• Les prisons

    Vous êtes une immense liberté, votre être est sans limites. Toutes les frontières sont illusoires. C'est pourquoi ce n'est que dans l'amour que vous devenez sain et entier, car l'amour efface toutes les frontières, toutes les étiquettes; il ne vous juge pas. Il vous accepte tel que vous êtes.

     

    Papillon

    Personne n'est réellement malade. En fait, c'est la société qui est malade, les individus en sont les victimes. La société a besoin de thérapie; les individus ont simplement besoin d'amour. Le patient, c'est la société et il faut l'hospitaliser..

     

    Les individus souffrent, parce qu'on a pas de prise sur la société; elle reste invisible. Quand on essaie de la saisir, on trouve un individu et il devient responsable. Il souffre tout simplement, c'est une victime. Il a besoin de compréhension, pas de thérapie; d'amour, pas de thérapie. la société lui a donné une camisole de force, des prisons. La société l'a coincé dans une case, elle l'a classé, étiqueté: "C'est toi, c'est ton identité".

     

    Vous êtes liberté et vous n'avez pas d'identité. On ne peut pas vous étiqueter et c'est là votre beauté et votre gloire -de ne pouvoir dire qui vous êtes. Vous êtes toujours en processus. A peine avez-vous affirmé que vous êtes ceci ou cela, que vous avez déjà changé. Vous décidez à chaque instant ce que vous allez être -être ou ne pas être. A chaque instant, il y a la une nouvelle décision, une nouvelle expression de vie. D'un instant à l'autre, un pêcheur peut devenir un saint ou un saint devenir un pêcheur. D'un instant à l'autre, un être peut passer de la maladie à la santé ou de la santé à la maladie.

     

    Juste un changement de compréhension, de vision et tout change.

    « Vision partielle de l'autreNommons pour se faire un peu plus humain »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :