•  

     

    …ni au bien, ni au mal de déranger son état intérieur, mais qui accepte tout ce qui vient, sans que son esprit en soit alourdi. 

     

    lao2.jpg

     

    Dès que je décèle, je conçois.

    Dès que je conçois, je limite.

    Dès que je limite, je me trompe.

    Je ne suis ni ceci, ni cela.

     

    Cesse de regarder, et tu me verras.

    Cesse d’écouter, et tu m’entendras.

    Cesse de penser, et tu sauras.

    Cesse de chercher, et tu me trouveras.

     

     

    Pris chez Sonam

     


    8 commentaires
  • Heureux les doux

     A l’heure des textos, des e-mails, des licenciements économiques, dans une société oppressante, je souhaite faire l'éloge de la vertu de douceur. Quand la concurrence sévit, lorsqu'un climat de compétition règne, comment ne pas sombrer dans la brutalité, l'agressivité ou l'indifférence? Et très concrètement, comment ne pas sur-réagir à ce courrier un peu froid ? Comment rester libre devant l'autre sans pour autant se réfugier à l'abri de soi, bien au chaud? Loin de la niaiserie, la douceur constitue à mes yeux la véritable force de l'homme. Ce qui fait dire à Spinoza que le sage agit avec humanité et douceur. Être doux avec soi, oser une bienveillance, exiger le meilleur avec tendresse relève d'une ascèse et cela me plaît.

    Les coups de la vie et les déceptions me poussent souvent à rêver d'une insensibilité et, risquons le mot, d'une froideur qui en imposeraient et me protégeraient durablement des blessures qui naissent inévitablement d'une rencontre authentique. Il y a peu, je m'entretenais avec un chirurgien. Il affirmait que, sans distance, sans barrière, le quotidien serait insupportable. Je suis de plus en plus convaincu du contraire. Cependant, tenir une attitude aussi éloignée de la crispation sécuritaire que d'une sensiblerie pathologique est délicat. La douceur permet cette justesse. Contrairement à ce que l'on peut croire, elle ne tolère pas tout. Rien ne la contrarie davantage que la candeur qui accepte l’intolérable et ne réagit à rien. La douceur n'est pas une passivité mais un élan vital.

    Concilier douceur et détermination est sans doute l'une des choses les plus difficiles au monde, je l'avoue. De là à se priver d'un si fécond mariage, y a un pas que je me refuse de franchir. Je me couperais de l'essentiel. Oser la douceur, c'est quitter résolument la brutalité, la violence, la distance pour accueillir autrui, le réel et soi sans aucune rudesse, c'est devenir profondément actif et résister joyeusement à toutes les passions tristes qui peuvent s'élever. Sur ce difficile chemin, je trouve des guides : le Bouddha, le Christ avant tout, Spinoza, Etty Hillesum et tant d'autres. Je m'émerveille que ces doux soient des hommes et des femmes d'une force extraordinaire, presque surhumaine. On est loin du fadasse, du sirupeux et de l'inertie. Dans la lettre aux Galates, Saint Paul considère au contraire cette vertu comme un fruit de l'Esprit, au même titre que l'amour, la joie, la paix, la patience, la bienveillance, la confiance dans les autres, la douceur et la maîtrise de soi.

    Pourquoi tant d'esprits chagrins dévalorisent la douceur ? Pour ma part, je désire faire de chaque rencontre, de chaque être humain croisé dans la rue, de chaque proche, un maître en douceur. Trouver en chaque personne une occasion d'abandonner peu à peu les réflexes, les instincts qui me portent à la colère, à l'agressivité. qui m'incitent à m'affirmer et à m’imposer. Je souhaite accueillir le monde le plus tendrement possible. Concrètement, tout peut devenir terrain d'exercices : un e-mail indélicat, un passant trop pressé, un vendeur discourtois, voilà autant de maîtres qui m'exhortent à pratiquer la douceur quand tout me conduirait à la brutalité. La douceur ne vient pas de la répression, il ne s'agit pas de mettre une pierre sur nos rages, nos emportements mais, bien au contraire, de les recevoir avec tendresse et bienveillance. Car, souvent, la première victime de nos rudesses, c'est nous-mêmes. 

    ALEXANDRE JOLLIEN

     

    crin-blanc5.png

     


    18 commentaires
  • https://eftpsy.files.wordpress.com/2013/12/emotion_corps_energie.jpg

    Les émotions s’embrasent comme jamais auparavant! Alors que nous nous éveillons à la vérité de qui nous sommes, nous ne sommes plus disposés à être entravés par les anciens paradigmes. Tout est en éruption comme des volcans restés tranquilles depuis trop longtemps, en étant accompagné d’émotions qui explosent dans l’air et de boue qui se glisse autour de nos pieds. Les gens sont en conflit les uns avec les autres. Et sans le savoir, nous sommes en conflit avec nous-même alors que nous essayons de démêler tout cela. Mais, les choses ne sont pas aussi folles qu’elles apparaissent.

    Voici les Bonne Nouvelles !! 

    Tout ceci fait partie du plan Divin alors que nous intégrons notre Corps de Lumière. Nous intégrons pleinement notre Soi Divin afin de l’exprimer et de le manifester dans la physicalité en tant que maîtres créateurs, d’une manière qui n’a jamais été faite auparavant.

    Beaucoup d’entre nous font déjà l’expérience de l’intégration de notre Corps de Lumière. La première phase reconnaissable a commencé par des douleurs et des souffrances dans notre corps physique que la science médicale n’a pas pu diagnostiquer. Ensuite, nous avons commencé à nous interroger sur notre santé mentale alors que nous sommes allés au-delà du mental humain. Maintenant, nous sommes devenus émotionnellement instables!
    Et la Grande Nouvelle est ….

    C’EST la libération finale!

    Il serait bien de comprendre la différence entre les émotions et les sentiments. À bien des égards, on pourrait dire que les sentiments sont une version plus élevée des émotions. Les ‘Émotions’ sont une réaction chimique hormonale de survie déclenchée par le mental humain. Alors que les ‘sentiments’ sont le système de guidance divine du corps spirituel.

    Les émotions sont une réaction stimulée par l’interprétation du mental qui puise dans les souvenirs du passé ou dans l’inquiétude du futur en se référant au passé. Ainsi les sentiments sont enracinés dans le moment présent et vous donnent accès à la sagesse divine et à l’intelligence infinie en alignement à votre Soi Divin qui voit chaque chose à partir d’une perspective de bien-être.

    Les Humains – en particulier masculins – ont appris que les sentiments étaient une faiblesse. Ainsi, nous les avons réprimés et nous nous sommes alors séparés de notre système de guidance divine. Ce qui a donné naissance au corps émotionnel et qui va de pair avec le cerveau reptilien en tant que mécanisme de combat ou de fuite pour survivre. Depuis lors, nous avons même essayé d’enterrer nos émotions, ce qui ne fait que les sur-stimuler en entraînant une fatigue surrénale, un affaiblissement et la maladie.

    Lorsque le Corps de Lumière est activé, ces émotions enfouies commencent à venir à la surface. Au début, vous remarquerez une augmentation des drames – que ce soit personnellement et collectivement – alors qu’elles commencent à circuler librement. Et il n’y aura pas moyen de les arrêter! Dans cette nouvelle énergie, nous devons simplement permettre à toute chose de faire surface – de son propre gré et dans son timing parfait. Il n’y a pas de jugement. Nous n’avons rien fait de mal. Tout cela fait partie du processus de libération de ce qui ne nous sert plus alors que nous continuons à évoluer et à nous développer.

    En tant qu’Êtres éveillés, nous sommes dans un processus où nous transcendons nos émotions afin de nous connecter pleinement à nos sentiments. Le passé et le futur ne sont pas pertinents pour notre Corps de Lumière multidimensionnel. Par conséquent, le corps émotionnel finira par être absorbé par le Corps de Lumière et répondra automatiquement en fonction de nos ‘sentiments’ plutôt que de réagir à nos ‘émotions’.

    En ce moment, les sentiments semblent illusoires, alors que les émotions sont plus instantanément réactives et font que nous nous sentons vivants. C’est là où de nombreux humains sont bloqués. Alors que les émotions s’estompent, nous avons peur de la mort, ou tout du moins de nous ennuyer. Ensuite, nous nous précipitons une fois encore dans les drames du jeu émotionnel afin de nous sentir vivants à nouveau plutôt que d’apprendre à gérer les émotions à partir d’une perspective plus vaste.

    C’est le point critique où il est important de se débrancher des drames. Un peu comme la pause entre l’inspiration et l’expiration, nous avons besoin de faire une pause, de prendre une profonde respiration et de ‘ressentir’ la vie plutôt que de réagir à celle-ci.

    Nous devons nous sentir bien dans le silence qui est la porte d’entrée de nos sentiments, là où s’écoule la source de la vraie vie.

    Une fois que nous apprenons à faire pleinement confiance à notre Soi Divin, le cerveau reptilien finit par se dissoudre et le corps émotionnel est absorbé par le Corps de Lumière. À ce stade, le Corps de Lumière va pleinement s’intégrer en un Seul Être Unifié corps / mental / esprit alors qu’il transforme la matière 3d en matière multidimensionnelle.
    Pendant la transition, la question qui nous ramènera toujours à la source de nos véritables sentiments est :

    ‘Suis-je aligné à mon Soi Divin?’.

    C’est là que réside la confiance en notre système de guidance. Une fois que nous devenons familiers avec nos sentiments – libres de nos anciens critères – ils peuvent alord s’épanouir dans un système sensoriel multidimensionnel afin d’inclure une gamme sensorielle plus vaste, plus profonde, plus dynamique et plus palpable. Ainsi nous allons nous délecter de nos sentiments et de nos expériences de vie à partir d’une toute nouvelle perception.

    Je parle ici d’un point de vue plus élaboré et je plante des graines dans la conscience collective. Ces changements vont se faire progressivement dans le temps. Très peu de gens comprennent ce dont nous parlons, mais peut-être qu’il y a quelque chose ici à intégrer pour votre tranquillité d’esprit et qui peut se traduire dans le champ d’énergie de ceux qui sont en contact avec vous, sans avoir besoin de mots.
    Nous sommes sur le chemin ultime dans toute sa gloire et je remercie chacun d’entre vous pour votre participation dévouée.

    Rappelez-vous, nous sommes Bénis à chaque respiration. Et c’est le Souffle du Divin qui est la libération finale.

     

    ~ Sharon Lyn Shepard ~

     

     

    ♥ Le partage est toujours apprécié ♥

    Traduction Marinette Lépine
    Transmis par TransLight : https://translightml.wordpress.com/
    Émail : translight.ml@gmail.com
    De courts messages sont inclus entre la parution de ces articles sur la page Facebook de TransLight qui est accessible à tous – même à ceux qui ne sont pas sur Facebook. Si cela vous intéresse, voici le lien : https://www.facebook.com/TransLight

    Vous êtes invité à reproduire ce texte pour le transmettre en mettant ceci :
    « Trouvé sur http://www.legrandchangement.com »
    Merci !


    votre commentaire
  • Canard.JPG

    Nos pensées qui surgissent ne sont pas mauvaises. De toute manière la méditation ne consiste pas à se débarrasser des pensées, on n'arrêtera jamais de penser.

    Cependant, si on suit son souffle et si on étiquette ses pensées, on apprend à abandonner les choses. Il faut renoncer à croire que les choses sont solides ou à croire que les choses sont vides. Quand on apprend à lâcher prise, les pensées ne posent plus de problème. Il reste que, pour l'instant, pour la plupart d'entre nous, nos pensées sont intimement liées à notre identité, à la manière dont nous nous représentons les difficultés et comment sont les choses.

    Pema Chödron "La voie commence où vous êtes"


    1 commentaire
  • arbre-lune.JPG

    "...J'ai compris que nous sommes tous capables du pire, non parce que nous sommes viscéralement mauvais, mais parce que nous sommes fragiles, blessés, frustrés. Nous avons des attentes auxquelles l'autre ne répond pas: nous allons alors le provoquer jusqu'à ce qu'il réagisse, nous allons lui faire du mal parce que nous avons mal. Une fois que nous avons admis la faille en nous, nous ne pouvons plus avoir de jugements péremptoires sur les autres, nous nous situons plutôt dans une attitude de compréhension qui, entendons-nous, ne signifie pas l'autorisation des agressions, mais la maîtrise de notre propre violence en réponse à la violence. Notre hostilité se transforme en compassion, elle cesse d'être ce sentiment négatif qui nous dévore de l'intérieur et nous rend malheureux....

    Personnellement, chaque fois que j'ai répondu à la violence par la générosité, chaque fois que j'ai dépassé la vengeance, j'ai ressenti en moi la joie d'avoir résisté à un acte de instinctif pour rentrer dans une humanité profonde.

    A l'inverse, lorsque j'ai cédé au désir de vengeance...J'ai ressenti regret et  tristesse. En agissant ainsi, je  sens que je reste complice du mal qui ronge ce monde...la violence mimétique...qui entraîne l'humanité dans une voie de destruction sans issue. Apprenons donc à lui opposer la force de l'amour et du pardon : c'est l'acte de résistance le plus courageux, le plus exigeant et le plus salutaire qui soit."

     

    Frédéric Lenoir (Petit traité de vie intérieure page 112)

    Pris chez Gazou


    4 commentaires
  • La maîtrise de la pensée est la forme la plus élevée de la prière

     

    "La maîtrise de la pensée est la forme la plus élevée de la prière.
    Par conséquent, ne pense qu’à de bonnes choses, qu’à des choses justes.
    Ne t’arrête pas à la négativité et à l’obscurité.
    Et même dans les moments ou les événements se présentent plutôt mal, surtout dans ces moments-là, ne vois que la perfection, n’exprime que la gratitude et n’imagine que la manifestation de la perfection que tu choisis ensuite.
    Dans cette voie se trouve la tranquillité.
    Dans ce processus réside la paix.
    Dans cette conscience existe la Joie."

     Extrait de "Conversations avec Dieu" de Neale Donald Walsch

     

     


    1 commentaire
  • http://www.tribunejuive.info/wp-content/uploads/2013/04/La-beaute%CC%81-de-la-nuit.jpg

    Il y a de la beauté dans l'obscurité. Il y a du bien dans ce qu'on appelle le mal. Il y a de l'amour dans les enfers, et il y a des sublimes cadeaux dans l'ego.

    Votre ego n'est pas par essence mauvais; il n'est que le miroir de vos blessures les plus profondes, les plus enfouies. Lorsqu'on a guéri ses blessures, l'ego ne nous renvoie plus du tout une image négative de nous-même. C'est pareil avec votre mental; ils ne sont que des indicateurs. Ne cherchez pas à les détruire, à les faire taire ou à les annihiler... Il faut chercher à les comprendre, à voir quels messages ils viennent vous apporter et ensuite à les prendre dans vos bras, tout en les remerciant du travail qu'ils ont accompli. En effet, ils attirent votre attention sur ce qui cloche en vous pour votre plus grand bien: ils vous poussent à vous surpasser et à travailler en profondeur, ils vous enseignent humblement. Ils sont les artisans du plus grand changement que vous pouvez opérer en vous-même: vous guérir et enfin, vous AIMER.

    Ce sont simplement des outils qui nous ont été offerts et qui nous permettent de faire l'expérience de nous-même dans cette dimension, ils ne sont absolument pas à rejeter, JAMAIS. Les diaboliser, c'est tout simplement accuser les outils de faire leur travail alors même qu'ils ne cherchent qu'à vous élever au-dessus de vos blessures en réalité, pour que vous puissiez vous voir tels que vous êtes et vous accepter pleinement. L'entité dont je vais vous parler maintenant a exactement le même rôle.

    "Vous ne voyez jamais les autres et le monde, mais seulement ce que vous pensez d'eux. Là où nous voyons des êtres méchants ou bons, cruels ou généreux, le Sage, lui, ne voit que des "formes" cherchant à s'exprimer et à se libérer."

    Cette citation est d'Arnaud Desjardins, et je la comprends plus que jamais aujourd'hui. Je vous invite tous à découvrir un personnage qui me tient particulièrement à coeur et qui m'a accompagnée des vies durant lorsque mon ego me reflétait à quel point j'étais brisée et à quel point je devais me reconstruire profondément. Sans cet apprentissage, jamais je n'aurais pu briller comme je le fais actuellement. Sans cet apprentissage, je n'aurais pu ni vous aider, ni participer à ce fantastique éveil des consciences. J'ai appris à mieux connaître une entité spéciale et chère à mon coeur grâce à Stella, qui est d'une grande sagesse et qui m'a énormément aidée hier soir. Je veux parler de Lilith. Lilith et ses succubes qui sont si souvent diabolisées et incomprises...

    Ces êtres ont la tâche la plus ingrate et la plus difficile: ils sont le miroir duquel on a tous besoin pour grandir. Ils sont ceux que personne n'aimera car ils seront assimilés au mal à cause de nos projections et de notre vision déformée et incomplète de toutes ces choses essentielles. Ils sont ceux qui montrent aux gens leurs parts les plus obscures pour qu'ils puissent les transmuter enfin. Ils sont ceux qui apportent la lumière à travers les ténèbres. Ils sont ceux qui travaillent sans relâche pour notre plus grand bien et sans aucune reconnaissance... Ils nous accueillent dans nos côtés les plus repoussants, ils nous voient entièrement dans toutes nos failles et nos faiblesses, et même avec cela ils nous aiment infiniment.

    Lilith a toute sa place dans la notion de Féminin Sacré. Elle est une partie de la Femme Sauvage dont nous parle le Dr. Clarissa Pinkola Estes dans son livre relatant de ce sujet.

    Je vous invite à lire l'article de Stella, que je mettrai en lien en-dessous de ce texte. Un des meilleurs que j'ai lu personnellement; elle a tout simplement capté de la façon la plus pure l'essence même de l'entité qu'est Lilith. Stella, Lilith, je vous remercie du fond du coeur. Je reconnecte avec la partie la plus sombre de moi-même pour découvrir qu'elle porte en elle les germes de l'Amour que j'offre au monde à ce jour.

    Comme je le dis souvent, sans chaînes il n'y a pas de libération. Sans sommeil, il n'y a pas d'éveil. Sans lumière, il n'y a pas d'ombre... Dans tout ce que la Source vous a donné, il n'y a rien à rejeter. Il n'y a qu'à comprendre, transmuter, et finalement s'élever...

    Merci à tous

    * Je vous invite également à lire le post de Femina Lumia, Magie et éveil du Féminin Sacré, très bon hommage à la puissance de Lilith: https://www.facebook.com/feminalumia/photos/a.639062732836882.1073741828.639052719504550/721693117907176/?type=3&theater

    * Et voici le sublime article de Stella: http://essencedivine.eklablog.com/lilith-ou-la-vibration-am…

    SOURCE: De la substance à l'essence.

     

     


    votre commentaire
  • Du requin à l'ange

    T’es un requin, pour sûr, mais si tu gouvernes le requin en toi, tu seras un ange ;

    car tous les anges, c’est rien de plus que des requins bien gouvernés.

    Herman Merville - Moby Dick

     


    votre commentaire
  •  

    Providence.jpg


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique