• La confiance en soi

     

    La confiance en soi

    Souvent, je suis surpris et je me sens petit de voir à quelle vitesse, quand je perd confiance en moi, j'endosse les difficultés et les souffrance des autres. Quand je me décentre et que réapparaissent les vieilles habitudes, quand je me sens épuisé ou déprimé, je redeviens très vite la cause de tout ce qui ne tourne pas rond en ce monde.

    Je sais que je ne suis pas le seul dans ce cas. Peut-être est-ce là une des lois de la météo des émotions ou dépressions soudaines provoquent des tempêtes isolées. Cela est survenu tant de fois dans ma vie que je dois reconnaître le pouvoir de l'égocentrisme négatif. Règle générale, nous pensons de l'égocentrique qu'il est vaniteux, plutôt égoïste et prétentieux. En fait, le combat permanent contre l'excès de responsabilité m'a fait comprendre que le plus souvent, nous sommes égocentriques quand nous nous sentons diminués ou éloignés de notre sentiment d'unité avec le reste du monde.

     

    Dans ces moments de dissociation, nous devenons sinistrement centrés sur nous-même, nous reprochant de ne pas régler les difficultés ni de corriger les choses, ou encore de permettre que de mauvaises choses se produisent. Derrière ces récriminations, il y a la supposition pompeuse et implicite que nous sommes les premiers à pouvoir contrôler les évènements vraiment tout à fait hors de l'influence de qui que ce soit.

     

    Bien sur, nous influons les unes sur les autres, et même souvent. Mais supposer que l'humeur des autres dépend de ma présence est une manière égocentrique de demeurer dans un cycle de sacrifice et de culpabilité. Supposer de plus que l'état d'esprit, ou la manière d'être un humain sur terre dépend de ma personne constitue le début de l'oppression de soi et de la codépendance.

     

    Dans les moments d'extrême égocentrisme négatif, nous pouvons tous en arriver à endosser des quantités incroyables de fardeaux. Nous sous sentons alors terriblement responsables de la maladie ou d'un malheur d'un proche parce que nous n'étions pas assez bien, ni assez présents, ni assez parfait pour l'aider quand il en avait besoin.

     

    La définition de la confiance en soi donnée par le psychologue Michael Mahoney peut nous être utile ici. Remontant à l'origine du mot confiance, confidere, qui signifie "fidélité", celui-ci compare la confiance en soi à la fidélité à soi. En effet, seule la dévotion à l'origine sacrée de notre insécurité peut nous ramener vers le centre du cœur, ce centre de vie commun à tous les êtres vivants. C'est d'ailleurs ce que la tradition hindoue nomme atman, le Soi immortel commun à tous.

     

    Aussi, lorsque mon estime personnelle baisse et que je suis certain d'être la cause de cette intempérie, j'essaye maintenant de sentir le mouvement de la terre qui tourne sous mes pieds, le rythme des nuages au dessus de moi et la vitesse à laquelle mon cœur s'ouvre malgré une vie de souffrance. Lorsque tous ces mouvements s'alignent, ma volonté habituelle est affaiblie et je m'éveille à un pouvoir plus grand que n'importe quel cœur, plus grand que le temps de n'importe quel jour ou du sens que prend n'importe quelle vie.

     

    Mark Nepo

     

     

    « Alors se taireVaya Con Dios - Comme On Est Venu... »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 21 Mai 2010 à 11:09
    gazou

    Je ne connais pas ce Marc Nepo mais ses réflexions sont très intéressantes, je n'avais pas vraiment fait el lien entre le manque de confiance en soi et ce sentiment d'être submergé par tout ce qui arrive autour de nous...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :