• Vous en savez trop

     

    AB823-Regard-sur-la-mer-Affiches.jpg

     

    Deux scientifiques s'étaient rendus de l'autre côté du globe pour demander à un sage hindou ce qu'il pensait de leurs théories. Quand ils arrivèrent chez le sage, ce dernier les invita à prendre un thé dans son jardin. Même si les tasses étaient pleines, le sage continuait de verser le thé et les tasses débordaient.

    Mal à l'aise les scientifiques lui dirent poliment:

    "Votre sainteté, les tasses sont pleines à ras bord et plus rien n'y rentre." Le sage s'arrêta de verser et leur répondit: "Vos esprits sont comme les tasses. Vous en savez trop. Vides-les et revenez me voir. Après, nous parlerons.

     

     

    Connaître la date de naissance de chacun, ce n'est pas sentir la beauté de la naissance. Connaître et pratiquer toutes les positions du kama-sutra est bien autre chose que faire passionnément l'amour. Le grand érudit canadien Northrup Frye fit un jour remarquer que la compréhension des principes de l'aérodynamique n'avait rien à voir avec l'expérience du vol.

     

    Si vous vous sentez parfois coupé de l'essence de ce que vous savez, c'est peut-être, ainsi que le sage l'a dit, que votre tête est trop pleine. Comme un bocal trop remplit de poissons, vos pensées les plus profondes n'ont probablement pas de place pour bouger. Tout ce dont nous avons besoins de temps en temps, c'est sans doute de balancer tout ce qui ne tient pas et de laisser le grand souffle de Dieu nous vider la tête.

     

    Information n'est pas synonyme de sagesse. Bien que le mental soit un outil irremplaçable et superbe, il peut emmagasiner au lieu de sentir, trier au lieu de comprendre, et à l'exemple du castor, construire des barrages avec tout ce qui est précieux. Si vous ne pouvez parler quand votre bouche est remplie de nourriture non mâchée, comment pouvez-vous penser clairement quand votre esprit est rempli d'informations non digérées?

     

    Mais alors comment se vider l'esprit? En ne pensant pas trop. En n'emmagasinant pas, en ne triant pas. En ne faisant pas rejouer les cassettes de la peur, des rêves, des doutes ou des louanges. En choisissant la chose la plus importante sur notre interminable liste de choses à faire et en la faisant totalement après avoir déchiré cette liste.

     

    Selon toutes les traditions qui abordent la question de la sagesse, il faut rester calme et la quiétude percera des trous dans notre savoir inutile. Mais par où commencer? Chaque fois que vous vous surprenez à trier la vie dans votre tête, arrêtez et observez ce que le rayon de lumière le plus vif éclaire près de vous. Après avoir répété cet exercice pendant une semaine, faites un pacte avec vous-même: échangez cinq faits sur la façon de vivre contre une heure de vie non planifiée. Puis prenez le thé.

     

     

    - Si votre esprit était une valise pouvant contenir seulement cinq choses, qu'y mettriez-vous?

     

    - Quand quelque chose vous dérange, à combien de reprises y revenez-vous mentalement? Pour quelles raisons? Que se passerait-il si vous n'y reveniez qu'une seule fois?

     

    - Quand vous allez vous coucher; est-ce que votre esprit fait le tri, catalogue et répète l'information?

     

    - Quand vous vous réveillez, votre esprit fait-il l'expérience des choses immédiates plus facilement?

     

    - Si c'est le cas, essayez de redonner vie une seconde fois à la sensation de vous éveiller ainsi.

     

    - N'emmenez qu'une seule chose de votre valise pour la journée, et laissez cette valise à la maison.

     

     

     

    Pris dans:

     

    http://lessence-ciel.com/images/114image2.jpg

     

    « NewsLe serpent »

  • Commentaires

    6
    Narf
    Mercredi 13 Novembre 2013 à 13:33
    Narf

    Une vidéo reçue hier soir:

    http://www.koreus.com/video/ego.html

    5
    Narf
    Mercredi 13 Novembre 2013 à 13:33
    Narf

    Ha! je serai curieuse de lire les commentaires!

    4
    Mardi 21 Septembre 2010 à 10:47
    Yog' La Vie

    Je connais cette histoire. Il arrive tout de même un moment où il n'est plus possible de rajouter quoi que ce soit.

    Ce qui ne veut pas dire qu'il faille arrêter le savoir, mais de temps en temps c'est bien de se mettre en jachère.

    Bises

    3
    Samedi 18 Septembre 2010 à 08:43
    Vieux Jade

    A l'inverse, l'histoire suivante : un professeur prend un seau devant ses élèves, et l'emplit de cailloux jusqu'au bord. Le seau est-il plein ? demande-t-il. Oui, répondent les élèves. Alors le professeur prend du sable fin, et emplit les intersctices. Le seau est-il plein ? Oui. Il prend alors de l'eau, et la verse dans le seau. Le seau est-il plein ?

    Moi je ne sais pas.

    Très beau, cette petite phrase :

    « Apprendre à aimer son Bocal,

    c’est finir par aimer l’Océan »

    Merci et bon week end.

    2
    Samedi 18 Septembre 2010 à 07:45
    gazou

    C'est un des plus beaux passages de la Bible

    1
    Vendredi 17 Septembre 2010 à 16:04
    Yog' La Vie

    Patience, patience.... Je ne sais pas s'il y aura des commentaires, car en ce moment je n'en dépose pas beaucoup chez mes voisins. Ainsi va la loi des blogs.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :