• Bonheur-chemin-neige.jpg

     

     

    Longtemps j'ai  cru que ma vie allait bientôt démarrer - la vraie vie.

     

    Mais chaque fois un nouvel obstacle se présentait sur ma route, une priorité à régler, une affaire en cours, une dette à payer.

     

    La vie commencerait après.

     

    Et puis un beau jour, je me suis rendu compte que ces obstacles étaient ma vie.

     

    Cet éclairage m'a permis de comprendre qu'il n'y avait pas à proprement parler de chemin vers le bonheur.

     

    Le bonheur est le chemin.

     

     


    20 commentaires
  • http://images.easyart.com/i/prints/rw/lg/6/2/Ona-Le-pardon-62659.jpg

     

    Un roi se désole car il n'y a pas un jour où quelqu'un ne vienne se plaindre des méfaits de son fils...

    Le roi le convoque et tente de le raisonner.

    Le fils lui répond : Je suis prince et tu es roi, nous avons tous les droits, je veux vivre ma vie et prendre du bon temps et je pars...

     

    - Fais comme tu l'entends , lui dit son père mais chaque fois que quelqu'un viendra se plaindre de toi, je planterai un clou dans cette table.

    Et le fils part et le père fait comme il l'a dit.

    Et passe le temps, les mois , les années.

    Un jour, le fils revient...

    Il demande à voir son père... celui-ci ne dit rien mais lui montre la table : elle est couverte de clous.

    Le fils réalise alors seulement et décide de changer de comportement mais il dit à son père :

    - Promettez-moi que, chaque fois que l'on viendra vous dire quelque chose de bien sur moi, vous enlèverez un clou.

    Le roi promet, le fils s'en va...

     

    Et passe le temps, les mois, les années.

    Le fils revient.

    Il voit son père, il voit la table : plus un clou !

    Il se réjouit...Son père reste muet...

    - Mais, lui dit le fils, pourquoi ne vous réjouissez-vous pas avec moi ?

    Il n'y a plus un clou sur cette table.

    -Oui, répond le père, mais il reste la trace des clous...


     

    Texte trouvé chez Gazou

     

    Peinture


     



    votre commentaire
  • http://traou.net/blog/public/.IMG_8451_m.jpg

     

     

    Ceci était une réflexion du 23/11/2009

     

     

    "La vraie question n'attend pas la réponse.
    Et, s'il y a réponse, celle-ci n'apaise pas la question et, même si elle y met fin, elle ne met pas fin à l'attente, qui est la question de la question (...)
    Toute réponse doit reprendre en elle l'essence de la question, qui n'est pas éteinte par ce qui y répond".


    Maurice Blanchot dans l'entretien infini

     

     

    En début de séance, je lis toujours un texte philosophique. (Le yoga apprend à mieux se connaître et les postures ne sont qu'une partie de cette immense discipline).  Il est important de répéter régulièrement que ces textes ne sont pas des vérités mais que cela sert, tel un miroir, à se confronter à soi-même.

     

     

     


    2 commentaires
  • Question

     

     

     

    Le bonheur d'un ami nous enchante.
     

     

    Il nous ajoute.
     

     

    Il n'ôte rien.
     

     

    Si l'amitié s'en offense, elle n'est pas.

     

     

    Antoinette

     

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    Egalite-homme-femme.jpg

     

     

    On s'indigne souvent de l'injustice entre les hommes et les femmes concernant le nombre de partenaires et  l'infidélité. En effet, il est reconnu que la femme est dépréciée lorsqu'elle qu'il n'y a plus que "le train qui ne lui a pas passé dessus" ou qu'elle est infidèle alors que c'est largement toléré quand ces situations concerne l'homme. Or, la discussion ne devrait pas se situer en tant que qu' "avantage" ou "désavantage" entre les sexes mais tout simplement sur la question des  frustrations personnelles et de la sincérité entre les personnes. Non?

     

     

     

    Les gens ont complètement oublié que le sexe n'est rien en en comparaison de la fusion qui a lieu quand vous êtes simplement étendu ensemble dans un profond amour, un profond respect, en prière.

     

     

     


    Quand l'énergie physique ne s'implique pas sexuellement,

    elle s'élève à des attitudes plus élevées.

     

    Elle peut même atteindre l'ultime, le samadhi, l'éveil.

     

    Mais les gens l'ont complètement oublié.

     

    Ils croient que le sexe est la fin.

     

    Il n'est que le début.

     

    Quand vous aimez quelqu'un, commencez par rester étendus ensemble dans un profond amour; vous atteindrez des orgasmes plus subtils et plus profonds.

     

    C'est ainsi que naît peu à peu la vraie chasteté.

     

    Ce qu'en Inde nous appelons brahmacharya, la véritable abstinence, n'est pas opposée au sexe: elle est plus élevée que le sexe, plus profonde que le sexe.

     

    Elle est plus que le sexe.

     

    Le sexe donne tout ce qu'il peut, mais il donne aussi davantage.

     

    Quand on sait utiliser son énergie à un niveau aussi élevé,

    qui se préoccupe d'espace inférieurs?


    Personne!

     

    Je ne dis pas d'abandonner le sexe, je vous dis de vous accorder parfois de purs espaces aimants où le sexe n'est pas un sujet de préoccupation.

     

    Sinon, vous êtes ramenés sur terre et vous ne pouvez jamais voler dans le ciel.

     

     

     

    Osho: Au coeur du présent

     


    11 commentaires
  • http://www.devin-editions.fr/cartes/d4.jpg

     

    Pourquoi aide t-on?

    Il existe plusieurs types d'altruistes qu'on pourrait appeler les "vrais" et les "faux'.

    Afin de mettre en évidence l'altruisme pur, il faut éliminer diverses autres explications selon lesquelles tout comportement altruiste ne serait que de l'égoïsme déguisé. Les "faux altruistes" aident parce qu'ils ne supportent pas la détresse qu'il éprouvent devant la souffrance des autres et s'empressent de désamorcer leur propre tension émotionnelle. Ils aident aussi par crainte du jugement que l'on porte sur eux ou par désir d'être loués, ou encore pour éviter le sentiment de culpabilité. S'ils n'ont pas d'autres choix d'intervenir, ils secourent la personne en difficulté (pourvu que le prix à payer ne soit pas trop élevé) mais s'ils peuvent éviter d'être confronté au pénible spectacle de la souffrance ou s'esquiver sans que personne ne trouve à redire, ils n'interviennent pas plus que les individus faiblement altruistes.

    Les "vrais altruistes" en revanche aident même s'il leur aurait été facile de détourner le regard, ou d'éviter d'intervenir sans que personne le sache. Des recherches montrent que, dans une population occidentale, on trouve en moyenne 15% d'altruiste vrais et que cet altruisme est, chez eux, un trait de tempérament durable.

    Donnons un exemple.

    Comment savoir si une personne dite altruiste n'agit pas simplement pour ressentir le sentiment de fierté que lui procure l'accomplissement d'un geste bienveillant? 

    En vérifiant qu'elle sera tout aussi satisfaite si quelqu'un d'autre vient en aide. Pour un véritable altruiste, c'est le résultat qui compte, non la satisfaction personnelle d'avoir aidé.




     

    Extrait du livre  "Plaidoyer pour le bonheur" de Matthieu Ricard




    votre commentaire
  • http://union.paroisses.free.fr/sek/IMG/524-sculpture-pour-monument-funeraire-la-priere-javanaise-de-sandrine-follere.jpg

     

     

     

     

    Nout a dit:

     

    "J'ai hésité à reprendre le fil de ce blog, me demandant quelle était ma réelle motivation. Cette période de retrait m'a permis de découvrir qu'au-delà du plaisir certain du partage, d'être lue de vous, et de vous lire, ce moment de la journée (ou de la nuit ;) ) où je me pose pour écrire, recueillir des textes qui m'ont touchés, peut être considéré comme une véritable prière. Un moment privilégié en retrait des tâches quotidiennes durant lequel je prends le temps d'écouter le silence.
    L'écriture me permet de faire le tri, de séparer le bon grain de l'ivraie, d'aller à l'essentiel de ce que m'enseignent mes journées."

     



    votre commentaire
  •  

    http://mrsc.free.fr/egoiste.jpg

     

     

    Ou encore tous les hommes sont égoïstes, tous les hommes sont mauvais. Kant


    De l’égoïste au «salaud» sartrien, juste une question de degré, là ou l’égoïste manque d’amour, il ne sait aimer que soi, *«l’ordinaire de l’homme» déborde de haine.

     

    L’égoïste ne consent à rendre service à autrui que dans la mesure où cela ne compromet pas son propre bien être.

     

    *«L’ordinaire de l’homme» va plus loin : il est prêt à tout, pour son propre bien, même au pire. Qui ne ferait un peu de mal à autrui, si cela doit aboutir à un grand bien pour soi ? Qui ne  s’autoriserait un petit mensonge, si c’est pour faire fortune ? Qui ne volerait, pour sauver sa peau.

     

    *«L’ordinaire de l’homme» va plus loin : il fait subir un grand mal à autrui, pour obtenir un petit bien pour soi. Ce n’est pas à la portée de n’importe qui. Il y faut beaucoup d’insensibilité à la souffrance d’autrui, beaucoup de haine ou de violence, beaucoup de bonne conscience ou d’inconscience. Celui qui est prêt à sacrifier autrui à soi, à son  propre intérêt, à ses propres désirs, à ses opinions ou à ses rêves.

     

    Qu'est ce que *«l’ordinaire de l’homme»? C’est un égoïste qui a bonne conscience, qui est persuadé d’être un type bien, et que le «salaud» en conséquence, c’est l’autre. C’est pourquoi il s’autorise le pire, au nom du meilleur ou de soi.

     

    Les hommes ne sont pas méchants; ils sont mauvais et se croient bons, les «ordinaires de l’homme» sont innombrables, et convaincus de leur innocence.

     

    «Le goût de vivre» A C-Sponville

     

     

    *"L'ordinaire de l'homme" en s'excusant auprès de l'auteur, terme tout en conservant la lucidité nécessaire et l'idée sartrienne donne là plus un cheminement pour sortir de... l'ordinaire.

     

    Pris chez Sonam


    20 commentaires
  • Courtrai.JPG

    " L’ego est capable de tout annexer à ses propres fins, y compris la spiritualité. Par exemple, si l’on a appris une technique de méditation ou une pratique spirituelle particulièrement bénéfique, il commence à la considérer avec fascination, puis il l’examine. Mais, en tout état de cause, comme l’ego est d’apparence solide et qu’il ne peut pas absorber véritablement quoi que ce soit, il se borne à imiter. Aussi s’efforce-t-il d’examiner et d’imiter la pratique de la méditation et le mode de vie spirituel. Lorsque l’on connaît toutes les ficelles et les réponses du jeu spirituel, on essaye automatiquement d’imiter la spiritualité, dès lors qu'un engagement véritable exigerait l’élimination complète de l’ego et qu'à vrai dire, abandonner complètement l’ego est bien la dernière chose que l’on souhaite faire. "

     

    Source

     

    A relire aussi: L'orgueil spirituel


    7 commentaires