• Amour-joie.jpg

     

    L'amour est la puissance qui tient l'univers, ce n'est pas un sentiment, c'est un état d'être supérieur, la plus haute fréquence lumineuse qui soit.

    La joie est la sœur cadette de l'amour. Elle apporte sérénité et simplicité.
    Elle libère des idées noires et allège les soucis.

    Une personne qui est joyeuse naturellement ou qui cultive cette vibration devient plus sociable, plus attirante et plus humaine.

    Cette vibration se répand autour d'elle et de ce fait, permet d'enjoliver la vie de ceux qui sont dans ce rayonnement.

    Nous avons le pouvoir d'orienter notre vision de ce qui arrive sur un angle ou un autre, de regarder d'en-haut et prendre de la distance.

    Regarder le problème avec légèreté et joie permet de le résoudre beaucoup plus sereinement.
    Au lieu de critiquer ce qui ne va pas, de s’appesantir sur le négatif, il est bien plus utile d'être orienté vers le fait qu'une solution se met déjà en place.

    Mon père sifflait toujours en conduisant et j'ai gardé cette image dans mon coeur. C'était son métier officiel. Lorsqu'il était avec une autorité, il ne pouvait pas le faire, mais intérieurement, il avait cette mélodie de joie qui l'accompagnait.

    Essayez d'alléger votre vie en apportant de la joie, de la légèreté et de la simplicité et vous verrez tout s'améliorer facilement.

    Recevoir un kilo de plume non compacté ou un kilo de plomb sur la tête fait une grande différence !
    Les plumes sont la joie qui peut aérer le poids des soucis qui nous plombent.

    Je vous souhaite de vivre joyeux.

     

    (Je ne sais plus quelle est la source de ce texte...peut-être ici)

     

     


    15 commentaires
  •  

    C’est le droit de tout le monde d’être heureux, mais malheureusement la société,
    les gens avec qui nous avons vécu, ceux qui nous ont introduit dans le monde, n’ont jamais pensé à cela.
                               Ils ont simplement reproduit les êtres humains comme les animaux; pire encore, parce qu’au moins les animaux ne sont pas conditionnés.
    Ce processus de conditionnement devrait être complètement changé.
    Le mental devrait être formé pour être le serviteur du cœur, la logique devrait servir l’amour.
    Alors la vie peut devenir un festival de lumières.

    Osho

     


    1 commentaire
  • Bisous d'enfants Reproduction artistique

    Je fredonne une de ces chansons où il est question "d'amour toujours". Notre grand piège. Le plus subtil en tout cas car c'est si agréable de s'arrêter aux câlins.

    Une grande part de notre monde est construit et immobilisé sur le câlin. Que ce soit le câlin émotionnel, que ce soit le câlin esthétique, que ce soit le câlin culturel, il y a une nécessité qui est souvent devenu une prison.

    Est-ce que tu m'aimes?

    Suis-je présentable?

    Dans quelle catégorie mes mots seront-ils culturalisés?

    L'entrée dans la bienveillance du monde, l'entrée dans la reconnaissance du monde nécessite de plaire au monde.

    Si nous plaisons au monde parce que nous sommes au temps de ce monde, nous ne sommes pas obligés de nous trahir. Si, pour plaire au monde, il faut prendre le masque du monde, nous devenons des êtres gris.

    Que ce soit la trahison de soi pour plaire à un être et conserver sa reconnaissance ou que ce soit le manque de respect envers les autres dans la présentation d'une oeuvre prostituée à la culture ambiante, les formes seront rongées et anéanties par le temps.

    Brusquement je me dis que nous cherchons à retrouver une famille. Cette frénésie du couple pour certains, du groupe pour d'autres, de la parenté très souvent, contitue un moyen de reconstituer un cadre de confiance, un univers de références communes nécessaire à une sécurité de base.

    Quand la famille est source de richesses intérieures et ouverte au monde, elle permet un ressourcement mêlé à la liberté. Elle permet un port d'attache.

    Elle permet la certitude relationnelle.

    A partir de là, nous pouvons naviguer.

    Le temps qui vient nous amène à créer des familles nées de l'esprit.

    Celles où l'on ne possède personne.

    Et surtout pas les enfants nés par soi.

    Je pense à eux et à ces quelques êtres qui sont mes frères et soeurs...

    Certitudes.

    Bouffées de joie.

    Le soleil se lève. il fait beau.

    Nous avons besoin de tendresse,

    Nous avons besoin de reconnaissance,

    Nourritures de l'être.

    Mais si nous nous arrêtons à elles,

    Si nous faisons d'elles le but de notre vie,

    Nous tournons en rond.

    L'air qui se réchauffe de sa propre chaleur

    Devient à un moment,

    vicié.

      Jean Hoyoux. NOOS la naissance à l'esprit

     

     


    18 commentaires
  • http://www.memoclic.com/14-3638-600x450/fond-ecran-oasis-en-plein-desert.jpg

    La peur du silence et du vide épargne peu de personnes. Beaucoup tentent de l'exorciser en zappant sur leurs téléviseurs ou en surfant sur Internet  dès qu'ils ont l'opportunité de profiter d'un moment...de silence! Ils ne font ainsi que la nourrir et l'aggraver, rendant à chaque instant plus difficile ou plus improbable un vrai retour sur soi.

    Pis encore, bien des personnes qui ont du temps à elles en souffrent, et se culpabilisent en secret: "Je ne vaux rien puisque je ne suis pas occupé ou actif comme tous les autres!" Quand nous ne tournons pas en rond le nez dans le guidon du travail, nous tournons en rond pour nous changer les idées dans des centres commerciaux!  N'est-ce donc qu'en de très rares occasions, bloqués au cours d'un voyage par un accident imprévu, voire seulement quand nous sommes en vacances, que nous pourrons prendre le temps de faire silence, nous arrêter, et goûter le vrai miel de la vie? 

     

    Suis-je maître de mon agenda, de mon temps, ou en suis-je l'esclave?

    Quand, pourquoi et comment suis-je libre et serein?

    "Réussir sa vie avec le Tao" de Didier Gonin


    16 commentaires
  • http://www.la-voie-du-couple.com/wp-content/uploads/2014/01/bouddha-rieur1-200x300.jpg

    Dans la pratique spirituelle, nous pouvons parfois faire l’erreur d’assimiler la vie religieuse à une sorte d’auto-flagellation. Ou alors, nous sommes enclins à croire que cette pratique devrait aboutir à un genre "spécial" de pureté. Avec cette idée en tête, nous regardons en nous et, bien sûr, tout ce que nous voyons ne sont que des impuretés. Nous étant formé une idée de ce qu’est l’illumination, nous examinons notre propre esprit et nous y voyons juste le contraire : confusion et conflits.

    Mais ce qu’il faut comprendre c’est que toutes les idées que nous avons concernant la pratique ne sont que des idées, seulement des idées...

    Penser, par exemple : "Moi, je suis ici et le Nibbana se trouve là-bas, je ne suis qu’un idiot aux idées confuses et le Nibbana est toute pureté et profondeur" n’est qu’une projection de concepts.

    En fait, dans la pratique réelle, illumination veut seulement dire être pleinement attentif et conscient de la confusion elle-même. La sagesse consiste à voir clairement son ignorance. Il ne s’agit pas ici de connaître la sagesse mais bien plutôt d’utiliser la sagesse pour connaître notre ignorance !

    Toute la pratique de l’attention nous ramène à réaliser la vraie nature du fait d’être là, présent. Nous ne tentons pas de nous brancher sur une sorte de "Sagesse nibbanique" flottant quelque part dans l’espace et nous n’attendons pas non plus que la sagesse nous tombe dans les bras. Ce dont il s’agit c’est d’être conscient de la nature de la condition humaine telle qu’elle est.

    C’est seulement à partir du moment où nous comprenons réellement ce qu’est la vie que nous pouvons commencer à la transcender. Si nous tentons de la transcender avant qu’en fait nous la connaissions, nous sommes seulement pris au piège de l’illusion.

    Ajahn Chah avait coutume de dire : "Nous devons d’abord ramasser quelque chose avant de réaliser combien c’est lourd". Nous rendre compte combien c’est lourd, c’est voir dukkha . C’est après avoir vu dukkha que nous pouvons lâcher-prise. Après avoir lâché prise, nous réalisons combien, en fait, c’est léger.

    Ah ! Quel soulagement ! Et c’est ici que l’on parle de joie, ou piti comme elle est appelée dans les "Facteurs de l’Illumination".

    Il existe différentes traductions du terme piti , de même qu’il y a différentes sortes de joie. Hier, nous parlions de la manière dont, après avoir été motivé par dukkha pour chercher la Voie, nous arrivions à la confiance : c’est cette confiance qui, à son tour, conditionne la joie.

    Ainsi, il y a ces différentes sortes de joie qui, dans la pratique spirituelle, naissent de différentes causes. Dans ma pratique personnelle, j’ai trouvé très utile d’y réfléchir car il semble que l’importance et la fonction de la joie soient souvent perdus de vue lorsqu’on parle de développement spirituel.

    Toutefois piti n’est pas seulement le plaisir d’avoir une expérience agréable mais c’est plutôt une expérience qui nous amène à plus d’ouverture dans la vie, à l’éveil. Quand la joie est présente nous sommes prêts à découvrir de nouvelles choses. Par contre, si nous avons déjà décidé que "la vie est souffrance" et que nous la considérons comme un état misérable, alors évidemment nous n’allons pas chercher plus loin.

    Regardez les enfants, comme ils observent et veulent constamment découvrir, la fascination qu’ils ont pour les choses. Il est triste de voir comment nous, les adultes, sommes devenus tellement sophistiqués que nous ne prenons plus le temps de regarder les fleurs ou toutes ces choses de moindre importance ... Nous fonctionnons à un niveau beaucoup plus conceptuel. Quand nous voyons une fleur, nous pensons immédiatement "fleur" et ensuite : "oui, je sais tout des fleurs, toute ma vie j’ai vu des fleurs et ça, c’est seulement une autre fleur". En vérité pourtant, chaque fleur est unique : elle est là, à cet endroit, en ce moment, c’est cette fleur-là. La même chose se passe si, par exemple, nous pouvons vraiment écouter chanter un oiseau et entendre seulement le son de ce chant. C’est une chose toute différente que de penser : "Oh, voilà un autre oiseau en train de chanter". Si nous écoutons vraiment, il y a seulement le son de ce chant en ce moment précis, en cet endroit, dans ces circonstances et il y a la conscience de savoir cela, il y a l’écoute. Voilà une réalité totalement différente du fait de penser : "un autre oiseau en train de chanter ".

    Si nous ne faisons constamment que conceptualiser, le dialogue ou bavardage intérieur ne s’arrête plus : "tiens, un oiseau en train de chanter ... une fleur là-bas, telle personne est en train de parler, si elle pouvait se taire ... une bougie qui brûle" etc.
    Et nous croyons tout savoir de la vie !

    Tout ce que nous faisons, c’est seulement jongler avec des concepts dans nos têtes et tout ce qu’ils font, c’est de se déplacer d’un côté à l’autre du cerveau, émergeant de la mémoire pour être verbalisés et y replongeant ensuite. Si nous vivons avec seulement des concepts par rapport à la vie, il y a beaucoup de chances qu’elle devienne plutôt ennuyeuse avec toujours ce même rabâchage : "fleur, oiseau, arbre …"

    Bien qu’il soit naturel que le langage nous permette d’apprendre, de comprendre et d’exprimer notre compréhension, beaucoup d’entre nous sont devenus prisonniers du langage. La méditation nous donne l’occasion à présent d’amener un changement profond dans notre civilisation occidentale en essayant de comprendre à un niveau non conceptuel. La méditation nous permet de réaliser de manière directe la nature de toute expérience.

    Ceux qui croient s’identifier totalement à travers les mots peuvent peut-être trouver cela menaçant, mais il est bien évident qu’il ne s’agit pas de se passer complètement des mots, nous devons pouvoir continuer à nous exprimer et il est nécessaire que nous puissions communiquer. Mais nous devrions reconnaître que les mots que nous utilisons pour communiquer ne sont pas identiques à l’expérience que nous tentons de décrire.

    Dans notre société actuelle, la part donnée au silence est tellement mince et les mots sont si bruyants et forts que souvent c’est seulement cela que nous entendons. Pourtant c’est l’importance accordée au silence qui nous donne accès à une manière différente de communiquer.

    Comme il est merveilleux d’être à nouveau un enfant et de ne plus être limité par les mots ! Au début, les enfants ne connaissent pas de mot pour désigner une fleur et ils demandent : "c’est quoi, ça ?". Alors, nous leur répondons : "c’est une fleur". C’est vrai qu’ils doivent apprendre à communiquer, mais pourquoi n’essayerions-nous pas de répondre : "on appelle cela une fleur mais ce n’est pas ce qu’elle est vraiment, elle est comme elle est, c’est sa nature et c’est parfait ainsi". Connaître cet état de "simplement, comme les choses sont...", c’est connaître la joie. C’est cette joie qui peut faire revivre en nous tant de belles qualités qui se sont éteintes. A présent nous avons la clé secrète qui peut nous aider à nous libérer de nos habitudes.

    Cette joie peut aussi être développée davantage car au delà de piti ou joie spirituelle existe une qualité beaucoup plus stable appelée sukha . En général, on traduit sukha par bonheur, le contraire de dukkha , mais en fait ce n’est pas suffisant car le bonheur momentané est comme un papillon qui vole de-ci de-là. Il n’y a certainement rien à redire à cela mais bonheur ne traduit pas la qualité profonde de bien-être exprimée par sukha . A force d’avoir vécu tellement avec des concepts, notre vie est devenue ennuyeuse et des moments fugitifs d’excitation en sont venus à nous paraître importants.

    Sukha , par contre, signifie : "tout est simplement parfait". C’est un sentiment de calme et de bienêtre qui imprègne notre corps et notre esprit tout entier. Sukha rend l’esprit paisible et non fragmenté, donnant une fondation solide pour samadhi , la concentration.

    Mais revenons à présent à la joie : la joie est spontanée. Vous ne pouvez pas la concevoir à l’avance ni la créer : elle vient simplement dans le moment présent. Quand la joie est vraiment là, vous vivez dans le moment présent. Voir la joie ainsi devient un point de référence précieux pour nous car nous savons alors que, si nous vivons une joie véritable, nous sommes dans le moment présent et, inversement, si nous sommes réellement dans le moment présent, une joie authentique se manifeste.

    Donc, tâchez de découvrir d’où vient la joie, voyez ce qui la maintient et ce qui la fait disparaître. En faisant cela, nous commençons à cultiver la joie comme un des "Facteurs de l’Illumination".

    Elle devient une des qualités qui nous mènent à l’éveil.

     

    http://www.buddhaline.net/La-joie-dans-la-pratique

     

     


    votre commentaire
  • http://beini.gagneux.info/wp-content/uploads/2013/06/2_%E5%89%AF%E6%9C%AC.jpg

     

    Marc et Angel sont les auteurs de « 1000 petites choses que les gens heureux réussissent à faire différemment. Voici leur liste incroyable de 30 choses qu’il faut commencer à faire pour vous-même. N’hésitez pas à visiter leur site pour avoir des conseils et des astuces pour avoir plus d’inspiration dans votre vie (site en anglais).

     

    1) Passez du temps avec les bonnes personnes. Ces personnes avec qui vous aimez être, qui vous aiment aussi et qui apprécient qui vous êtes, et qui vous encouragent à vous améliorer de façon intéressante et saine. Ces personnes qui vous font sentir plus vivant, qui apprécient pleinement la personne que vous êtes actuellement, mais qui soutiennent et comprennent également la personne que vous êtes en train de devenir.

     

    2) Affrontez vos problèmes de face. Ce ne sont pas vos problèmes qui vous définissent, mais la façon dont vous réagissez face à eux et la façon dont vous réussissez à passer au-dessus et à vous en remettre. Les problèmes ne disparaitront pas sauf si vous prenez des mesures pour y faire face. Faites ce que vous pouvez, quand vous pouvez, et reconnaissez le chemin déjà parcouru. Tout est question de commencer à faire des petits pas qui mènent vers la bonne direction, petit à petit, centimètre par centimètre.

     

    3) Commencez à être honnête avec vous-même.Soyez honnête avec tout ce qui est juste et bien, ainsi qu’avec tout ce qui doit être changé. Soyez honnête à propos de ce que vous voulez accomplir et qui vous voulez devenir. Soyez toujours honnête dans chaque aspect de votre vie. Parce que vous êtes la seule personne sur laquelle vous pourrez toujours compter. Cherchez votre âme, pour la vérité, et vous saurez vraiment qui vous êtes. Une fois que cela sera fait, vous comprendrez mieux où vous en êtes actuellement et comment vous avez fait pour y parvenir, et vous serez mieux équipé pour identifier là où vous voulez vraiment aller et comment y arriver.

     

    4) Faites de votre propre bonheur une priorité. Nos besoins comptent. Si on se met pas en valeur, si on ne regarde pas par ses propres moyens et si on ne fait pas face par soi-même, on se sabote. Il est important se rappeler qu’il est possible de faire attention à ses propres besoins tout en faisant attention en même temps à ceux des personnes de son entourage. Et quand vous aurez rempli vos besoins, vous pourrez mieux aider ceux qui en ont le plus besoin.

     

    5) Soyez vous-même, véritablement, fièrement. Essayer d’être quelqu’un d’autre est un gâchis de la personne que vous êtes vraiment.N’imitez pas quelqu’un d’autre, soyez la personne que vous voulez être, votre meilleure version, d’après vos conditions. Par-dessus tout, soyez vrai avec vous-même, et si vous ne pouvez pas y mettre tout votre cœur, allez en dehors.

     

    6) Vivez au présent. Ce moment est un miracle. Ce moment est le seul moment qui vous est garanti. Ce moment est votre vie. Alors arrêtez de penser que les choses seront merveilleuses dans le futur. Arrêtez de vivre dans le passé. Apprenez à être dans le « ici et maintenant » expérimentez la vie quand elle est là. Appréciez le monde pour la beauté que l’on y trouve, dès maintenant.

     

    7) Apprenez les leçons de vos erreurs. Les erreurs ne sont pas un problème, ce sont les tremplins vers le progrès. Si on n’échoue pas de temps en temps, on n’essaiera plus assez fort et on n’apprendra plus non plus. Il faut être prêt à prendre des risques, trébucher, tomber, se relever et essayer encore et encore. Les vraies réussites sont presque toujours réalisées à la fin d’un long chemin rempli d’échecs. L’une des « erreurs » qu’on craint de faire est peut-être juste un lien vers le plus grand accomplissement de notre vie…

     

    8) Soyez plus poli avec vous-même. Si vous aviez un ami qui vous parlait sur le ton que vous employez parfois pour vous parler à vous-même, combien de temps encore accepteriez-vous que cette personne reste votre ami ? La façon dont vous vous traitez est un reflet pour les autres. Aimez qui vous êtes, sinon personne ne le fera.

     

    9) Profitez des choses que vous avez déjà. Le problème avec la plupart d’entre nous est que nous pensons que nous serons heureux lorsque nous aurons atteint un certain niveau de vie, un niveau où nous voyons les autres se complaire, votre patron dans son bureau, l’ami d’un ami qui achète un château au bord de la mer, etc. Malheureusement, cela prendra du temps jusqu’à ce que vous y arriviez à votre tour, et une fois arrivé vous aurez probablement une nouvelle destination en tête… Vous finirez par passer votre vie à travailler pour atteindre quelque chose de nouveau sans jamais profiter des choses que vous avez déjà en ce moment. Alors prenez un moment chaque matin quand vous venez de vous réveiller pour apprécier l’endroit où vous êtes, et ce que vous avez déjà.

     

    10) Créez votre propre bonheur. Si vous attendez qu’une autre personne vous rende heureux, vous vous trompez. Souriez parce que vous le pouvez. Choisissez le bonheur. Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. Soyez heureux avec ce que vous êtes maintenant, et laissez votre positivité inspirer votre voyage jusqu’à demain. On trouve souvent le bonheur quand on décide de le chercher. Si vous cherchez le bonheur dans les opportunités que vous avez, vous finirez par le trouver. Mais si vous cherchez toujours quelque chose d’autre, malheureusement, vous risquerez de le trouver aussi.

     

    11) Donnez une chance à vos idées et vos rêves. Dans la vie, il est rarement question d’avoir de la chance, il faut saisir sa chance. On ne peut jamais savoir d’avance si cela marchera à 100%, mais on sait que ne rien faire a 100% de chance de ne pas marcher. La plupart du temps, on doit y aller de nous-même ! Et peu importe comment cela tournera, cela finira toujours de la façon dont ça devait finir. Soit on réussit, soit on apprend. C’est gagnant-gagnant.

     

    12) Pensez que vous êtes prêt pour la prochaine étape. Vous êtes prêt! Pensez à cela. Vous avez tout ce qu’il faut actuellement pour faire le prochain petit pas en avant. Alors saisissez les occasions qui se présentent à vous, et acceptez les challenges, ce sont des cadeaux qui font grandir.

     

    13) Commencez de nouvelles relations pour de bonnes raisons. Avec des gens honnêtes qui reflètent la personne que vous êtes et que vous voulez devenir. Choisissez des amis qui sont fiers de vous connaître, des gens qui vous admirent, vous montrent de l’amour et du respect, des gens qui vous rendent votre gentillesse et votre engagement. Et prêtez attention à ce que les gens font, parce que les actions d’une personne sont plus importantes que ses mots.

     

    Choses qu’il faut commencer à faire pour vous-même suite:

     

    14) Donnez une chance aux nouvelles personnes que vous rencontrez. Cela peut paraître un peu sévère, mais vous ne pourrez pas garder tous les amis que vous avez rencontrés dans votre vie. Certaines relations vont s’éteindre alors que d’autres vont grandir. Appréciez la possibilité de nouvelles relations comme vous laissez naturellement tomber celles qui ne marchent plus. Croyez en votre propre jugement. Pour chaque nouvelle relation, sachez que vous pénétrez dans un territoire inconnu. Soyez prêt à apprendre, soyez prêt pour un challenge, et soyez prêt à rencontrer quelqu’un qui pourrait changer votre vie pour toujours.

     

    15) Entrez en compétition avec une ancienne version de votre personne. Soyez inspiré par les autres, appréciez les autres, apprenez des autres, mais sachez qu’essayer de rentrer en compétition avec eux est une perte de temps. Vous êtes en compétition avec une personne et une seule, vous-même. Vous êtes en compétition pour être la meilleure personne que vous pouvez être. Votre objectif est de battre vos records personnels.

     

    16) Réjouissez-vous des victoires des autres personnes. Commencez à remarquer ce que vous aimez chez les autres et dites-leur. Apprécier combien les gens de votre entourage sont formidables vous mènera vers de bonnes choses, des choses productives, pacifiques et accomplies. Donc soyez heureux pour ceux qui font des efforts. Réjouissez-vous de leurs victoires. Soyez reconnaissant pour leur bénédiction, ouvertement. On récolte ce que l’on sème et un jour ou l’autre les gens pour lesquels vous vous êtes réjouis se réjouiront pour vous.  

     

    17) Cherchez du réconfort dans les situations difficiles.Quand les choses sont difficiles, quand vous vous sentez déprimé, prenez quelques profondes inspirations et cherchez du réconfort, les petites lueurs d’espoir, cette lumière qui filtre derrière les nuages gris. Souvenez-vous que vous pouvez le faire et que les passages difficiles vous permettront de vous faire grandir en étant plus fort. Restez conscient de vos bénédictions et de vos victoires, toutes ces choses de votre vie qui sont bonnes. Concentrez-vous sur ce que vous avez, et non sur ce que vous n’avez pas.

     

    18) Pardonnez-vous, à vous-même comme aux autres. Nous avons tous été blessés par nos propres décisions et par celles des autres. Et même si la douleur liée à ces expériences est normale, parfois elle s’y attarde trop longtemps. Nous revivons cette douleur encore et encore et c’est difficile de lâcher prise. Le pardon est le remède. Cela ne veut pas dire que vous effacez le passé, ou que vous oubliez ce qui est arrivé. Cela veut dire que vous abandonnez le ressentiment et la douleur, et qu’au contraire vous choisissez d’apprendre de cet incident et d’évoluer dans votre vie.  

     

    19) Aidez votre entourage. Prenez soin des gens. Guidez-les si vous connaissez un meilleur chemin. Plus vous aiderez les autres, plus ils auront envie de vous aider à leur tour. L’amour et la gentillesse engendrent l’amour et la gentillesse. Et ainsi de suite.

     

    20) Ecoutez votre propre voix intérieure. Si cela vous aide, discutez de vos idées avec les personnes qui sont proches de vous, mais donnez-vous assez de place pour suivre votre propre intuition. Soyez sincère envers vous-même. Dites ce que vous avez à dire. Faites ce que vous savez qui est bon dans votre cœur.

     

    21) Faites attention à votre niveau de stress et prenez de petites pauses. Il faut ralentir. Respirer. Il faut s’accorder une pause, pour se retrouver et avancer avec clairvoyance et en ayant un but. Quand on est très occupé, une courte pause peut rajeunir notre esprit et améliorer notre productivité. Ces courtes pauses aident à retrouver une santé mentale et à réfléchir à nos actions récentes pour que pouvoir être sûr qu’elles sont en lien avec nos objectifs.

     

    22) Remarquez la beauté des petits instants de la vie. Au lieu d’attendre que de grandes choses vous arrivent comme un mariage, des enfants, une grosse promotion, gagner à la loterie, trouvez le bonheur dans les petites choses qui arrivent tous les jours. Ces petits moments de bonheur simple comme prendre une bonne tasse de café dans le silence du matin très tôt, ou la délicieuse odeur et saveur d’un plat fait maison, ou le plaisir de partager quelque chose que vous aimez avec quelqu’un d’autre, ou tenir la main de votre moitié… Remarquer ces petits plaisirs tous les jours peut beaucoup changer la qualité de votre vie.  

     

    23) Acceptez les choses lorsqu’elles ne sont pas parfaites. Il ne faut pas oublier que la perfection est l’ennemi du bien. Un des plus gros challenges des gens qui veulent s’améliorer et améliorer le monde est d’apprendre à accepter les choses comme elles sont. Parfois c’est mieux d’accepter et d’apprécier les choses comme elles sont, et les gens comme ils sont, plutôt que d’essayer de faire que tout et tout le monde soit conforme à un idéal impossible. Non, on ne doit pas accepter une vie médiocre, mais on doit apprendre à aimer et valoriser les choses même si elles ne sont pas parfaites.

     

    24) Travaillez dur pour atteindre vos objectifs chaque jour. Un voyage de mille kilomètres commence avec un pas. Peu importe ce à quoi on rêve, il faut commencer par de petites étapes de façon logique pour y arriver. PLus on travaillera dur, plus on aura de chance. Alors que beaucoup d’entre nous décident parfois au cours de leur vie de répondre à cet appel de réussite personnelle, seuls certains d’entre nous y travaillent réellement, se dévouant de tout leur être pour le résultat tant attendu.

     

    Choses qu’il faut commencer à faire pour vous-même suite 2 :

     

    25) Devenez plus ouvert par rapport à vos sentiments. Si vous souffrez, prenez le temps nécessaire pour souffrir mais soyez ouvert par rapport à cette souffrance. Parlez avec les gens qui vous sont proches. Dites-leur la vérité et ce que vous ressentez. Laissez-les écouter. Le simple fait de sortir ces mots de votre poitrine et de les laisser sortir à l’air libre est la première étape pour vous sentir mieux à nouveau.

     

    26) Prenez la pleine responsabilité de votre vie. Soyez maître de vos choix et de vos erreurs, et soyez prêt à prendre les mesures nécessaires pour les améliorer. Il faut prendre la responsabilité de sa propre vie, sinon quelqu’un d’autre le fera. Si une autre personne le fait, on deviendra esclave de ses idées et de ses rêves au lieu d’être le pionnier de sa propre vie. Vous êtes le seul qui peut contrôler directement le résultat de votre vie. Et non, cela ne sera pas facile. Chaque personne a de nombreux obstacles qui lui font face. Mais vous devez prendre la responsabilité de votre vie et passer ces obstacles. Choisir de ne pas choisir est une existence insipide.

     

    27) Entretenez vos plus importantes relations. Apportez de la joie dans votre vie et dans celle de vos proches en leur disant simplement combien ils comptent pour vous régulièrement. On ne peut pas être tout pour tout le monde, mais on peut être tout pour certaines personnes. On doit décider de qui sont ces gens dans notre vie et les traitez comme des rois. Petit rappel, on n’a pas besoin d’un grand nombre d’amis, juste un nombre d’amis sur lesquels on peut compter.

     

    28) Restez concentré sur les choses que vous pouvez contrôler. On ne pas tout changer, mais on peut toujours changer au moins une chose. Perdre votre temps, votre talent et votre énergie émotionnelle sur les choses qui sont hors de contrôle est la recette pour finir dans un état de frustration, de misère et de stagnation. Investissez votre énergie dans les choses que vous pouvez contrôler, et agissez sur elles maintenant.

     

    29) Focalisez votre esprit sur la possibilité de résultats positifs. Notre esprit doit être persuadé qu’il peut faire quelque chose avant d’être capable de le faire. Pour lutter contre les pensées négatives et les émotions destructrices, il faut développer des réactions opposées, positives, qui sont plus fortes et plus efficaces. Il faut écouter sa propre pensée et remplacer les pensées négatives par des pensées positives. Indépendamment de la façon dont la situation paraît à vos yeux, il faut se concentrer sur ce qu’on veut quoi qu’il arrive, et prendre la prochaine étape de manière positive. Non, on ne pourra pas contrôler tout ce qui arrive, tout le temps, mais on peut contrôler nos réactions à ces choses. Tout le monde a une vie avec des aspects plutôt positifs ou plutôt négatifs parfois. Qu’on soit ou non heureux et que notre vie soit couronnée de succès ou non, cela dépend énormément des aspects sur lesquels on se concentre.

     

    30) Prenez conscience de votre prospérité. Henry David Thoreau a dit « La richesse, c’est la capacité à profiter pleinement de la vie. » Même quand les temps sont durs, c’est toujours important de garder des choses en perspective. Vous n’avez pas dormi le ventre vide la nuit dernière. Ni dans la rue. Vous avez eu le choix des vêtements que vous avez choisi de porter ce matin. Vous avez à peine sué aujourd’hui. Vous n’avez même pas passé une seule minute dans la peur. De l’eau fraîche et pure est à votre disposition. Vous avez accès à des soins. Vous avez accès à internet. Vous pouvez lire. Des tas de gens peuvent dire que vous êtes incroyablement riche, alors n’oubliez pas d’être reconnaissant des choses que vous possédez.

     

     C’est une liste tellement merveilleuse. Si nous faisons un petit pas en avant chaque jour et que nous pratiquons ces choses, nous pourrons faire de grandes améliorations dans notre vie. Partagez cet article avec vos amis et vos proches.

     

    Crédits:

     

    marcandangel.com

     

    lifebuzz.com

     

    whydontyoutrythis.com


    votre commentaire
  • La voie à suivre est devenue claire pour beaucoup de personnes, mais il y a tellement de situations trompeuses que vous n'êtes jamais certains d’emprunter le bon chemin. La meilleure mesure à adopter est de vous demander quelles sont vos aspirations personnelles et de faire confiance à votre intuition pour déterminer si vous vous dirigez dans la bonne direction. Il est souhaitable d'avoir un but dans la vie plutôt que de mener une existence sans objet, cependant toutes les situations répondront à votre besoin d'apprendre certaines leçons vous aidant à évoluer. Gardez à l’esprit que rien de ce qui affecte votre vie n’est le fruit du hasard, même s'il n'y a aucune issue immédiate apparente. Vous, très Chers, êtes responsables du chemin de votre vie, quel qu’il soit, car vous avez été gratifiés du libre-arbitre. D’autre part, vous avez toujours un plan de vie auquel vous avez donné votre accord avant de vous incarner, et cela doit être pris en considération.

     Tout sera dévoilé une fois que vous retournerez aux dimensions supérieures et ce sera une période d’auto-évaluation, lorsque rien d’autre qu’un compte-rendu véridique ne pourra être consigné. Soyez assurés que tout au long du parcours, vous aurez le soutien de nombreuses âmes, vous souhaitant la meilleure des réussites dans vos entreprises. Cependant, les humains étant ce qu'ils sont, ils peuvent perdre de vue leurs objectifs quand ils sont la proie à des émotions. La maîtrise de soi est quelque chose que vous apprenez tout le temps, car sans elle, vous seriez littéralement une âme perdue. Vous laissez derrière vous une époque qui a été l'une des plus sanglantes que l’on puisse imaginer, au cours de laquelle les mêmes erreurs n’ont cessé de se reproduire. L'ego vous a conduit sur un chemin de destruction, mais heureusement il y a eu suffisamment d’entre vous qui se sont tournés vers la Lumière et ont réalisé que les décisions fondées sur l'amour sont le seul moyen de sortir de votre situation difficile. La vérité est que vous vous rendrez compte finalement de la futilité des guerres continuelles et réaliserez que le moment est maintenant venu de promouvoir paix et bienveillance.

    Pourquoi ne pas participer à la prospérité au lieu de détruire des vies et des biens, causant douleur et souffrances ? Quel en est le gain, si ce n’est celui du contrôle des territoires et des trésors terrestres ? De nombreux royaumes ont pris naissance et ont disparu en dépit d'avoir atteint un certain apogée, mais la leçon est claire que tout est éphémère au sein des vibrations inférieures. Combien de temps faudra-t-il à l’Homme pour réaliser que vous êtes tous des Frères et Sœurs parcourant la même voie ? Ne serait-il donc pas sensé de s'entraider mutuellement pour parvenir à la réussite ? Vous avez tendance à juger votre prochain en fonction de sa fortune et de sa position sociale, mais d'une vie à l’autre les rôles peuvent très bien s’inverser selon les nécessités de vos expériences. L'Homme a créé ses propres expériences, mais le temps presse maintenant que le Nouvel Age a commencé. Désormais, il appartient à chaque âme d'examiner où mène sa vie, et si elle est prête à faire un grand bond en avant. Les dimensions supérieures sont séduisantes, mais vous ne pouvez y accéder sans avoir élevé vos vibrations.

    Alors que vous êtes occupés à pourvoir à vos propres besoins, nous prévoyons de bien accueillir ceux d'entre vous qui ont déjà décidé de faire le nécessaire pour ascensionner. Vous prenez conscience qu'en maintenant fermement votre cap, vous progressez et êtes capables de faire abstraction de tout ce qui se passe autour de vous. Il y a beaucoup de distractions, mais ce sont des vestiges d'une Ère bientôt révolue et vous les laisserez derrière vous. Vous avez des merveilles à découvrir qui vous emmèneront très rapidement vers les dimensions supérieures et tous vos problèmes et préoccupations appartiendront dès lors au passé. Ils n’ont plus aucune place dès que les vibrations s'élèvent et vous saurez que vous aurez vraiment ascensionné. Vous avez bien mérité la récompense à votre dévouement à la Lumière et à votre claire intention de tourner le dos à tout ce qui est de moindre valeur. Tout le mérite vous revient d’avoir assuré votre place dans l'avenir, en vous élevant vers de plus hautes vibrations. Tous les signes autour de vous indiquent combien les changements qui affectent votre Terre sont profonds.

    Les terres et les océans se trouvent tous dans un processus de changements qui fait partie de la restauration de la Terre. L’Homme les a gravement pollués et en réalité la Terre aurait péri sans le nettoyage que nous avons effectué régulièrement. En effet, si nous avions autorisé que les choses échappent à notre contrôle, les dommages auraient bien pu être irréversibles. Très Chers, vos expériences n'ont pas été vaines et de précieux enseignements en ont été tirés. Toutefois, tant que les forces de l’obscurité demeurent sur Terre, la menace sur votre environnement persistera et nous surveillons cela de près. Soyez assurés que nous ne leurs permettrons pas de détruire ou de dévaster la Terre. Cet Age est destiné à la réussite de l'Homme dans sa quête de la vérité de son existence et du merveilleux avenir qui l’attend.

    Les 100 dernières années ont contribué à l'éveil de beaucoup d'âmes qui ont été vraiment piégées dans les vibrations inférieures, au point qu’elles ont perdu contact avec leur vraie nature. Certaines vivent encore dans le monde irréel que vous avez créé, mais comme les vibrations continuent d'augmenter, elles comprendront peu à peu la vérité. Il y aura toujours autour d’elles des âmes évoluées, attendant des signes précurseurs de leur éveil, de sorte qu'elles puissent les guider à poursuivre leur quête vers la Lumière. La fin d'un cycle, tel que celui que vous traversez maintenant, est souvent très astreignante, car le karma accumulé sur une longue période de temps est apuré. Cela ne concerne pas uniquement des individus, mais aussi des Nations qui ont propagé leurs propres croyances plutôt que la vérité. Il n'y a que la seule et unique vérité et elle peut être simplement exprimée comme « Amour », et alors que vous évoluez, cela devient plus évident pour vous. Les temps de séparation sont passés et dans le futur l'Homme réalisera que vous êtes Tous Un et qu’il n'y a pas de place pour sa propre surestimation.

    Je suis SaLuSa de Sirius et suis toujours heureux de vous aider à apprécier vos expériences. Lorsque vous comprenez que la mort de l'âme n’existe pas, cela élimine la peur de mourir et vous permet de faire face à vos expériences. Vous réalisez aussi que vous disposez de beaucoup de vies, pour répondre à votre besoin de relever des défis qui vous permettront d'évoluer, et comme nous l’avons souvent signalé, vous avez des Guides et d’autres aides invisibles toujours à disposition. Gardez la foi et l’intention de poursuivre votre chemin et de vous rapprocher de la Lumière, en sachant qu’en fin de compte vous y parviendrez. Il n'y a aucune limite de temps à vos besoins, car en réalité le temps n'existe pas comme vous le savez. Je vous adresse toujours mon Amour.

    Merci SaLuSa
    Mike Quinsey

    Website: Tree of the Golden Light
    Traduction : Alain, Rév. Patrick

    Source: http://www.galacticchannelings.com/francais/mike15-05-15.html


    votre commentaire
  • Qu'y a-t-il de mal à chercher l’agréable et se détourner du désagréable ?
    La rivière de la vie coule entre les rives de la souffrance et du plaisir. Il n’y a de problème que si le mental refuse de couler avec la vie et reste cloué aux rives.
    Ce que j’entends par couler avec la vie, c’est l’acceptation, laisser venir ce qui vient et laisser aller ce qui va. Ne désirez pas, n’ayez pas peur, observez le présent tel qu’il est et quand il arrive, car vous n’êtes pas ce qui arrive, mais celui à qui en arrive.
    Et au fond, vous n’êtes même pas l’observateur. Vous êtes la potentialité ultime dont la conscience qui embrasse tout est la manifestation et l’expression.


    3 commentaires
  • http://p2.storage.canalblog.com/28/40/987861/77570566.jpg

     

    La non-agression et les quatre maras :

    Ce que nous considérons comme un obstacle est bénéfique : c’est en vérité la façon dont le monde et toute notre expérience nous enseignent l’endroit où nous sommes coincés. Que nous ressentions ce qui nous arrive comme un obstacle ou un ennemi ou comme un maître et un ami dépend entièrement de notre perception de la réalité. Le niveau externe, c’est le sentiment que quelque chose ou quelqu’un nous a fait du mal en s’immisçant dans l’harmonie et la paix que nous croyions nôtres. L’obstacle interne, c’est que rien ne nous a jamais vraiment attaqué si ce n’est notre propre confusion. Il n’y a aucun obstacle solide si ce n’est notre besoin de nous protéger de toute possibilité de nous laisser toucher.

    Rien ne disparaît jamais avant de nous avoir appris ce que nous avons besoin de savoir. L’obstacle reviendra jusqu’à ce que nous apprenions tout sur l’endroit où nous nous séparons de la réalité, sur la manière dont nous avons un mouvement de retrait au lieu de nous ouvrir et comment nous nous fermons au lieu de nous autoriser à éprouver complètement tout ce que nous avons à affronter, sans hésiter, ni nous replier sur nous-mêmes.

    Les maras fournissent des descriptions de certains moyens très usuels grâce auxquels nous essayons d’éviter ce qui se produit :

    - devaputramara : concerne la recherche du plaisir.

    Quand nous nous sentons gênés, mal à l’aise, quand nous souffrons, nous courons comme des fous vers le confort : nous ne pouvons supporter de ressentir la douleur, la tension, l’anxiété, la brûlure de la colère qui monte, le goût amer du ressentiment... alors nous nous accrochons à quelque chose d’agréable, nous fuyons en essayant de nous échapper de toutes sortes de manières.

    Au lieu d’éviter malaise et déséquilibre, nous pouvons commencer à ouvrir notre cœur à l’ambiguïté humaine qui provoque tant de malheur dans ce monde. Nous pouvons observer combien nous sommes faibles.

    - skandhamara : concerne la manière dont nous essayons constamment de nous recréer, de récupérer du terrain, d’être celui que nous croyons être.

    Quelqu’un ou quelque chose enlève le tapis sous nos pieds et notre monde s’écroule. Nous ne savons pas ce qui nous attend ni même où nous sommes alors nous revenons au terrain solide du concept que nous avons de nous-mêmes. De peur de ce que nous risquons de découvrir et au lieu d’en rire, nous voulons redevenir nous-mêmes même avec nos imperfections, juste au moment où nous pourrions comprendre vraiment quelque chose, voir clairement la situation en permettant à notre cœur de s’ouvrir. Au lieu de lutter pour reconquérir le concept de celui que nous sommes, nous pouvons entrer en contact avec cet esprit qui tout simplement ne sait pas, l’esprit de la sagesse fondamentale.

    - kleshamara : concerne la manière dont nous utilisons nos émotions pour demeurer stupides ou endormis. Il se caractérise par des émotions violentes.

    Un sentiment tout simple surgit et, au lieu de le laisser être là, c’est la panique. Quand tout s’écroule et que nous ressentons incertitude, déception, choc, malaise, ce qui reste est un esprit clair, frais et sans préjugés. Mais nous ne le voyons pas. Nous oublions ce que nous avons appris grâce à la méditation et que nous savons être vrai. Quand des émotions vraiment fortes surgissent, toutes les doctrines et croyances auxquelles nous nous accrochons paraissent dérisoires en comparaison, les émotions sont tellement plus puissantes. Nous UTILISONS nos émotions : elles sont inhérentes au fait d’être vivant, mais au lieu de les laisser simplement être là, nous nous en servons pour reconquérir notre terrain. Nous les utilisons pour essayer de nier qu’en fait personne n’a jamais su et ne saura jamais ce qui se passe ; pour essayer de rendre toute chose sûre et prévisible et de nouveau réelle, pour nous duper sur ce qui est réellement vrai ; au lieu de demeurer assis avec l’énergie de notre émotion et la laisser passer.

    Il n’y a aucun besoin particulier de nous répandre en blâme et en autojustification. Au lieu de cela, nous rajoutons de l’essence dessus. Inutile de considérer ce processus comme un obstacle, nous pouvons observer la violence de nos émotions, commencer à nous traiter en ami, mais aussi commencer à traiter tous les êtres en amitié.

    En devenant conscient de nos schémas habituels dus au fait que nous ne voulons pas demeurer dans l’incertitude, le malaise et la douleur ne pas savoir, nous commençons à faire naître une véritable compassion pour nous et pour autrui. Ainsi ce qui semble particulièrement déplaisant, problématique et non désiré devient en fait notre maître.

    - yamamara : a trait à la peur de la mort.

    Quand nous parlons d’une bonne vie, nous voulons dire que nous sommes enfin arrivés à trouver l’équilibre. Rechercher la sécurité ou la perfection, se réjouir de sentir assuré et complet, autosuffisant et bien dans sa peau, est une espèce de mort. Nous tuons l’instant présent en contrôlant notre expérience. Nous courrons à l’échec parce que tôt ou tard, arrivera quelque chose que nous ne pourrons pas contrôler. La vie est essentiellement remplie de défis. Être vivant, humain et éveillé, c’est être continuellement jeté hors du nid. Vivre c’est être disposé à mourir encore et toujours. La mort, c’est vouloir s’agripper à ce que nous avons et vouloir que chaque expérience nous confirme et nous flatte et nous fasse nous sentir bien équilibré. La peur de la mort, c’est en fait la peur de la vie.

    Tous les maras indiquent la voie à suivre pour être complètement éveillés et vivants : en lâchant prise, en nous laissant mourir, instant après instant, à la fin de chaque expiration. Quand nous nous éveillons, nous pouvons vivre complètement sans rechercher le plaisir ni éviter la souffrance, sans nous recréer nous-mêmes quand nous nous effondrons.

    Article pris chez Pam

     

     

     

     


    votre commentaire
  • http://hickory.fr/assets/images/hickory/bg/Ble%20et%20coquelicot.jpg

    Les textes sacrés, sont des textes inspirés ; ils renferment de multiples sens que nous ne percevons que lorsque nous y sommes prêts.

    Dans le « Notre Père » la phrase : « donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien » semble limpide et concerner l’indispensable besoin de s’alimenter pour survivre.

    Mais lorsque nos survies sont assurées, d’autres pains nous sont donnés pour nourrir les différents corps.

     Régulièrement, la vie nous présente les mêmes épreuves pour que nous puissions les résoudre, en prendre acte et ne plus tomber dans les mêmes ornières !

    Combien de fois, avons-nous pensé, face à telle ou telle situation, que l’on ne nous y reprendrait plus ?
    Et combien de fois, celles ci nous ont été resservies sans que nos attitudes se modifient!

     Éternel recommencement, tant que l’expérience n’est pas intégrée, tant que les leçons ne sont pas tirées. « Notre pain quotidien » concerne alors, les situations à gérer, à dominer, à comprendre pour que celles-ci ne nous engloutissent plus, et que nous puissions alors exercer notre discernement.

     Pendant des siècles nous avons mis l’accent sur le mot pain, alors que c’est sur la portée quotidienne de ce que nous demandions qu’il fallait nous pencher.

    Nous avons été exaucés au delà de nos attentes !!

    Quotidiennement, le jour se lève et quotidiennement nous avons l’occasion de surmonter les mouvements de l’émotionnel, jusqu’à ce que se développe notre entendement.

     Cela est vrai des épreuves dont nous devons sortir vainqueurs, mais aussi des qualités fondamentales du monde, qu’il nous faut révéler.

    Tous les jours et de tous temps, ces qualités nous sont présentées, et nous y restons parfois, souvent, toujours, étrangers, selon notre degré de réceptivité.

     La beauté, la bonté, la vérité, nous sont chaque jour présentées sous une forme ou sous une autre, et nous n’avons pas toujours les yeux pour les voir ; les mots pour les dire ; l’oreille pour les entendre, ni le goût pour les découvrir et les sentir, trop occupés à cultiver nos aveuglements.

     C’est notre regard, et avec lui, notre compréhension, qui engendre notre capacité à les intégrer, à les révéler, et à les faire ainsi exister.
    La beauté de la nature apparaît croissante à mesure que notre sensibilité augmente.
    La beauté des relations, l’intelligence du vivant nous sont offertes tous les jours, la percevons nous ?

    Plus nous serons capables de percevoir cette beauté, cette intelligence à travers tout ce qui est, plus le sentiment d’appartenance au Tout qui nous contient et auquel nous sommes reliés, se manifestera.

     Après le pain fait de blé, le pain fait de qualités, nous est offert à chaque instant, pour que nous puissions ensemble dévoiler ce qui est présent, de tous temps, mais que nous n’avons pas encore perçu dans toutes ses dimensions.

     Les expériences nous sont présentées jusqu’à ce que nous dépassions nos limites et que nous soyons aptes à créer un monde nouveau.

    Alors la vie nous présentera des occasions de délier le vrai du faux, le juste de l’injuste, le bien du mal, et nous permettra de rejoindre les berges de l’intuition.

    Et progressivement, en nous donnant notre pain quotidien, « Notre Père » nous amènera à être parfait, comme Il est parfait …

     A terme !

    Source

    Autres textes

    Les conférences

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique