• L'amour de soi. Jusqu’à quel point vous aimez vous?

    L'amour de soi. Jusqu’à quel point vous aimez vous?

    Jusqu’à quel point vous aimez vous? La question peut sembler banale, ou naïve. Pourtant, l’amour qu’on se porte est sans doute une des questions centrales de la vie. L’amour qu’on se porte est en effet intimement lié à la façon dont on a été aimé et influence grandement la façon dont on réussit à vivre avec les autres et les aimer.

    L’amour de soi s’élabore tout au long du développement, dans la relation aux personnes significatives, le plus souvent les parents. C’est à travers le regard qui est porté sur soi par ceux dont on dépend qu’on construit cet amour de soi : on intériorise ce regard aimant sur lequel on pourra prendre appui et affronter les difficultés et les rebuffades, regard qui permettra aussi de profiter et de goûter à ce que la vie a de bon.

    L’amour de soi s’exprime à travers des sentiments de bien-être et de satisfaction. Il permet d’éprouver la joie de vivre, de s’estimer comme personne et de se faire respecter. Il permet aussi d’être capable de se rassurer et se réconforter lorsque des pertes surviennent, lorsque des critiques ou des difficultés se présentent, cela en préservant l’image qu’on a de soi.

    Différents facteurs contribuent à établir l’amour de soi et la question de l’idéal joue un rôle important. Chacun a ses idéaux – fonder une famille, exercer un métier qu’on aime, avoir une maison, etc. Dans les meilleurs cas, nos buts et nos idéaux sont à la hauteur de ce que l’on est. Ils sont réalisables, on ressort grandi lorsqu’on les atteint, fier de soi, avec un sentiment de compétence en prime et le sentiment qu’on est quelqu’un de bien.

    Mais les aléas du développement font que l’idéal est parfois inadapté à ce que l’on est, qu’il est difficilement atteignable et nous renvoie à des limites qu’on n’accepte pas d’avoir. Un travail sur soi s’impose alors, travail de deuil, qui seul donnera accès à une appréciation réaliste de soi, en tenant compte des vulnérabilités et des limites. Il s’agit en effet d’aimer ce que l’on est. C’est parfois différent de ce qu’on aurait aimé être. Un amour de soi approprié est en effet réaliste, c’est-à-dire qu’il permet d’apprécier les ressources et les limites dont on dispose et rend possible l’investissement ce que l’on est et de ce que l’on a. Cela s’apprend.

    Enfin, il est indéniable que plusieurs facteurs provenant de l’environnement contribuent à renforcer l’amour de soi. Le fait d’être aimé et apprécié pour ce que l’on est aide Les marques d’appréciation pour ce qu’on fait, nos succès, petits et grands. Tout cela nous aide à nous sentir bien et il est normal d’en dépendre dans une certaine mesure.

    On ne peut cependant dépendre principalement de l’environnement sans une certaine précarité. L’équilibre personnel n’est alors pas seulement influencé par l’environnement mais il en dépend. C’est là une nuance qui fait toute la différence et qui renvoie à une fragilité. L’estime qu’on a pour soi peut se trouver gravement atteinte lorsque l’environnement fait défaut. C’est là une indication qu’un travail sur soi est souhaitable ; chemin pas toujours facile, mais chemin vers une vie mieux assumée, une vie à soi.

    Par Marie-Claude Roy, Psychologue

    « Quels sont les symptômes de l’intolérance au gluten ?Pas d'évolution sans révolution »

  • Commentaires

    2
    danielleg
    Jeudi 19 Février 2015 à 12:12

     Un signe  aussi lorsque l'Amour de soi grandit, on ressent moins le besoin d'être aimé de l'extérieur, plus de Joie aussi...

    En fin de compte on se comble soi- m'Aime avec soi' m'Aime !

    Bisous :)

    1
    Mercredi 18 Février 2015 à 12:30

    Et bé Marie Yog... j'ai du travail à faire... beaucoup...


    Belle journée à toi. Bises d'ici

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :