• Qu'est-ce que la vie intérieure?

    201676889532675773 fF9KVn5x f

     

    La réponse la plus simple serait: "Ce qui en nous n'appartient pas à la vie extérieure"!

    Plus sérieusement, on peut dire qu'il s'agit de "la turbine d'énergie en nous qui mène tout à notre insu".

    La vie intérieure, c'est ce moteur invisible qui anime le corps, fait vibrer les émotions et allume les neurones - en somme, tout ce qui nous rend vivants, sensibles et conscients. Cela peut aussi s'appeler "âme" ou "esprit", d'où les expressions la "vie de l'esprit" ou "vie spirituelle".

     

    L'esprit et le corps

     

    On sait d'ailleurs que le mot "esprit"- SPIRITUS en latin - veut dire "souffle de vie", et qu'il se retrouve dans les verbes "respirer", "aspirer" et "inspirer". De son côté, le mot "âme"- du latin ANIMA -, c'est ce qui anime, éclaire et fait croître.

    Par conséquent, le couple esprit-âme suggère un souffle de vie et une conscience en croissance.

    Et ce que l'âme anime, c'est le corps. Si bien que lorsqu'elle a cessé de le faire, le corps se trouve "inamé"- sans âme.

    Ce qui vient de le quitter, c'est l'essentiel qui, selon le mot célèbre de Saint Exupéry, "est invisible pour les yeux".

    Mais comme dans notre obsession pour ce qui est matériel, visible et tangible nous pensons que ce qui ne se voit pas n'existe pas, nous concluons naïvement que l'âme n'existe pas séparement puisqu'une fois que le corps est décédé, il ne reste apparemment plus rien! Nous ne voulons pas reconnaître que c'est justement parce que l'âme est invisible qu'elle est distincte du corps.

    Aussi, l'expression "vie intérieure" a-t-elle peu d'écho dans notre monde, qui ne vit que pour et par l'extérieur - le fric, l'agitation, la peau, le look et le pouvoir.

    Ce qui n'est pas dans notre main ou devant nos yeux - ce qui ne s'achète pas ni ne se démontre - n'a pas pour nous plus d'intérêt que d'existence.

     

    Pour reconnaître ce monde invisible et primordial, il est préférable de l'aborder par ce qui est visible et en découle, c'est-à-dire le corps. Tout ce qui apparaît chez celui-ci - taille, teint, traits, parole, regard, geste et allure - appartient au monde extérieur, qui peut être vu, touché, mesuré et analysé. Mais cela comprend aussi ce qui est relié de près ou de loin au corps - choses, possessions, richesses, demeures, véhicules, technologies, emploi et réputation -, c'est-à-dire le monde des apparences, qui aujourd'hui prend tant de place dans nos vies.

    Pourtant, ce monde-là n'est qu'un aspect de la vie. L'autre aspect qu'on ne voit pas contient le moteur de la vie dont le corps dépend - comme les cascades d'eau d'une fontaine qui, sans la source cachée, cesse d'exister.

    Or, cette dimension cachée est ignorée, même niée de nos jours, surtout depuis le début du XX° siècle - l'époque la plus inhumaine de l'histoire.

    Et c'est par ceux qui façonnent les courants de pensée - intellos, politiciens, scientifiques et gens de religion - que l'Homme a peu à peu perdu conscience de son âme, c'est-à-dire de sa vie intérieure.

     

    D'après Placide GABOURY

     

     

     

     

    « GratouillesLa jeunesse »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :