• Livre: Rumeurs océanes

    http://www.ecrituresetspiritualites.fr/wp-content/uploads/2017/09/RumeursOc%C3%A9anes.jpg

    https://www.ecrituresetspiritualites.fr/tag/rumeurs-oceanes/

    "Le céleste se vit sur terre..en fait il s’accomplit dans un « non-où », un lieu de nulle part, sous un huitième climat, en une île fleurie oubliée de presque tous. "

    Jacqueline Kelen - un chemin d'Ambroisie

    L'envol vint à moi en Rumeurs Océanes.

    Ce qui a ouvert ce livre, en Désir d’Être, n'attendait rien et tout fut offert par surcroît.    

    J'y suis venue comme on vient à la source, guidée par le chant du vent dans les pages, le silence entre les mots, en ce bleu limpide où se mire le regard.

      Il est des livres comme des visages, certains s'avancent au devant de vous rendant grâce au vivant et vous interpellent tant que vous entrez en compagnonnage. 

    Que de mots sont nés sous ma plume en écho à cette transhumance ailée, lorsque, adossée aux Lettres, j'ai tenté le voyage! 

    Que de mots encore à venir pour chanter en résonance la beauté du vivant en notre humaine condition..

         Qui tient la plume pour que l'air soit si vif, le paysage si troublant ?

    A qui s'adresse-t-elle ? Où va-t-elle ?

         En l'élan , Personne !

     Celui qui écrit se tient en ce commencement, au seuil de la porte Joyeuse.     

    Lorsque au fil des pages le soleil dans mon dos salue la naissance du Jour en moi, il murmure quelque chose qui ressemble à ces mots de Philippe Mac Leod: "Mais on n'emporte rien. On a vu, une fois. On a touché terre comme pour la première fois, d'une manière unique, et c'est pour jamais." 

     C'est l'expression " c'est pour jamais" qui a jaillit comme un salut réveillant la flamme qui sans cesse fouille le buisson des ténèbres en moi.   

    A chaque Lettre, auprès de chaque âme vivante et claire qui l'habite, en la rencontre de chaque singularité absolue, une voix viens dire " je t'aime pour jamais" toi le si proche  à mes côtés. C'est une parole neuve qui ne passe qu'une fois. Quand le regard la porte elle est reliance.

     C'est elle qui a permis le premier de nos pas sur terre, le premier de nos regards au ciel et cet étonnement d'être où nous nous trouvons suspendus.  

    Un matin on se lève, coupé du monde, et l'équilibre est rompu.

    Un soir on se couche, ramené au monde, et l'équilibre se fait.

    Tout semble tenir à un point de contact aussi fin qu'une tête d'épingle niché en un lieu invisible et mouvant en nous.

     "Nous sommes les oies sauvages, toujours en migrations"

     Où vas-tu questionne la tête
    Toujours chez moi répond le cœur
    Au point d'ancrage entre les deux
    A pas de loup et de voleur
    Sans cesse tournons cherchant demeure
    En cette quête trouvons notre Heure.  

    Ce point qui est peut être le "non-où" de Jacqueline Kelen, tous les mots de ce livre chantent en sa direction en subtiles correspondances.

    Il suffit d'entrer !
    Lise

    Lien vers le site de l'éditeur : https://www.editions-complicites.fr/accueil/l-art-de-transmettre/

    « 9 signes que vous êtes plus éveillé que vous ne le pensez"Le dictateur" de Charlie Chaplin »

  • Commentaires

    2
    Mardi 7 Novembre à 15:04

    Merci Lise. j'ai commandé le livre....que j'attends...smile

    1
    Lise
    Jeudi 26 Octobre à 22:31

    Merci Yog pour ce partage en ce lieu vibrant que tu animes d'une si belle plume qui reste pour moi source permanente de Joie.

    Lise

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :