• https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/236x/0a/80/85/0a8085d3d6485bd17400efbc58fd90f8.jpg

    La première amitié doit être avec soi-même, mais on trouve très rarement quelqu'un qui soit son propre ami.

    Nous sommes nos propres ennemis, tout en espérant en vain pouvoir nous lier d'amitié avec quelqu'un d'autre.

    On nous a appris à nous condamner nous-mêmes.

    L'amour de soi est considéré comme un péché, ce n'est pas le cas.

    C'est le fondement de tout autre amour.

    Ce n'est qu'à travers l'amour de soi que l'amour altruiste est possible.

    Comme on a condamné l'amour de soi, toutes les autres possibilités d'amour ont disparu de la terre.

    C'est une stratégie très rusée pour détruire l'amour.

    C'est comme si vous disiez à un arbre: "Ne te nourris pas de la terre, c'est un péché. Ne te nourris pas de la lune, du soleil et des étoiles, c'est égoïste. Sois altruiste -sers les autres arbres." Cela semble logique et c'est le danger. Cela semble logique: si tu veux servir les autres, alors sacrifie-toi; servir, c'est se sacrifier. Mais si un arbre se sacrifie, il mourra, il ne pourra servir aucun autre arbre; il ne pourra même plus exister.

    On vous a appris: "Ne t'aime pas toi-même." C'est quasiment le langage universel des soi-disant religions organisées. Pas le message de Jésus mais certainement celui du christianisme; pas celui de Bouddha, mais du bouddhisme -c'est l'enseignement de toutes les religions organisées: "Condamne-toi toi-même, tu es un pêcheur, tu ne vaux rien."

    Et à cause de cette condamnation, l'arbre de l'être humain s'est desséché, il a perdu son lustre, il ne peut plus se réjouir.

    Les gens se traînent comme ils peuvent. Ils n'ont pas de racines dans l'existence - ils sont déracinés.

    Ils essaient de servir les autres et ils ne le peuvent pas, parce qu'ils n'ont même pas d'amitié pour eux-mêmes.

     

    Extrait du livre d'Osho: "Au cœur du présent"  Almasta Editions

     

    L'amitié


    6 commentaires
  • Village-des-Pruniers--8-.JPG

     

     

    Vous recherchez le rythme intérieur, parfois à travers l'argent, parfois à travers le pouvoir, parfois à travers le prestige, parfois dans toute sorte de relations. Vous êtes continuellement en train de mendier. Vous voulez connaître quelque chose du transcendantal, vous êtes assoiffé de transcendantal.

    De temps en temps, même dans le cours d'une vie ordinaire, cela se produit. Vous connaissez ces quelques instants lorsque soudain, alors que vous vous éveillez le matin, tout semble parfait. Les oiseaux chantent, l'air est embaumé, le soleil se lève et soudain vous sentez que tout est tranquille. Pendant un moment vous n'êtes plus séparé, vous sentez une grande joie monter en vous sans aucune raison. Vous vous sentez soudainement vibrant, complètement régénéré, chez-vous. Peut-être est-ce le profond sommeil et repos de la nuit, peut-être est-ce ce magnifique matin, le chant des oiseaux, l'air frais, la rosée sur l'herbe brillant sous le soleil matinal, peut être est-ce tout ceci qui crée le contexte. Non pas par votre effort mais par accident, vous êtes en harmonie avec vous-même et avec l'existence.

     

    Et souvenez-vous, cela se passe toujours simultanément. Chaque fois que vous trouvez l'harmonie en vous-même, vous trouvez également l'harmonie avec l'existence.

    L'harmonie a deux aspects: l'individuel et l'universel. Si l'individu est en harmonie alors il n'y a aucune raison pour qu'il ne soit pas en harmonie avec le Tout. Si tous les conflits en vous ont disparus, même pour un seul instant, dans cet instant vous faites partie du Tout, vous n'êtes plus une île, vous n'êtes plus séparé. Tous les murs ont soudainement disparus, vous n'êtes plus emprisonné.

    Si vous regardez en arrière vous pouvez vous souvenir de quelques moments… et ce seront ces moments où vous étiez détendu, ce seront ces moments où il n'y avait aucun désir particulier dans votre mental, où vous n'étiez pas préoccupé, où vous n'étiez pas tendu, où, d'une certaine façon, vous étiez, simplement.

    Observez avec minutie ces moments accidentels, soudains, parce que la clé secrète y réside. Si cela se passe dans un état de relaxation, lorsque vous êtes détendu, sans tension, alors vous pouvez créer le contexte ! Vous pouvez vous détendre. Si cela vous arrive lorsque vous nagez, alors vous pouvez nager et créez le contexte ! Si cela vous arrive lorsque vous courrez... et cela arrive à différentes personnes de façons différentes. De nombreux coureurs le savent, si vous continuez à courir, passé une certaine limite, continuez à courir, continuez à courir, soudainement ça arrive, parce que l'énergie de l'homme a trois niveaux.

     

    La première couche est seulement pour l'activité quotidienne, c'est une couche très mince.

    Elle est suffisante pour le bureau, l'épouse, les enfants, la vie ordinaire.

     

    La deuxième couche est pour les urgences.

    Votre maison est en feu. Peut-être vous sentez-vous très fatigué après votre journée de travail et rentrez à la maison en espérant un bon repos et tout-à-coup alors que vous arrivez chez-vous, votre maison est en feu. Immédiatement toute fatigue disparaît, vous n'êtes plus fatigué, vous avez complètement oublié le repos et toute la nuit vous essayez d'éteindre le feu et même après toute cette nuit de travail, vous n'êtes pas fatigué. Ce n'était pas la couche d'énergie ordinaire qui travaillait, elle était épuisée, la couche d'urgence a commencé à travailler.

     

    La troisième couche est plus profonde que cela.

    Vous continuez encore et encore… par exemple, si pour un jour, deux jours, trois jours, vous continuez à travailler, alors la couche d'urgence sera elle aussi, épuisée, alors vous venez en contact avec la couche cosmique. C'est la source de la vie et c'est inépuisable. Lorsque vous êtes en contact avec cette énergie, une joie immense commence à vous remplir.

    Cela arrive aux joggers, aux coureurs, aux nageurs parfois. La première couche épuisée, puis la seconde couche vient et si vous continuez à courir la seconde est elle aussi épuisée.

     

    Au moment où vous êtes en contact avec la troisième, une extase formidable se fait sentir sans aucune raison.

    Cela peut vous arriver pendant que vous faites l'amour, cela peut vous arriver lorsque vous écoutez de la musique, cela peut vous arriver lorsque vous êtes simplement allongé sur votre lit à ne rien faire. Cela peut vous arriver lorsque vous peignez, absorbé, complètement absorbé dans la peinture ou encore, cela peut arriver de mille et une façons. Mais observez; à chaque fois que cela se passe, à chaque fois que cet incroyable moment béni vous vient, lorsque le divin frappe à votre porte, observez dans quel contexte cela se produit. Soyez vigilant ! Regardez autour, dans quel espace cela se produit, alors vous avez la clé. Lorsque vous serez capable de créer ce contexte, cet espace, le moment viendra à nouveau.


    Vous ne pouvez pas le faire se produire, mais vous pouvez vous rendre disponible pour qu'il se produise. Vous ne pouvez pas le forcer mais vous pouvez créer tout ce qui est nécessaire pour que ça arrive. Ce n'est pas une action de votre part, cela se produit; cependant vous pouvez jouer un rôle important. C'est ainsi que toutes les techniques de méditation ont été développées, c'est comme cela que le Yoga est venu à l'existence. Cette harmonie est présente en vous parce que sans elle, vous ne pouvez pas vivre.

     

    Cette musique est déjà là en vous comme un courrant souterrain parce que cette musique est votre connexion avec le Tout. Si elle cesse, vous mourrez.

    Vous êtes vivant, c'est une preuve suffisante que la musique se joue. La seule chose est d'aller profondément dans votre être et de trouvez où elle se produit.

     

               

    Osho, Extrait de: The Fish in the Sea Is Not Thirsty  

               

     

     

     

         

     


    3 commentaires
  • Village-des-Pruniers--4-.JPG

     

       

    Dans un premier temps, la nature de l'activité et de ses courants cachés doit être comprise, autrement aucune détente n'est possible.

     

    Même si vous voulez vous détendre, ce sera impossible si vous n'avez pas observé, reconnu, réalisé, la nature de votre activité, parce que l'activité n'est pas un phénomène simple.

    De nombreuses personnes voudraient se détendre, mais elles ne peuvent pas se détendre. La détente est comme une fleuraison, vous ne pouvez pas la forcer. Vous devez comprendre le phénomène tout entier: Pourquoi vous êtes si actif, pourquoi tant d'occupation active, pourquoi êtes-vous obsédé par elle.

     

    Souvenez-vous de deux mots: L'un est action, l'autre est activité. L'action n'est pas de l'activité. L'activité n'est pas de l'action. Leurs natures sont diamétralement opposées. L'action c'est lorsque la situation l'exige, vous agissez, vous répondez. L'activité c'est lorsque la situation importe peu, ce n'est pas une réponse, vous êtes si agité intérieurement, que la situation est juste une excuse pour être actif.

     

    L'action émerge d'un mental silencieux, c'est la chose la plus belle au monde. L'activité émane d'un esprit agité, c'est la chose la plus laide. Agissez plus et laissez les activités cesser d'elles-mêmes. Peu à peu une transformation se passera en vous. Cela prend du temps, cela a besoin de saisons, mais il n'y a également aucune hâte.

     

    Maintenant vous pouvez comprendre ce que signifie la relaxation. Cela signifie aucun désir d'activité en vous. Relaxation ne signifie pas s'étendre comme un homme mort. Vous ne pouvez pas vous étendre comme un homme mort, vous pouvez seulement feindre. Comment pouvez-vous vous étendre comme un homme mort ? Vous êtes vivant, vous pouvez seulement feindre. La relaxation vient à vous lorsqu'il n'y a aucun désir d'activité, l'énergie est "chez elle" - ne se déplaçant nulle part. Si une certaine situation surgit vous agirez, c'est tout, mais vous ne cherchez pas une certaine excuse pour agir. Vous êtes à l'aise avec vous-même. Relaxation veut dire: Être à la maison.

     

    La relaxation est non seulement celle du corps, non seulement celle du mental, elle est celle de votre être tout entier.

    Vous êtes trop dans l'activisme et bien sur, fatigué, dispersé, desséché, congelé. L'énergie de vie ne circule pas. Il y a seulement des blocages, des blocages et des blocages. Et toutes les fois où vous faites quelque chose vous le faites dans une folie. Naturellement la nécessité de se détendre se fait sentir. C'est pourquoi tant de livres sont écrits chaque mois sur la relaxation et je n'ai jamais vu une personne qui est devenue détendue en lisant un livre sur la relaxation ! Elle est devenue plus agitée parce que maintenant sa vie entière d'activité demeure intacte. Son obsession à être active est là, la maladie est là et cette personne feint d'être dans un état de détente ainsi elle s'allonge. Toute agitée à l'intérieur, un volcan prêt à exploser et elle se détend d'après les instructions d'un livre: Comment se détendre ?

     

    Il n'y a aucun livre qui puisse vous aider à vous détendre -- à moins que vous ne lisiez votre propre être intérieur et alors la relaxation n'est pas une obligation. La relaxation est une absence, une absence d'activité, pas une absence d'action. Ne faites rien ! Aucune posture de yoga n'est nécessaire, aucune déformation ni contorsion du corps ne sont nécessaires. "Faites Rien !". Seule l'absence d'activité est nécessaire. Et comment viendra-t-elle ? Elle viendra par la compréhension. La compréhension est la seule discipline. Comprenez votre activisme et soudain, au beau milieu de l'activité, si vous devenez conscient, cet activisme s'arrêtera. Si vous devenez conscient de pourquoi vous le faites, cela s'arrêtera. Et cet arrêt est ce dont parle Tilopa.

     

    La relaxation veut dire que ce moment est plus qu'assez, plus qu'il peut être demandé et attendu. Rien à demander, est plus qu'assez, plus que vous ne pouvez désirer. Alors l'énergie ne se déplace jamais plus nulle part. Elle devient une étendue placide. Vous vous dissolvez dans votre propre énergie. Ce moment là est relaxation. La relaxation n'est ni celle du corps ni celle du mental, c'est celle de votre être tout entier. C'est pourquoi les bouddhas continuent à dire: "Devenez sans désir." Parce qu'ils savent que s'il y a désir, vous ne pouvez pas vous détendre.

     

    La relaxation n'est pas une posture, la relaxation est une transformation totale de votre énergie.

                           

    Osho, Extrait de: Tantra: The Supreme Understanding


    votre commentaire
  • Vous êtes une immense liberté, votre être est sans limites. Toutes les frontières sont illusoires. C'est pourquoi ce n'est que dans l'amour que vous devenez sain et entier, car l'amour efface toutes les frontières, toutes les étiquettes; il ne vous juge pas. Il vous accepte tel que vous êtes.

     

    Papillon

    Personne n'est réellement malade. En fait, c'est la société qui est malade, les individus en sont les victimes. La société a besoin de thérapie; les individus ont simplement besoin d'amour. Le patient, c'est la société et il faut l'hospitaliser..

     

    Les individus souffrent, parce qu'on a pas de prise sur la société; elle reste invisible. Quand on essaie de la saisir, on trouve un individu et il devient responsable. Il souffre tout simplement, c'est une victime. Il a besoin de compréhension, pas de thérapie; d'amour, pas de thérapie. la société lui a donné une camisole de force, des prisons. La société l'a coincé dans une case, elle l'a classé, étiqueté: "C'est toi, c'est ton identité".

     

    Vous êtes liberté et vous n'avez pas d'identité. On ne peut pas vous étiqueter et c'est là votre beauté et votre gloire -de ne pouvoir dire qui vous êtes. Vous êtes toujours en processus. A peine avez-vous affirmé que vous êtes ceci ou cela, que vous avez déjà changé. Vous décidez à chaque instant ce que vous allez être -être ou ne pas être. A chaque instant, il y a la une nouvelle décision, une nouvelle expression de vie. D'un instant à l'autre, un pêcheur peut devenir un saint ou un saint devenir un pêcheur. D'un instant à l'autre, un être peut passer de la maladie à la santé ou de la santé à la maladie.

     

    Juste un changement de compréhension, de vision et tout change.


    votre commentaire
  • Des millions de gens ont décidé de ne pas être sensibles. Ils se sont entourés d'une peau épaisse juste pour éviter d'être blessés par quelqu'un. Mais c'est à grand prix. Personne ne peut les blesser, mais personne ne peut les rendre heureux non plus.

     

    IMG_3392.JPG

     

    Quand vous commencez à vous ouvrir, deux choses deviennent possibles:

    parfois il y aura des nuages, parfois, il y aura du soleil.

     

    Mais, si vous restez enfermé dans votre cave, il n'y aura ni nuages ni soleil.

     

    Il est bon de sortir, de danser avec le soleil, et oui, parfois,

    de se sentir triste avec les nuages - et parfois il y aura beaucoup de vent.

     

    Quand vous sortez de la cave, tout est possible

    et il se peut que les gens vous blessent

    ...mais ce n'est qu'une des possibilités.

     

    N'y réfléchissez pas trop, sinon vous vous refermerez.

     

    Il y a des millions de possibilités; pensez aussi à cela.

     

    Vous serez plus heureux, vous serez plus aimant.

     

    Vous serez plus disponible et les autres seront plus disponibles pour vous.

     

    Vous pourrez rire, vous pourrez célébrer.

     

    Il y a mille et une possibilités.

     

    Pourquoi ne choisir que celle d'être blessé?

     

     

    Osho: "Au coeur du présent"


    votre commentaire
  •  

    La vie est bruyante et le monde est surpeuplé. Mais lutter contre le bruit n'est pas la façon de s'en débarrasser; la façon de s'en débarrasser est de l'accepter totalement. 

    http://blog.civilengineergroup.com/wp-content/uploads/2010/08/Measuring-Urban-Noise-Pollution.jpg

     

    Plus vous luttez, plus vous vous énervez, car plus vous luttez,

    plus vous êtes dérangé.

     

    Ouvrez vous, acceptez le bruit.

     

    Il fait aussi partie de la vie.

     

    Et une fois que vous commencerez à l'accepter, vous serez surpris:

    il ne vous dérangera plus.

     

    Ce n'est pas le bruit qui vous dérange, c'est votre attitude à l'égard du bruit.

     

    Si vous vous y opposez, il vous dérange, sinon il ne vous dérange pas.

     

     

    Et où iriez vous?

     

    Où que vous alliez, vous trouverez inévitablement du bruit;

    le monde entier est bruyant.

     

    Si vous vous installez dans une grotte de l'Himalaya,

    vous passerez à côté de la vie.

     

    Il n'y aura pas de bruit, mais vous n'y trouverez pas toutes les possibilités de croissance que la vie vous offre.

     

    Bientôt le silence vous semblera terne et mort.

     

     

    Je ne vous dis pas de ne pas savourez le silence.

     

    Savourez-le; mais sachez que le silence ne s'oppose pas au bruit.

     

    Le silence peut exister dans le bruit.

     

    En fait, ce n'est que lorsqu'il existe dans le bruit que le silence est réel.

     

    Le silence que vous percevez dans l'Himalaya n'est pas le vôtre;

    il appartient à l'Himalaya.

     

    Mais si, vous pouvez percevoir le silence sur la place du marché, si vous pouvez être tout à fait à l'aise et détendu, il est vôtre.

     

    Alors vous avez l'Himalaya dans votre coeur et c'est le vrai cadeau!


     

    Osho: "Au coeur du présent"

     

     


    8 commentaires
  • Images-6-3397.JPG

     

    Parfois vous êtes froid; parfois non. N'en faites pas un problème. Quand vous êtes froid, soyez froid et ne vous en sentez pas coupable.

     

    Il n'est pas nécessaire de rester chaleureux pendant vingt quatre heures. Ce serait fatiguant. On a besoin d'un peu de repos. Quand on est froid, l'énergie se retire à l'intérieur; quand on est chaleureux, l'énergie se retire vers l'extérieur.  Bien sûr les autres voudraient que vous soyez toujours chaleureux, car à ce moment là votre énergie va vers eux. Quand vous êtes froid votre énergie ne va pas vers eux, et ils s'en offensent. Ils vous diront que vous êtes froid. Mais c'est à vous de décider.

     

    Durant ces moments froids, vous hibernez, vous allez à l'intérieur de votre être. Ce sont des moments méditatifs. Aussi, voici ce que je suggère: quand vous vous sentez froid, fermez les portes des relations et ne vous mêlez plus aux autres. Sentant que vous êtes froid, rentrez chez vous et méditez. C'est le bon moment pour méditer. Avec cette énergie qui se retire à l'intérieur, vous pouvez la suivre et aller au centre le plus intime de votre être. Il n'y aura pas de lutte. Vous pouvez aller simplement avec le courant. Et quand vous vous sentez chaleureux, aller au dehors. Oubliez tout de la méditation. Soyez aimant. Utilisez les deux états, et ne vous faites pas de soucis.

     

    Osho

    Salle ordinaire mais des vues extérieures apaisantes

    Images-6-3398.JPG


    2 commentaires
  • Les saisons changent.

    Parfois c'est l'hiver, parfois c'est l'été.

    Si vous restez toujours dans le même climat, vous vous sentirez coincé.

     

    Images-6-3389.JPG

     

     

    On doit apprendre à aimer ce qui arrive.

    C'est ce que j'appelle la maturité.

    On doit apprendre à aimer ce qui est déjà là.

    L'immaturité consiste à vivre dans les "il faudrait", "on devrait"

    et à ne jamais vivre ce qui est.

    La réalité est ce qui est.

    "On devrait" n'est qu'un rêve.

     

     

    Images-6-33912.JPG

     

    Quoi qu'il arrive, c'est bien.

    Aimez-le, chérissez-le et détendez-vous.

    Quand parfois l'intensité se manifeste, aimez-la.

    Quand elle s'en va dites-lui adieu. les choses changent...la vie est un flux.

     

     

    Images-6-3393.JPG

     

    Rien ne reste identique;

    parfois, il y a de grands espaces et parfois, nulle part où aller.

    Mais les deux sont bien.

     

    Images-6-3392.JPG

     

    Les deux sont des cadeaux de l'existence.

    On devrait être reconnaissant, éprouver de la gratitude pour tout ce qui arrive.

    Savourez ce qui se passe juste maintenant.

     

     

    Images-6-3394-copie-1.JPG

     

     

    Demain, cela peut changer, alors jouissez-en.

    Après demain, quelque chose d'autre peut arriver.

    Jouissez-en.

    Ne comparez pas le passé à de futiles fantaisies d'avenir.

    Vivez l'instant.

     

     

    Images-6-3396.JPG

     

    Parfois, il fait très chaud,

    parfois, il fait très froid,

    mais il faut les deux; sinon la vie disparaîtra.

    Elle existe grâce aux polarités.

     

    Osho

     

    Histoire lue aujourd'hui: ça tombait bien, cette salle était non seulement pas chauffée (la fraîcheur est revenue chez nous) mais de plus, elle était en mode climatisation; il a fallu discuter un peu pour ne pas avoir à faire une séance dans une chambre froide.

     

    Texte extrait de ce livre

     

     

    ...Un peu de patience pour les réponses ici et mails. Tanquiou!

     

     


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique