• L’esprit d’analyse - C. Berthelet Lorelle

     

      Dans la tradition du yoga : un yoga au service du sens

     

    Il n'y a d'esprit d'analyse que s'il y a désir de voir et de comprendre - ce que les Yoga-Sûtras appellent vidyâ. Faut-il vouloir faire de sa pratique de yoga une pratique du sens et de l'éveil, pour lutter contre ce que la tradition indienne a appelé a-vidyâ, l'ignorance, les forces obscures qui poussent à « n'en rien vouloir savoir », l'inconscient, la première grande cause de souffrance décrite par Patanjali dans les Yoga-Sûtras, aux sûtras II, 3, 4, 5, et 24.
    Faut-il également rester fidèle à la Bhagavad Gîtâ qui dit à la strophe 23 du chapitre VI : « on doit savoir que ce que l'on nomme "yoga" c'est la désunion (viyoga) d'avec la liaison (samyoga) à la souffrance (duhkha) ». En d'autres termes, ce « yoga qui doit être accompli avec résolution » disent les textes, vise une coupure !
    Mais le yoga peut-il débusquer l'inconscient ? Peut-il accrocher le tissu du refoulement ? Peut-il, derrière la plainte, déloger la jouissance funeste, celle que Freud sut reconnaître comme la résistance majeure au traitement, c'est-à-dire la satisfaction que le sujet éprouve dans son symptôme même, et que laisse entendre dvesha, le refus ?
    À l'heure actuelle, il m'est possible de dire que si la pratique du yoga ne peut certes pas se substituer à une cure analytique, le « travail » psychique qu'il implique peut s'engager si, d'être écouté, celui qui pratique se donne à la parole pour retrouver un sens à sa vie. C'est réhabiliter dans le yoga, au sein d'un cours particulier, svadhyâya, l'étude de soi, la parole, la pensée, les associations d'idées, le discernement, tout ce qui fait support à la vérité pour que la logique d'une pratique corporelle vise un dénouement. Ce type de travail peut alors disposer celui qui pratique à s'écouter autrement, s'il est entendu par quelqu'un qui lui suppose un savoir, et pour lequel sa parole prend sens. (…)
    Mais l'expérience me prouve qu'en liant la parole au corps, et le corps à la parole, une pratique devient signifiante pour celui qui décide de se pencher vers lui-même, et de se donner à un autre pour y être entendu. Cette flexion de l'être inaugure un devenir. Elle remet en mouvement le désir, la recherche, la vie qui s'était arrêtée au pied du silence. Tel un ferment, la parole traverse à nouveau les couches de l'imaginaire. Elle est une levure, pour que lève au monde un certain état du désir et s'accomplisse une destinée. Le désir, comme la portée de l'être...
    Du désir, pourtant, le yoga n'en fait guère son levain. Il semblerait même que sa tradition en repousse l'idée jusqu'à en désaffecter sa pratique. Le désir sème le trouble. Cependant, il ne saurait y avoir d'antinomie entre la source de la vie que le yoga appelle prâna, l'énergie de vie, et le désir de vivre. Pourtant le yoga continue de véhiculer cette idée qu'il vise l'inanimé, voire les béatitudes narcotiques. (…).
    Il convient de dégager le yoga de cette ornière pour lui restituer sa vivacité. La pratique posturale (âsana) convie la vie, et, si elle est discriminative, elle laisse déjà dans le corps, la trace du discernement. Elle est analytique et vivante dans le sens où elle série les sensations, sépare les champs latéraux, découpe une voie médiane, départage les axes et les plans, ouvre des volumes. Elle structure et prépare cette assise finale qui amène à clarifier un milieu pour s'y réfléchir. Ce type de pratique distingue, élague, situe. Elle ouvre à un « voir ». Alors, sur le chemin qui mène du corps à la méditation, l'incision d'une vérité pour un sujet fera d'elle une pratique signifiante.
    L'esprit d'analyse dans la tradition du yoga procède donc d'un désir de voir et de savoir (vidya), d'un désir de vérité (satya), et de changement (parinâma). (…).


    Christiane BERTHELET LORELLE
    Extrait de la Revue Française de Yoga - Janvier 2001

    « Reboiser l'âme humainePour méditer comme une grenouille »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :