire souffrir. S'il vous plaît pardonnez-nous. Nous vous remercions, et nous vous aimons.” 

    Voici l'email reçu:


    Pour toutes les personnes autour du monde, S'il vous plaît envoyez vos prières d'amour et de gratitude à l'eau des centrales nucléaires à Fukushima, au Japon. Après le séisme de magnitude 9 massive et le surréaliste tsunami, plus de 10.000 personnes sont toujours portées disparues ... même maintenant ...  16 jours ont passé déjà depuis la catastrophe. Le pire est que l'eau dans les réacteurs des centrales nucléaires Fukushima a commencé à fuir, et à contaminer l'océan, l'air et les molécules d'eau des zones environnantes. La sagesse humaine n'a pas été en mesure de faire beaucoup pour résoudre le problème, mais nous essayons seulement de refroidir la colère des matières radioactives dans les réacteurs en évacuant l'eau à leur disposition. N'y a-t-il vraiment rien d'autre à faire? Je pense que si ! Pendant plus de vingt années de recherche à mesurer le hado et la technologie des cristaux d'eau photographique, j'ai été témoin de ce que l'eau peut devenir positive quand elle reçoit la vibration pure de la prière de l'homme, peu importe comment elle est loin. La formule de l'énergie d'Albert Einstein, E = MC2 signifie en réalité que de l'énergie = nombre de personnes et de la place de la conscience des gens. Il est maintenant temps de comprendre le vrai sens. Joignons-nous tous la cérémonie de prière en tant que citoyens de la planète Terre. Je voudrais demander à toutes les personnes, pas seulement au Japon, mais partout dans le monde s'il vous plaît de nous aider à trouver une issue à la crise de cette planète! La procédure de la prière est la suivante.

     

    Nom de la cérémonie :

    "Envoyons nos pensées d'amour et de gratitude à toutes les eaux dans les centrales nucléaires à Fukushima "

     

    Jour et heure:31 mars 2011 (jeudi)12:00 midi dans chaque fuseau horaire. S'il vous plaît dire la phrase suivante: 

    "L'eau de la centrale nucléaire de Fukushima, nous sommes désolés de vous faire souffrir. S'il vous plaît pardonnez-nous. Nous vous remercions, et nous vous aimons.”


     

    S'il vous plaît aujourd'hui entre midi et midi un 1/4  dites à haute voix ou dans votre tête. Répétez trois fois en joignant les mains dans une position de prière. S'il vous plaît offrez votre prière sincère. Merci beaucoup du fond du cœur.


    Avec amour et gratitude,

    Masaru Emoto Messager de l'eau

     

     

     


     



    Docteur en physique et biologiste, chargé de cours en Ethnomédecine à l'Université du Kremlin Bicêtre (Paris). Auteur de nombreux articles. Conférencier en France et à l'étranger sur l'environnement, l'écologie, les médecines alternatives et la population scientifique. A ce moment particulier de l'histoire de l'humanité, il apporte des réponses originales pour faire face aux conséquences pour l'homme de demain de sa rupture d'alliance avec la Matière et le Vivant.

     

     


    6 commentaires
  •  

    Plateau métal LES DEUX CHATS - les Chats DUBOUT 28x40cm

    Les affinités s’attirent souvent, c’est vrai, mais souvent aussi, elles explosent quand elle se rencontrent.

     

    Trouvé dans un commentaire d'Ibara


    6 commentaires
  •  

     

     

    Marcher et courir avant/arrière: pratique à deux

     

     

     

    Marcher dans le rien

     


     

    Chaque matin, il faut être vide de certitude. Avoir tout oublié de ses croyances de la veille.  On se lève toujours dans une nouvelle réalité, et seule notre part divine sait ce qui a été modifié ou va arriver aujourd'hui.  Une chose est sure, ce n'est plus le même monde, donc autant oublier tout ce qu'on sait et laisser la place pour le neuf.  Il faut être vide pour se faire remplir, les gens pleins de certitudes n'évoluent pas vite car ils essaient de figer leur monde... ceux qui savent que le monde est détruit et recréé à chaque souffle, savent que tout change tout le temps. En étant dans le RIEN ils peuvent être remplis sans arrêt par le divin.

     



    6 commentaires
  • mooji

    Anthony Paul Moo-Young est né le 29 janvier 1954 à Port Antonio, en Jamaïque. Il a rejoint l'Angleterre en 1969 pour y retrouver sa mère à Brixton, dans la banlieue de Londres. Il a travaillé de nombreuses années dans le « West End » de Londres comme portraitiste de rue, puis comme peintre, artiste de vitrail et enseignant. Il était connu sous le nom de « Tony Moo », mais depuis un certain temps il est affectueusement appelé « Mooji* » par les nombreux chercheurs et amis.

    En 1987, la rencontre fortuite d'un jeune chrétien mystique allait être brève mais déterminante dans la vie de Mooji. Cela l'amena, au travers de la prière, à l'expérience du divin en soi. Tandis que sa conscience spirituelle s'éveillait, une profonde transformation intérieure commença qui se révéla sous la forme de nombreuses expériences miraculeuses et visions mystiques. Il sentait une force de changement traverser sa vie qui amenait avec elle un besoin urgent de s'abandonner à Dieu complètement. Peu après, il cessa d'enseigner, quitta sa maison et commença une vie de simplicité paisible, s'abandonnant à la volonté de Dieu qui se manifestait spontanément au dedans de lui. Une grande paix pénétra son être. Elle ne l'a jamais quitté.
    Il vécut quelques années pratiquement sans un sou mais constamment absorbé dans une joie intérieure, un contentement et une méditation naturelle. La Grâce vint sous la forme de sa soeur, Julianne, qui l'accueillit chez elle avec bonté et lui fournit le temps et la place dont il avait grand besoin pour s'épanouir spirituellement, sans les habituelles pressions et exigences de la vie extérieure. Mooji parle de cette période de sa vie comme de sa « traversée du désert » et parle d'une manière émouvante de se sentir « assis sur les genoux de Dieu ». A de nombreux égards, ce furent des temps loin d'être faciles. Malgré tout, il n'y a aucune trace de regret ou de remords dans sa voix quand il parle de cette période. Au contraire, il parle de cette phase de sa vie comme grandement bénie et abondante en grâce, confiance et dévotion aimante.

    Fin 1993, Mooji se rendit en Inde. Il voulait visiter Dakshineswar, près de Calcutta, où Ramakrishna, le grand saint bengali, a vécu et enseigné. Les paroles et la vie de Ramakrishna étaient une source d'inspiration et d'encouragement pour Mooji dans les premières années de son développement spirituel. Il aimait profondément le saint, mais le destin voulut qu'il n'allât pas à Calcutta. Tandis qu'il était à Rishikesh, un lieu sacré aux pieds de l'Himalaya, il allait faire une autre rencontre décisive, cette fois avec trois disciples du grand maître advaitiste Sri H.W.L. Poonja, appelé par ses disciples « Papaji ». Leur invitation persistante de rentrer avec eux pour rencontrer le maître lui fit forte impression. Cependant il retarda de deux semaines la perspective d'une rencontre avec Sri Poonja, choisissant de visiter au préalable Bénarès, la ville sainte.

    Finalement, il rejoignit en novembre Indira Nagar, à Lucknow, pour rencontrer Sri Poonja. Cela devait être une expérience mémorable et profondément significative dans son voyage spirituel. Il sentit que c'était une grande chance : il avait rencontré un Bouddha vivant, un maître pleinement réalisé. Il en vint progressivement à reconnaître que Papaji était son gourou. Mooji resta quelques mois auprès de Papaji. Le maître poussa ce qui restait de son mental dans le vide de la Source. Avec la bénédiction de son maître, il se rendit au Ramanashramam, à Tiruvannamalaï. Cet ashram, au pied d'Arunachala, la « colline de feu », est l'endroit où Sri Ramana Maharshi*, le « sage d'Arunachala », le gourou de Sri Poonja, a vécu et enseigné. Mooji se sentit très heureux là bas.

    Il resta là pendant presque trois mois, avant de retourner s'asseoir à nouveau aux pieds de Papaji. Une semaine plus tard il recevait de Londres la nouvelle selon laquelle son fils venait d'être emporté par une pneumonie. Mooji retourna en Angleterre. La félicité des premières années fit place à un vide profond et au silence intérieur par la Grâce et la Présence de Sri Poonja. Papaji lui avait dit : « Si vous vous voulez faire un avec la vérité, "vous" devez disparaître complètement. »

    Mooji se rendit à nouveau auprès de Papaji en 1997. Ce devait être la dernière rencontre avec son maître bien-aimé, qui était depuis tombé malade et devenu faible dans ses mouvements, mais dont la lumière intérieure et la présence demeuraient intactes. Un mois après être retourné à Londres, il apprit que le maître était entré en Mahasamadhi*. A ce propos Mooji déclare : « Le principe qui se manifeste comme le maître est toujours Ici et Maintenant. Le véritable maître ne meurt jamais, c'est l'homme qui meurt. Seul est réel le maître véritable, ce Sat Guru* intérieur. »

    Mooji Continue de vivre à Brixton. Actuellement il tient son étal de « tchaï » (« Mooji's Chai Shop ») au marché local, où les samedis il prépare du thé tchaï et vend de l'encens. Depuis 1999 il reçoit dans son modeste appartement, deux fois par semaine, de petits groupes de visiteurs et de chercheurs qui viennent de partout dans le monde à la recherche de la connaissance de Soi : Jnana*. Mooji se rend plusieurs fois par an en Irlande où il mène des satsangs et des retraites.

     

    OM SHANTI


    Notes:

    * Mooji
    Le son prononcé « Mu » (Mou) en japonais provient de la racine chinoise « Wu » signifiant vide, néant. « Ji » (Dji) est un terme indien généralement utilisé à la fin d'un nom comme marque de respect et d'affection. Mooji préfère ce nom et cette sonorité, qui fait déjà partie de son nom de famille, Moo, au prénom « Tony ».
    * Mahasamadhi
    La mort, l'abandon du corps d'une grande âme, un évènement provoqué par d'immenses bénédictions.
    * Sat Guru
    Un maître spirituel hautement réalisé, quelqu'un qui a réalisé la vérité ultime. Signifie aussi le gourou intérieur, le véritable Soi, l'Absolu impersonnel.
    * Jnana
    « Savoir spirituel », sagesse. Connaissance du Soi. La sagesse mûre de l'âme.
    * Sri Ramana Maharshi
    Connu partout comme un sage unique au XXe siècle. Sa vie fut un parfait exemple de simplicité, de pureté, d'égalité et d'équanimité, provenant d'une expérience immuable du Soi.




    SOURCE

    VIDEOS




    votre commentaire
  • http://ecx.images-amazon.com/images/I/51%2BFTkUKkXL._SS500_.jpg

    Le sourire intérieur active le pouvoir de transformation en utilisant la lumière dorée et les émotions de joie et d’amour comme outils. Le sourire attire la lumière dorée, la lumière qui correspond à la fréquence vibratoire du plan humain dans le cosmos avant notre incarnation.

    Le sourire a le pouvoir d’amener la joie, l’amour consciemment dans chaque partie du corps (l’avant : organes des sens, glandes, organes internes, organes sexuels; le milieu : voie digestive; l’ arrière : cerveau, moelle épinière et système nerveux).

    L’exercice du sourire en méditation indique de relever les commissures des lèvres ce qui entraîne l’élévation de l’énergie et la détente, attire l’énergie cosmique de la lumière dorée (joie et amour du plan humain) par le troisième œil (glande pituitaire) pour la guider consciemment dans tout le corps et remplir le corps d’énergie positive, de joie et d’amour, de lumière dorée. Le sourire intérieur réduit les tensions, les stress et transformer ainsi par le positif les énergies négatives, et ce, sans référence au négatif. Le but est de prévenir la maladie pour préserver la vie.

    Expérience : relever les coins de la bouche et ressentir l’énergie; abaisser les coins de la bouche et sentir l’effet dans le corps.

    Apprendre le concept d’énergie par le faire, car c’est l’expérience qui permet la conscience de l’énergie. C’est par le faire que l’on apprend ce qu’est l’énergie : «Learning by doing. »

    Le sourire fonctionne selon l’ordre d’équilibration représenté par l’étoile dans un cercle : la joie équilibre la tristesse, le calme équilibre l’impatience, l’action équilibre les soucis, la peur (des représailles) équilibre la haine.

     

    Article complet ICI



    12 commentaires
  • http://www.tcmofny.com/img/TaiChiChuan.jpgLe tai-chi-chuan

    On voit de plus en plus d’individus, dans les parcs de nos villes, faire des mouvements lents et fluides, en se balançant d’une jambe sur l’autre. Sans un mot, ils imitent « le serpent qui rampe» ou « la grue blanche qui déploie ses ailes ». Ou même, ils tentent de « séparer le ciel et la terre »… Le tai-chi-chuan est pratiqué par les Chinois de tous âges, chaque matin sur les places publiques. Et ce, depuis des siècles et des siècles. C’est un moine qui l’aurait inventé en observant un combat entre un oiseau et un serpent. Il s’agit d’un art martial dit «interne », car il n’implique aucun combat réel. On parle plutôt de « méditation en mouvement ». L’idée, c’est de faire circuler l’énergie de son corps et d’équilibrer les fonctions nerveuses, circulatoires et respiratoires. «Il aide à mieux intégrer son schéma corporel et coordonner ses mouvements. Selon la Fédération française de wushu. l’entraînement du tai-chi-chuan permet au pratiquant de mieux faire circuler l’énergie, de la mobiliser et de l’utiliser à son gré pour se détendre, se recentrer et se défendre.» On le pratique en solo, contre un ennemi imaginaire. Mais certains exercices se font à deux : la poussée des mains (« tuishou ») permet d’apprendre à être attentif à son partenaire. Les plus expérimentés manient en prime des armes (épées, sabre, éventail…), comme des prolongements du corps. Le but du jeu est toujours le même : atteindre un mélange de concentration, de détente et de maîtrise de soi.

     

     

     


    http://cadiz.nueva-acropolis.es/images/Chi-Kung.jpgLe qi gong

    Cette fois, l’énergie qu’il faut faire circuler s’appelle le « qi » (prononcez « tchi ») et nous sommes encore en Chine. La Chine millénaire : les racines du qi gong (« tchi kong ») ont en effet près de 5 000 ans. C’est une des cinq branches de la médecine traditionnelle chinoise, au même titre que l’acupuncture. Mais l’aspect philosophique est très présent avec les influences du bouddhisme, du taoïsme et du confucianisme.

    En pratique, on enchaîne des postures statiques méditatives et des mouvements lents et fluides. Les exercices respiratoires sont continus et on tâche en sus de contrôler sa pensée pour diriger le fameux qi (l’énergie) à l’intérieur du corps. Beaucoup apparentent le qi gong à une médecine douce, tant sa pratique permet de prévenir les maladies. L’effet est positif sur les muscles, le squelette, mais aussi sur certains troubles comme le diabète, les maladies cardiovasculaires, les rhumatismes, etc.

    Vous êtes sceptique ? Eh bien, sachez qu’en Allemagne et en Suisse allemande, les cours de qi gong sont remboursés par la sécu !

     

     

     

     

    http://www.esoterisme-exp.com/EcoleDjedi/Resumes/Session07/yoga1.gifLe yoga

    Il y a ceux qui pratiquent pour prévenir leurs problèmes de dos. Et ceux qui tendent à devenir de vrais yogis et pour qui c’est une philosophie de vie à part entière. Pour mille et une excellentes raisons, cette discipline indissociable de la culture indienne fait de plus en plus d’adeptes chez nous. « C’est une méthode élaborée depuis la plus lointaine antiquité pour aider les êtres humains à trouver le bien-être, le bonheur et l’unité dans leur corps et leur âme », peut-on lire sur le site www. lemondeduyoga.org. Dans le yoga, il est question d’unir des concepts contradictoires en Occident (les mots « joindre », « jonction » sont d’ailleurs à l’origine étymologique du mot yoga) : le corps et l’âme, mais aussi l’homme et l’univers, l’humain et le divin… Bref, le yoga nous aide à trouver « l’unité intérieure ». En pratique, dans un cours de yoga, on commence au sol, par se détendre et se concentrer sur sa respiration. Puis on enchaîne les postures, debout ou allongé, en travaillant la souplesse ou la tonicité sans jamais oublier le souffle. On peut éventuellement faire appel à des techniques de chant, de méditation, voire de visualisation. Et on sort de là avec un sentiment de flottement jouissif. Normal, notre  «prana » (énergie) circule enfin librement dans notre corps. Il existe toutes sortes d’écoles, mais les puristes ne jurent que par le Hatha yoga, qui est la forme la plus couramment pratiquée chez nous. Appelé aussi « voie de la volonté », le Hatha yoga combine des exercices respiratoires (« pranayamas ») et des postures (« asanas »), « l’arbre », « le cobra », « l’arc » ou la très célèbre position du « lotus » (jambes croisées, dos des mains posées sur les genoux, index et pouces reliés), idéale pour atteindre le « Samadhi » (réalisation de soi).

     

     

     


     

    Trouvé dans cette brochure

     

    D'autres sujets



    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique