• Le serpent

      http://4.bp.blogspot.com/-u3VO6y6eyDY/UXXTr9BVQHI/AAAAAAAADTQ/r1zDiOXXYMg/s320/hip+bridge.gif
     

     

    Le serpent est un animal qui a toujours fasciné. Le sentiment qu'il inspire est mêlé d'admiration et de crainte. Par son aspect physique, il se trouve à l'opposé de l'être humain, "scandaleusement simple". En effet il n'a pas de poils, pas de plumes, pas de pattes, pas d'os, pas d'odeur, pas de chaleur, pas de voix, son sang n'a pas de couleur, et l'animal ne laisse pas de trace reconnaissable. Il n'a pas de forme significative, son corps pouvant s'étirer comme une grande horizontale, décrire des vagues, dessiner un cercle ou une spirale, ou même se disposer en un enchevêtrement de noeuds. Il est insaisissable, vivant à la fois dans l'eau, dans la terre et dans les arbres. Il entretient des liens avec les trois mondes: aquatique, souterrain et céleste.

    En occident, on a surtout insisté sur l’aspect maléfique du serpent, incarnation du mal ; en Asie, en revanche, il semble que l’aspect bénéfique soit de loin le plus important. Cependant l’ambivalence est présente. Le serpent le plus répandu en Inde est le cobra animal de la famille des Elapidés dont la morsure est extrêmement venimeuse et souvent mortelle. La peau de son cou est extensible et peut se gonfler lorsque l’animal est en proie à l’excitation, formant une sorte de collier aplati. Cette caractéristique physique va entraîner un certain type de représention dans le monde indien. Les cobras provoquent chaque année la mort de milliers de personnes et, cependant, la vénération qu’on leur porte est très grande. Cette vénération est complexe : elle mêle à la fois la dévotion directe envers l’animal, ennemi le plus mystérieux de l’homme, le culte de divinité des eaux, mais également des conceptions plus élevées, proches des mythes relatifs à la cosmologie védique, le serpent étant le support du monde.

     

    Extrait de la revue française de yoga N°6 "Postures d'extension sur le ventre"
    Image: posture du cobra (Bhujangâsana)


    « Vous en savez tropCe moi qui est l'acteur »

  • Commentaires

    13
    Samedi 13 Mars 2010 à 11:56
    Vieux Jade
    Tout à fait. Des milliards d'informations déposées, décantées, compostées, du fumier, du terreau où poussent des graines. Au début, il pousse n'importe quoi, c'est à nous de sélectionner. Les alchimistes s'appelaient Agriculteurs célestes. C'est un peu ça.
    C'est pour cela que sur une autre planète, en laissant naître et sélectionnant ce qui pousse en toi, tu produiras toi-même des fleurs aussi belles que celles que tu cueillais chez les autres.

    Magnifique, le soleil est là.
    12
    Samedi 13 Mars 2010 à 11:16
    Yog' La Vie

    Je vois très bien ce que tu veux dire. Avant tout ça vient du ventre, il n'y a qu'à laisser faire. C'est toujours étonnant de se relire quelque temps après... comme si c'était quelqu'un d'autre.
    On n'est pas conscient de tout ce qu'on accumule mais c'est à peu près le même principe que pour la culture "C'est ce qu'il reste quand on a tout oublié".
    Oui quand je dis "faut suivre" c'est que je n'ai pas beaucoup de références dans ce domaine. Mais en décorticant, j'apprends beaucoup. Donc tout est bien. 

    11
    Samedi 13 Mars 2010 à 09:41
    Vieux Jade
    Je n'écris pas en état d'hypnose, non, mais je n'échafaude pas non plus des théories avant de les mettre sur le papier. Donc ce que j'écris part d'un simple besoin de développer une idée simple qui me vient comme une bulle qui remonte du fond. J'ignore ce qui va sortir. Comme Socrate, l'inventeur de la maïeutique, je permets au bébé de sortir le plus aisément possible. Après quoi je le relis (jamais assez) pour enlever tout ce qui est inutile ou trop personnel, et je précise ce qui paraît obscur.

    Mais je suis en quelque sorte mon premier lecteur. Je découvre le premier ce qui est réellement écrit. Et là, effectivement, faut suivre, non que ce soit compliqué, mais que ce sont des notions assez peu "catholiques". J'en conviens. Bonne journée.
    10
    Vendredi 12 Mars 2010 à 21:59
    Vieux Jade
    :) La vouivre était dans la photo.
    9
    Vendredi 12 Mars 2010 à 08:36
    gazou
    j'ai mon petit-filsde 3 ans sur mes genoux..alors la position ducobra, ce n'espas ma préoccupation du moment, je reviendrai à un autre moment plus calme
    8
    Jeudi 11 Mars 2010 à 09:11
    Vieux Jade
    Un rêve ancien : je suis parmi de nombreux serpents (un peu machin avec son fouet dans les aventuriers de l'arche perdue) menaçants. Arrive un très grand serpent blanc qui se couche sur moi et me protège de son corps.

    Très ambivalent, le serpent. J'ai mis un serpent d'eau sur mon sujet d'aujourd'hui. Une vouivre.

    Merci pour ce beau lien aquatique sur mon blog.
    7
    Mercredi 10 Mars 2010 à 19:21
    Je n'avais jamais pensé au serpent de cette manière, comme l'animal le plus simple ... Pas besoin d'être compliqué pour faire peur !
    Bonne soirée
    6
    Mardi 9 Mars 2010 à 20:21
    catiechris
    tu es comment ce soir, chaude ou froide, pour le cobra ???
    5
    Mardi 9 Mars 2010 à 18:52
    Roberta
    Bonsoir MariYog,
    Cette posture est intéressante en yoga, j'aime bien la faire.
    bonne soirée, bisous
    4
    Lundi 8 Mars 2010 à 22:39
    Yog' La Vie

    Il vit un animal aussi lisse que du verre
    Qui ondulait à travers l'herbe.
    Il le vit disparaître à côté d'un arbre près d'un étang ...

    Man Gave Names To All The Animals

    Bob Dylan "Man gave names to all the animals" by CRUZ Y RAYA

    Paroles

    3
    Dimanche 7 Mars 2010 à 23:48
    panopteric
    l'homme donna des noms aux animaux, quand ça a commencé, il y a très longtemps.... sssssss....!!!
    (dylan / allwright)
    2
    Samedi 6 Mars 2010 à 20:25
    catiechris
    j'adore faire le cobra !!
    bon dimanche
    1
    Samedi 6 Mars 2010 à 17:11
    marie-claude
    C'est vrai qu'il n'est pas trop aimé ...
    l'animal à sang froid ... 
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :