• Lève-toi Arjuna!



    Arjuna doit mener une bataille contre des membres de sa propre famille, de son propre clan. Il est effondré. Krishna, cocher de son char, le conseille.

     

    "Arjuna : Tu pleures sur des êtres qui n'ont pas à être pleurés, et tu dis des paroles de sagesse. Mais les sages ne pleurent ni les morts ni les vivants. Jamais je n'ai été sans être, ni toi non plus, ni ces princes des hommes, et jamais ne viendra le temps où nous cesserons d'avoir une existence. (...)

    Les impressions des sens, Arjuna, chaud et froid, plaisir et déplaisir, vont et viennent, elles sont fugitives, cherche à les affûter. L'homme qu'elles ne troublent pas, Arjuna, le sage, pour qui plaisir et déplaisir se valent, atteint ce qui ne meurt pas. (...)

    Etranger à la mort, sache-le, est ce par quoi cet univers est déployé. Ce qui est immuable, il n'est au pouvoir de personne de le détruire. (...)

    Croire que l'un est tué et que l'autre tue, c'est également se tromper : personne n'est tué ni ne tue. (...)

    Il t'appartient d'agir sans jamais un regard pour les fruits de l'action. Ne fais jamais du fruit de l'action ton mobile, mais ne sois pas non-plus attaché à la non-action. C'est en agissant au cœur de l'action qu'on est délivré de toute attache, Arjuna. Demeure égal dans le succès comme dans l'insuccès. C’est cette égalité même, qui est détachement intérieur. (...)

    Lorsque ta conscience aura traversé le labyrinthe des ténèbres, tu n'auras plus besoin de savoir ce qui se dit et ce qui se dira. Lorsque ta conscience, écartelée par tout ce qui se dit, deviendra immobile, immuable en elle-même, alors tu atteindras au détachement intérieur. (...)

    C'est attachés à leurs actes, Arjuna, que les ignorants agissent. Mais le sage agira sans attache, soucieux de préserver l'intégrité du monde. (...)

    C'est le désir, né de la fièvre de l'action, c'est lui le grand vorace, le grand malfaisant ; ici-bas, sache-le, c'est lui l'ennemi. (..)

    Nulle action ne m'affecte, le fruit des actes me laisse insensible. Me connaître tel, c'est ne plus être entravé par l'action. (...)

    Celui qui voit la non-action dans l'acte, et l'acte dans la non-action, c'est lui le clairvoyant parmi les hommes. Intérieurement détaché, il accomplit totalement l'action. (...)

    Celui qui n'a aucune attache avec le fruit des actes, sans cesse heureux, libre de toute inclination, même s'il est présent tout entier dans l'action, en vérité, n'accomplit rien. (...)

    Cette connaissance acquise, tu ne retomberas plus dans la confusion, Arjuna. Elle te fera percevoir totalement la création en toi, c'est à dire en moi. (...)

    Ce doute, crée par l'ignorance et inscrit dans ton cœur, tranche-le par l'épée de la connaissance, demeure intérieurement détaché, lève-toi, Arjuna."

     

     

     

     

    Extraits de la Bhagavad-Gîtâ(Mahabharata) que m'a envoyé Emmanuel

     

     

     

    « La capacité de voir.S'exercer à la zénitude »

  • Commentaires

    31
    Noisette
    Mercredi 13 Novembre 2013 à 14:23
    Noisette
    ce matin Mme Yog jenesais pourquoimais je ne me sens pas à l' aise??DommageNoisette.SA6
    30
    Noisette
    Mercredi 13 Novembre 2013 à 14:23
    Noisette

    Quand on n' est pas d' accord il nous est possible de le faire savoir. Sinon ce serait affreux.Personnellement je suis pour l' Himanisme .Puis pour moi cela est une évidence je me sert de ce que j' ai éprouvé "aimez vous les uns les autres " je n' ai jamais oublier cela et je pense aller jusqu' a mon dernier souffle ainsi.La vie offre tellement de choses mortifianteCela me suffitJe suis honnete avec moi même etce n' est pas tjs évident.

    Je vous souhaite une bonne soirée .Noisette.

     

    29
    Noisette
    Mercredi 13 Novembre 2013 à 14:23
    Noisette

    Un peu dépassée par toutes ces bonnes paroles .Personnelement je me suis rendu compte que tout ce qui dans la vie m' a fait relativement souffrir .Longtemps cela fait mal tres mal et bien en refusant de répondre par la colére ou le mépris ,mais en restant calme Pour ne pas céder à la colere je récite par exemple un morceau de poéme et cela tant que je me sent capable de répondre d' une maniére négative.
    Je laisse faire le temps et il m' arrive lontemps apres de me sentir toute a fait sereine.Là je réalise que cela m' est totalement indifférent .Je recommence a vivre ce qui m' a tellement fait mal et la .Cela me fait peur quelques fois je suis totalement indifférente a ce qui avait tellement d' importance .Je ne parle pas souvent de ces choses pour ne pas ennuyer les autres Mais la je pense que je pouvais livrer cette réflexion.Qui veut me répondre Bonsoir Noisette.

    28
    Lundi 4 Octobre 2010 à 09:00
    Yog' La Vie

    J'ai décidé que cette année, je serai plus disciplinée. Ouille que c'est ifficile!

    27
    Samedi 2 Octobre 2010 à 05:29
    Tout est bien

    Bonjour Madame Yog,

    Je me donne comme toi un temps, pour moi essentiellement le matin, sur internet.  Des nouvelles de toi, je les ai aussi en te lisant ici, par l'intermédiaire de tes articles.

    Tout est bien !

    26
    Mardi 28 Septembre 2010 à 10:09
    Yog' La Vie

    Coucou!

    Je ne sais pas si tu aura les réponses des personnes. (Attention, la personne Ancolie qui avait écrit le commentaire n'est probablement pas la même que celle où mène le lien aujourd'hui. Je crois qu'elle avait supprimé son blog et le hasard fait qu'une autre personne a repris le même titre et lien).

    Je n'ai aps encore pris le temps de lire tes résumés. Je me suis donné un temps à ne pas dépasser sur le Net et ça va très vite. Je n'ai pas encore répondu à ton mail d'ailleurs.

    Qu'en est-il? Je pense que j'ai progressé. Moins impulsive dans mes réactions puisque je prends mieux le temps d'observer la situation avec un peu de distance. Mais on n'est jamais arrivé et c'est ça qui est passionnant,... parfois même on recule, et puis ça redémarre.

    "L'action est alors alors toujours neuve, créative, pleinement adaptée à la situation". Tout à fait.

    Bonne Journée!

     

    ...Pour compléter, il y a ce texte (un devoir pour l'école de yoga) qui donne un bon apperçu;

    1- L’action nécessaire : il n’est pas possible de ne pas agir et de s’installer dans un non faire complet. Nous sommes contraint à l’action ne serait-ce que pour le courant universel de vie et pour la sauvegarde du Dharma. 

    2- L’action volontaire : tout dépend de l’attitude avec laquelle on s’engage dans l’action et que ce que dit la loi du karman : l’acte que l’on pose aujourd’hui est bien sûr en grande partie déterminé par un tas de faits mais en aucun cas l’acte qui est posé aujourd’hui est porteur d’un effet à venir. Par une attitude choisie, par une certaine attention portée au présent de l’action on peut progressivement transformer son propre devenir.

    3- Sans désir : ce n’est pas le désir qui est mauvais, c’est le désir vécu sous sa forme égocentrique, égoïste et fondé sur une ignorance fondamentale. Cette ignorance est l’absence de savoir, celle qui nous voile notre véritable nature et notre liberté.

    25
    Mardi 28 Septembre 2010 à 07:06
    Tout est bien

    Bonjour à tous,

    Un texte qui me plait toujours autant et qui fut le sujet d'une conversation avec un Ami, il y a quelques jours encore

    Les commentaires datent de 2008. Est-ce que les différentes personnes qui ont commenté ce texte ont toujours le même regard sur :

    L'action juste et sur "Qui agit en nous" ?, sur leur rapport au mental, à ce que l'on nomme ego, la personnalité ?

    Le livre que je lis actuellement sur mon blog de Jean Klein, notamment son deuxième chapitre "Se connaître soi-même" : "Qui suis-je ? : la quête sacrée" apporte pour moi des réponses, un éclairage, des orientations complémentaires à ce que j'avais pu lire et comprendre chez Krishnamurti et sans doute chez Tolle sur le regard à porter sur soi (notre personnalité et ses manifestations).

    Je vous conseille ce livre si "le comment regarder" vous intéresse, vous pose encore question. Intellectuellement j'opte pour sa manière de regarder ce qui monte en soi, sans analyse (ce qui pourrait être sans fin et que tu semblais alors privilégier Madame Yog, qu'en est-il aujourd'hui ?), sans jugement, juste voir, Jean Klein parle "d'acceptation fonctionnelle". Il donne des conseils pratiques à ce sujet, des écueils à éviter que je ne maîtrise pas encore complètement pour vous en faire aujourd'hui le résumé. Je dis intellectuellement parce qu'en pratique cela est toujours examiné.

    Pour en revenir à l'action juste, elle vient selon ce que j'en comprends actuellement, quand "je" s'efface, quand l'identification à la personnalité n'est plus, quand l'orientation de notre regard ne porte plus sur soi mais sur ce qui accepte. Lorsque nous ne sommes plus qu'acceptation, ouverture (et non résignation, ce qui suppose encore l'existence d'un "je"). Alors l'impulsivité de la personnalité, qui est liée au passé, à la mémoire, à la répétition cède la place à la spontanéité. L'action est alors alors toujours neuve, créative, pleinement adaptée à la situation

    Bonne journée !

     

     

     

     

    24
    Mercredi 26 Novembre 2008 à 00:30
    Yog' La Vie

    C'est vrai, des textes peuvent nous remuer profondément et laissent d'autres personnes indifférents...et inversement.

    L'accrochage en était-il réellement un ou  bien est-ce un désir d'opposition systématique? ... Souffrance? ...

    Merci pour tes mots Koah....j'ai l'ivresse du sommeil! :D 


    23
    Mardi 25 Novembre 2008 à 18:52
    koah

    J'ai aimé relire ce texte et vraiment apprécié les échanges qu'il a engendré...

    Moi aussi je "pioche" un peu dans toutes les religions et philosophies... J'essaie de toujours me rappeler de ne pas juger le messager et de me concentrer sur le message, de privilégier le fond sur la forme... et si le message résonne en moi harmonieusement je le suis... "c'est à leur fruits que vous les reconnaitrez"... et si ses fruits ne me satisfont pas je cesse de le suivre...

    Et lorsque je vois des accrochages à propos de la forme ... je me dis qu'il n'y a vraiment aucune raison de se "crêper le chignon"  pour des histoires de clochers... la source du message est toujours la même.

    Les différentes formes du message existent afin de répondre aux différentes formes de sensiblité, aux différentes cultures, aux différents vécus.... La différence c'est ce qui fait le charme de cette vie... la conformité, la pensée unique... au secours quelle tristesse...

    "qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse "

    Merci et Yog la Vie...! 

    22
    Mardi 25 Novembre 2008 à 08:17
    Yog' La Vie

    Ben t'en a du bol! :D

    Peut-être aussi que nous ne voulons pas l'exprimer car trop personnel ou que d'autres, comme tu dis, ne le comprennent pas. Tu n'es pas la seule  à te faire charrier! :D

    Bises!

     

    21
    Lundi 24 Novembre 2008 à 21:51
    catherine

    Effectivement, Yog..le ressentir c'est une chose, l'exprimer en est une autre mais le texte de Philippe Encausse proposé par Emmanuel décrit de manière incroyable ce qu'il m'arrive de ressentir alors que tous les problèmes de la vie s'accumulent autour de moi Une Joie parfois s'impose inexplicable...

    bon j'arrète, on va encore me prendre pour une folle :P  (c'est ce que pensent  mon mari et mes enfants)..;rire

    Bonne soirée ou bonne journée selon l'heure de lecture... :D

    20
    Lundi 24 Novembre 2008 à 11:28
    Yog' La Vie

    Woauaaaaah que c'est beau!!! Je m'envoooooole!!!


    http://francoisquinqua.blog.lemonde.fr/files/s03cconh.jpg

    Sans rire, c'est vraiment ça. Il me semble que pour le ressentir il a faut avoir fait tomber quelques barrières et pour l'exprimer, c'est encore à un autre niveau.

    Bondjournée! :D

    19
    Lundi 24 Novembre 2008 à 06:09

    Chère Madame Yog, le texte que tu cites me fait penser à une autre citation que j'aime bien, qui décrit la même chose et qui se rapporte à mon sens, aujourd'hui, autant au maître intérieur, ou à Soi, la Source, Dieu,... (choisissez le nom qui vous plait), qu'à un maître spirituel extérieur.

    "Mais lorsque le maître paraît, c'est comme un soleil qui se lève dans le coeur du disciple ; tous les nuages s'évanouissent, toutes les gangues se désagrègent ; une clarté nouvelle s'épand semble-t-il sur le monde ; l'on oublie amertumes, désespoirs et anxiétés ; le pauvre coeur si las s'élance vers les radieux paysages entrevus, sur lesquels la paisible splendeur de l'éternité déploie ses gloires ; plus rien de terne n'assombrit la nature ; tout enfin s'accorde dans l'admiration, l'adoration et l'amour"

    Paul Sédir, cité dans Le maître Philippe de Lyon du Dr Philippe Encausse, 1954.

    Bonne journée,

    18
    Dimanche 23 Novembre 2008 à 23:35
    Yog' La Vie

    Ça rejoint un peu ce que j'ai dit juste avant. Il y a les paroles des autres et les pensées que nous fabriquons sans le vouloir. Dans le 1er cas, savoir pourquoi ça nous touche, dans le 2ème, si l'on est suffisamant conscient, on peut les stopper assez rapidement. C'est vrai qu'avec l'habitude ça devient un réflexe. C'est peut-être cela, la plage de calme...la vigilance puis le recentrage.

    Les techniques permettent de renforcer cela, .... difficile à expliquer.... ça ressemble à ce que j'ai déjà mentionné:

    ""L'esprit immergé dans la pensée intérieure,
    le souffle régulier,
    le corps frissonnant de joie,
    les yeux emplis de larmes de béatitudes,
    celui qui est maître de soi éprouve les délices
    d'être plongé dans un océan d'ambroisie".


    Bonne nuit!

    17
    Dimanche 23 Novembre 2008 à 10:27
    catherine

    Pour répondre à Emmanuel...

    Que faites-vous en présence de pensées négatives?

    Longtemps, les pensées négatives m'ont touchées et perturbées comme tout le monde . Puis ,j'ai appris à réfléchir à la relativité de leurs contenus et à ainsi m'en libérer mais c'était une démarche intellectuelle de réflexion qui demandait un "effort". Et depuis quelques temps, une évolution spontanée s'est faite dans ma vie. ...les pensées négatives arrivent de moins en moins à me toucher sans que je fasse quoi que ce soit. Elles m'apparaissent comme des phénomènes objectifs, extérieurs à moi, incapables de me toucher. j'ai été la première surprise de cette évolution; Parallèlement et dans le même temps, je suis devenue capable de m'installer "mentalement "dans une plage de calme, de solitude , de silence et de repos  à la demande dès que dans ma vie quotidienne le besoin s'en fait sentir (j'ai essayé d'expliquer ça dans mon poème "silence"). Je n'ai jamais fait ni yoga, ni méditation, ni aucune "technique" . ça m'est venu spontanément  ...

    c'est bizarre, non? :D 

    Merci pour ce débat et bon dimanche à tous

    16
    Dimanche 23 Novembre 2008 à 09:50
    Yog' La Vie

    A mon avis, les pensées ou réactions négatives ne sont pas à jeter systématiquement à la poubelle car elles ont toujours une raison d'être. A soi d'en élucider la source, pourquoi tel propos déclenche telle réaction. Qu'est ce qui au fond nous dérange.

    Mais dans l'"urgence", c'est vrai, il vaut mieux orienter ses pensées vers autre chose et analyser ensuite.

    Concernant les appartenances revendiquées, n'est ce pas un moyen (inconscient sinon...) de renforcer l'ego?...Le parti socialiste vient de nous en montrer un bel exemple!! lol


    Et si "l'imprégnation" ne serait en fait que la révélation de ce que nous savons déjà?

    Les rituels ou techniques sont des moyens pas des fins. Point trop n'en faut, sinon on ne fait plus que ça!!  Mon rituel préféré, c'est la patisserie du dimanche!!:D


    http://tomo-chan.blog.ocn.ne.jp/sore178/images/chou_a_la_creme.jpg

    A bientôt Emmanuel, merci!

    15
    Samedi 22 Novembre 2008 à 08:02

    Bonjour Madame Yog, bonjour à tous,

    Une discussion s'engage, un partage de pensées, d'émotions : chouette ! Dire tout d'abord que je ne pensais pas que ce texte puisse entrainer de la colère ou un malaise chez quiconque, mais au contraire un éclaircissement sur ce qu'est une action "juste"...Je trouve après l'effet de surprise engendré en moi par ces réactions, ce partage de points de vue divers intéressant.

    Noisette, je souhaite te répondre. Comme toi je récitais un poème, pour me sortir de pensées ou d'émotions que je jugeais négatives, je le fais moins actuellement. Je regarde plus ces pensées ou ces émotions avec moins de jugement - je me dis moins qu'elles sont négatives et que je dois à tout prix m'en débarasser -ce qui leur donne, à mon sens, moins de force et me permet de mieux en comprendre l'origine. Je prends plus appui sur ma respiration notamment que sur mon poème pour les voir se dissiper comme une fumée. Mais il m'arrive d'énoncer la première phrase de ce poème...automatisme..puis je laisse le poème aussi, je respire et j'essaye de regarder ce qui se passe en moi.

    Et vous Yog, Gazou, Catherine, Lilou,...que faites vous en présence de pensées ou d'émotions fortes, "négatives" ?

    Je souhaite également préciser ma pensée vis à vis des religions mais aussi des "ismes" en tout genre. Je respecte le chemin de tous, je n'indique que celui que je prends. J'ai revendiqué longtemps des appartenances politiques, philosophiques ou religieuses mais je n'en ressens plus aujourd'hui le besoin. Je pense aussi que cette revendication d'appartenance est source de conflits et de séparation, et je cherche l'unité, la paix en moi, je la souhaite dans le monde. Revendiquer une appartenance conduit souvent à dire "j'ai la vérité, et par conséquent si vous n'êtes pas de mon groupe vous ne l'avez pas et si vous ne l'avez pas cette vérité je vais vous la faire rentrer de force dans le crâne", ou, avec moins de violence "ce que vous dites n'a aucun intérêt puisque vous n'êtes pas de ma paroisse..."

    En puisant, piochant dans toutes ces religions ou philosophies je ne garde que ce qui me parle, et me permet d'être au mieux dans ma vie. Je me sens plus libre. Ce n'est pas pour autant une bouillie infâme dans ma tête. Je pense ne pas vouloir m'encombrer de l'inutile, je m'économise, je ne vais chercher réponse que par rapport à ce qui me pose question.

    Quand Bidulette demande à Madame Yog : "tu apprends tout ça ?, la réponse de Yog "c'est plus de l'imprégnation que du par coeur" me parle. J'ai l'impression que quand mon être répond à ce qui lui pose problème en puisant à des sources diverses, il le fait d'abord par l'intellect (parfois avec difficulté), puis de manière plus subtile il l'intégre. Il se débarasse par la suite de la réponse intellectuelle lorsqu'il n'y a plus de question. Je fais avec mes moyens, je n'ai pas une grande mémoire (faute de l'avoir travaillé sans doute- paresse), je ne suis pas un grand lecteur, aussi je m'embarrase du minimum de bagages, outils intellectuels, spirituels. De même pour les techniques, rituels, moins j'en fais, en utilise mieux je me porte. Une seule phrase peut me suffire longtemps à faire face à mes difficultés dans ma vie quotidienne.

    Au plaisir de vous lire,

    Bonne journée à tous, Emmanuel


    14
    Samedi 22 Novembre 2008 à 00:15
    Yog' La Vie

    Mais tu es une vraie sage Noisette!

    C'est vrai, nous devrions toujours attendre quand nous nous sentons mal ou en colère, ça éviterait bien des malheurs et des remords.

    Souvent nous sommes dans la réaction alors qu'une simple respiration peut tout enrayer.

    Ce que tu dis, et tu as bien fait,  me donne l'idée d'un article, alors je n'en dis pas plus.

    Je m'en vais me coucher...dors bien poétesse! (I)

    13
    Vendredi 21 Novembre 2008 à 23:51
    Yog' La Vie

    Ça vient tout doucement et on a envie  d'en savoir toujours plus.....comme dans tous les domaines qui passionnent. C'est plus de l'imprégniation que du par coeur.

    Bises!

    12
    Vendredi 21 Novembre 2008 à 23:47
    Yog' La Vie

    Justement, on m'a parlé de ce film. Il paraît qu'il est très long. Est-ce digeste? -8 

    Bien résumé...avancer seconde par seconde sans se soucier de celle passée, ni de celle à venir. ... Ah, mais c'est toujours très beau sur le papier!! :D

    11
    Vendredi 21 Novembre 2008 à 23:44
    Yog' La Vie

    Légèrement teintés mais très amusant dans le style! Ça change, ça met du piment!! Ça fait monter le blog rank!!! :D

    Pour moi, tout contenu est bon pour discuter, chacun fait avec son histoire. D'ailleurs elle me manque déjà Miss Ancolie....Si tu m'entends....

    ...Et son blog est intéressant

    Bonne nuit Catherine, Je t'embrasse.


    10
    Vendredi 21 Novembre 2008 à 23:38
    Yog' La Vie

    Tout à fait Noisette, chacun a le droit de dire ....et chacun à sa façon ;)

    Tes propos me font vraiment penser à cette personne.

    <table id="bloc-image-gauche" border="0" width="135" align="left"> <tbody> <tr> <td id="bloc-image" colspan="3"> Soeur Emmanuelle </td> </tr> </tbody> </table>

    Je t'adore! Continue!

    9
    Vendredi 21 Novembre 2008 à 22:40
    bidulette

    pas évident comme concepte, tu apprends tout ça ?


    8
    Vendredi 21 Novembre 2008 à 22:33
    sylvie

    j'avais particulièrement apprécié ce passage en regardant le film "le Mahabaratha".

    "Il t'appartient d'agir sans jamais un regard pour les fruits de l'action. Ne fais jamais du fruit de l'action ton mobile, mais ne sois pas non-plus attaché à la non-action. C'est en agissant au cœur de l'action qu'on est délivré de toute attache, Arjuna. Demeure égal dans le succès comme dans l'insuccès. C’est cette égalité même, qui est détachement intérieur."


    Ce passage en particulier est extraordinaire de précision. Merci!Sylvie

    7
    Vendredi 21 Novembre 2008 à 22:07
    catherine

    Mettons en pratique tout de suite...

    les propos d'ancolie sont légèrement teintés d'agréssivité. Le taoïste les regarde sans éprouver la moindre émotion. Il ne porte aucune sorte de jugement sur ce qui est dit. Il connaît sa voie et il a un certain détachement pour ne pas dire un détachement certain par rapport à l'opinion ou l'agressivité d'autrui qu'il respecte par ailleurs mais qui ne pénètre pas le calme infini de sa propre conscience...

    Il n'est plus vraiment possible de toucher l'égo du taoîste par une agressivité qu'il n'arrive plus à intégrer et à ressentir. c'est un peu ça pour moi le détachement qui conduit à une élimination de la souffrance. S'il n'y avait la compassion pour les "10 milles êtres" et "10 milles formes " que prend le Tao, on pourrait presque parler d'une certaine indifférence

    En bonne taoïste (rire), j'ai pris le propos d'ancolie juste parce que j'y trouvais une bonne occasion de développer la pensée taoïste qui me passionne sans m'attacher au contenu de ces propos...

    6
    Vendredi 21 Novembre 2008 à 08:45
    gazou
    Je partage bien le point de vue de Emmanuel et je n'éprouve plus le besoin de me rattacher à une religion mais je peux accepter les lumières qui viennent de ci, de là,d'où qu'elles viennent
    5
    Vendredi 21 Novembre 2008 à 08:36
    Ancolie

    QUEL BARATIN ! La complaisance vérbouilleuse , la réthorique fumeuse de l'indouisme qui n'a jamais rien produit d'autre qu'une société de castes de clans hyper hierarchisée et completement totalitaire . Mais on se rassure comme on peut en fuyant dans l'exotisme le plus

    creux . (et creux n'est pas synonyme de vide ) 

     

    4
    Vendredi 21 Novembre 2008 à 08:21
    Lilou

    Yog, Emmanuel, Catherine ..Merci .
    Vos écrits ont en moi un écho profond .

    3
    Vendredi 21 Novembre 2008 à 05:37

    Bonjour Madame Yog,

    Je suis heureux de voir que cet extrait de la bhagavad gita te parle aussi.

    Je partage ce que dit Catherine, je ne ressens plus non plus le besoin d'appartenir à telle ou telle religion, famille spirituelle. Je sais que je peux trouver dans toutes de quoi m'éclairer sur mon chemin. Ce qui nous anime tous au plus profond de nous-même est hors d'une appartenance particulière revendiquée : religieuse, philosophique. Les enseignements spirituels ne sont que des outils dont nous pourrons un jour nous passer quand le Tout en nous sera découvert, établi.

    2
    Jeudi 20 Novembre 2008 à 21:59
    catherine

    Si tu vas voir le chap 13 du Tao qui est sur mon blog art et foi, tu trouveras exactement le même message. message que l'on retrouve aussi dans le boudhisme et aussi d'une manière bien moins claire et plus cachée dans le christianisme quand le christ dit "renonce à toi-même et suis-moi"...c'est le même détachement qui est demandé.
    le détachement et le renoncement à l'égo sont la Voie présente dans toutes les spiritualités.
    L'égo c'est aussi le péché originel, la connaissance du bien et du mal, l'homme qui se prend pour dieu à la place de Dieu.L'égo, ce péché originel, inscrit au coeur de tout homme et dont nous devons nous défaire en cette vie.
    Le Christ n'a rien fait d'autre en mourrant sur la croix, qu'un renoncement jusqu'au bout...

    Depuis que j'ai compris cela, je ne me sens pas plus bouddhiste que chrétienne ou hinddouhiste ou juive car il n'y a qu'un seul chemin, une seule vérité écrite partout, tout le temps

    Dis moi ce que tu en penses..Yog

    1
    Jeudi 20 Novembre 2008 à 17:22
    Salam

    Merci d'être passé!

    A propos, je fais du Yoga moi-même avec ma copine, et c'est merveilleux.

    Que la paix soit sur toi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :