• Vider son placard-mental

    http://deboramia.canalblog.com/images/etageres.jpg

    Toute activité humaine implique la préparation d'un cadre approprié, qui crée une atmosphère et est à la base du succès de l'entreprise. La " chambre intérieure " de notre esprit ressemble à une pièce en désordre : on y trouve de nombreuses choses inutiles, et elle se révèle inconfortable, empêchant de se concentrer. Pour nous préparer, nous devons décider d'éliminer toutes les choses inutiles, une par une. Cela peut paraître simple, mais c'est souvent difficile à faire. Mais si nous examinons les objets inutiles et les retirons, un par un, ne gardant que ce qui est fonctionnel et confortable, avant longtemps, la pièce sera nette, ordonnée et agréable à regarder. S'asseoir dans un tel endroit chez soi, c'est comme se mettre en congé par rapport à l'extérieur. Les pensées gênantes et inutiles de notre " chambre " mentale doivent être traitées de la même façon et triées. Cette préparation a pour résultat un esprit paisible, dépouillé, l'état de Wu Chi.

    Ces pensées désordonnées proviennent directement de notre vie quotidienne, et c'est là que la " préparation " commence, et pas seulement quand on s'assoit pour méditer. La préparation la plus importante a lieu dans le corps, qui est un laboratoire d'expérimentation et de travail sur la méditation. Il doit être entretenu correctement et dans le meilleur état possible. L'esprit, qui en constitue une partie indéfectible, doit, en contrepartie, être clair et bien reposé. Cela signifie qu'il faut éliminer les activités. délétères et renoncer à fumer, boire; manger des aliments qui ne vous nourrissent pas, etc. Les mauvaises habitudes affaiblissent et endommagent le corps et gênent les pensées claires et paisibles.

    Mais c'est comme si l'on nettoyait la pièce " extérieure " remplie sans discernement d'objets dotés d'une valeur sentimentale. Beaucoup s'insurgeront. Considérant qu'il suffit de " réduire " ce qu'ils reconnaissent comme de mauvaises habitudes.

    Mais prenons l'exemple du placard que l'on vide. Nous tombons sur un vieux manteau qui ne nous est plus d'une grande utilité. Il est temps de s'en débarrasser. Allons-nous commencer par en couper une manche et garder le reste ? Ce serait absurde. C'est pourtant exactement la même chose quand nous voulons " réduire " une habitude qui nous fait du tort. Si nous voulons réussir à méditer, nous devons avoir la volonté de renoncer, l'une après l'autre, aux choses qui nous empêchent de bien méditer. Au début, cela peut sembler douloureux. Tous ceux qui ont dû un jour vider un placard longtemps négligé ou une pièce trop encombrée connaissent ce sentiment, aussi devons nous nous rappeler la sensation d'agréable soulagement qui s'ensuit une fois que tout est fini.

     La suite de cet article se trouve ici

     

     

     

    « Obstacles, impasses et pièges de la vie spirituelleDu shivaïsme du cachemire actuel et de ses thuriféraires »

  • Commentaires

    2
    Dimanche 21 Octobre 2012 à 17:47
    Yog' La Vie

    Bonsoir Nat. Je ne vois pas le terme stocké mais certainement que, pour la plupart, 99% du temps nous pensons sans en avoir conscience ou dès que nous avons un soucis ou un évènement,...nous pouvons nous passer le même film en boucle au lieu de réaliser ce phénomène pour qu'il puisse s'évaporer. Tu as raison,Vouloir arrêter les pensées n'est que davantage de pensées.

     

    Je pense que tu as dû expérimenter la pratique (yoga ou méditation) avec l'estomac trop plein et celle avec un estomac léger. C'est aussi simple.Ce n'est déjà pas facile, autant éviter les obstacles.

     

    Trungpa: les exceptions ne sont pas des règles! Moi, avec une seule bière, je ne me risque pas à prendre le volant.

     

    1
    nat
    Samedi 20 Octobre 2012 à 19:58
    nat
    Bonjour Yog,
    l'article part de l'hypothèse que la pensée est stockée dans le cerveau. Elle me paraît erronée; en tout cas je ne la vérifie pas. Le mental est une bulle et chercher à éliminer les pensées qui paraissent en trop ne fera que les cristalliser. Ahamkara. Juste un nuage...
    En outre, je ne vois pas en quoi se nourrir de telle ou telle chose peut conduire à un état de paix. Que certains aliments aient une densité tamasique, je peux le vérifier, mais qu'il s'agisse d'un élément de la voie... Cela me laisse sans voix :))
    Bon, c'est vrai, je fume, je bois. Et les pensées qui me traversent sont bien souvent élémentaires.
    Il m'est revenu, à ce propos, que Ch Trungpa avalait une bouteille de whisky sans altération de son Etat.

    Bon dimanche.

    Namaste
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :