•  

    Éveillez vos 7 chakras principaux avec cette piste 40 minutes de musique de méditation qui est incorporé avec divers battements binauraux et tons isochrones qui vont de 4,9 Hz à 15 Hz, et porte la fréquence binaurale du Soleil, 136.1Hz. Les battements binauraux dominants sont associés à chaque chakra, comme la racine ou la base chakra, le sacral, plexus solaire, le cœur, la gorge, le front ou troisième œil, et le chakra de la couronne. Chaque chakra va durer pendant 4 à 5 minutes, et pour chaque point de chakra vous entendrez sonner les cloches, qui signifie votre préparation et la mentalité axée vers le chakra suivant. Asseyez-vous dans une position verticale et confortable, de préférence avec votre dos droit.  Partir de la racine jusqu'à la couronne, voyez vos pensées mais ne les laissez pas vous distraire. Mettez le focus sur votre respiration, détendue. Sentez-vous équilibré et en harmonie avec vous-même et le monde extérieur, moins stressé et rafraîchi. Vous pouvez en faire une pratique quotidienne.


    votre commentaire
  • L'écoute du corps

     

    Lorsque le corps est correctement écouté, ce n'est pas seulement le corps qui est écouté, mais toute perception et toute situation.

    L'écoute devient alors l'axe de vie, le centre à partir duquel le monde se fait et se défait.

    C'est en elle que se meurt l'illusion du devenir et de la séparation.

    Être écoute est la finalité du yoga, dans lequel l'objet de perception ramène le sujet à lui-même, toute présence, sans forme, sans localisation.

    La liberté se découvre non pas dans le faire, mais dans l'être.

    Elle n'est pas le fruit d'une accumulation, mais d'un abandon, d'un abandon de tout ce que vous n'êtes pas : image, concept, sensation, émotion, pensée.

    Vous êtes l'ultime résidu, ce qui reste lorsque tout ce qui peut être éliminé n'est plus.

    Ce n'est que dans l'absence de vous-même que vous pouvez vous trouver.

       http://jmmantel.net

     


    11 commentaires
  •  http://mineraux-strasbourg.fr/wp-content/uploads/2014/12/flower-chakra-mandala-gabriel-sampad.jpg

    Ces exercices doivent être accomplis avec concentration, d'un mouvement régulier, et il faut choisir un endroit réchauffé par le soleil ou s'asseoir les jambes étendues en avant sans effort, mais les doigts des pieds tendus.

    PREMIER EXERCICE:
    Les bras sont tendus horizontalement en avant. Puis on touche du bout des doigts les orteils des pieds. Après on glisse les mains des deux côtés du corps en montant jusqu'au-dessus de la tête. Puis on revient vers les orteils.
    On répète cet exercice plusieurs fois.


    DEUXIÈME EXERCICE:
    Les bras sont tendus horizontalement en avant. Puis on pose les mains sur les genoux. Après, on glisse les mains des deux côtés du corps jusqu'au-dessus de la tête. Ensuite on revient sur les genoux.
    On répète l'exercice plusieurs fois.


    TROISIÈME EXERCICE:
    On pose les deux mains sur le plexus solaire et on y concentre l'énergie, puis on pose les mains derrière sur les reins et de nouveau on y utilise cette concentration spéciale.


    QUATRIÈME EXERCICE:
    On pose une main sur le plexus solaire et l'autre sur la gorge. Puis on intervertit leurs places respectives.


    CINQUIÈME EXERCICE:
    Poser les deux mains sur les tempes.


    SIXIÈME EXERCICE:
    On pose une main sur le genou et l'autre sur la poitrine du côté opposé. Puis on intervertit leurs places.


    Ces exercices ont pour but de développer les chakras situés près du coeur, du larynx, du plexus solaire et du troisième oeil. Ils doivent être accomplis exactement, sans aucune faute. Les chakras doivent être nourris et développés à l'aide d'énergies déterminées. Parfois dans ces organes s'accumulent des énergies négatives. Si vous ressentez quelque poids dans la région des tempes, ou si vous sentez votre mémoire accablée, alors faites ces exercices et essayez de repousser l'énergie accumulée en bas, parce que c'est une énergie de type inférieur qui doit être orientée vers l'estomac, et de là elle doit être renvoyée par les jambes et les doigts hors du corps.




    Et beaucoup d'exercices très intéressants!



    votre commentaire

  • 2 commentaires




  • Pour comprendre ce qu'est un esprit clair, essayons de regarder comment fonctionne notre mental. Selon la "Psychologie des Chakras", le mental fonctionne par couches superposées. Notre corps subtil est tissé de nombreux canaux énergétiques, appelés "nâdis", reliant des organes énergétiques appelés "chakras". C'est par ces organes du corps subtil que s'expriment nos désirs, en fonction de l'éveil de notre compréhension.
    Ces désirs conditionnent notre vitalité par le biais du système nerveux.












    Santé Yoga N° 89 novembre 2008

     

    Présentation des chakras :

     

     

     

    SAHASRARA ou Le Chakra du Sommet

     

    SAHASRARA ou Le Chakra du Sommet

     

    Chakra Coronal, Centre du Sommet

    Localisation : sommet du crâne

    Couleurs dominantes : Violet, blanc, or

    Sens de rotation :

    Homme : sens des aiguilles d'une montre

    Femme : sens contraire

    Prenant place au sommet de la tête, le septième chakra est une connexion avec la glande pinéale et notre guide spirituel.

    Dans l'imagerie populaire chrétienne, il est représenté par l'auréole des saints. Ce chakra échappe au corps physique et même au corps éthérique primaire.

    Il est la Colombe de l'esprit dont les ailes sont au sommet de l'Arbre de Vie. Il est également la pointe d'un triangle dont la base serait la ligne unissant les deux zones de visualisation psychique situées derrières les oreilles.

    C'est lui qui, en quelque sorte, ” sanctifie ” les têtes des serpents.

    Il est l'illustration parfaite de la Conscience Universelle, Divine, transcendant l'action de tous les autres chakras, et nous ouvrant les portes du Royaume du Tout.

    Représente le lien avec Déesse et Dieu, l'énergie supérieure. Personnalité, spiritualité, inspiration, unité, compréhension du divin, sagesse et infini.

    AJNA ou Chakra du 3 eme Oeil

     

    AJNA ou Chakra du 3 eme Oeil

     

     

    Chakra Frontal, Chakra du Commandement, Oeil de la Sagesse, Oeil interne

    Localisation : entre les deux sourcils

    Couleurs dominantes : bleu violacé, violet, jaune

    Fonction sensorielle : le sixième chakra est en corrélation avec tous les sens ainsi qu'avec la perception extra-sensorielle

    Sens de rotation :

    Femme : sens des aiguilles d'une montr

    Homme : sens contraire

    Sixième chakra, situé approximativement entre les sourcils, Ajna est le fameux Troisième oeil cher à l'imagerie hindouiste.

    Il est connecté avec la glande pituitaire, ou hypophyse, ainsi qu'à l'hypothalamus.

    Ce chakra a un rapport direct avec les zones de visualisation psychique situées, derrière les oreilles.

    On pourrait dire qu'il est la pointe d'un triangle dont la base serait une ligne joignant ces deux zones de visualisation.

    Subissant leur action, il les influence à son tour en ” contrôlant ” les têtes des ” serpents d'énergie ” qui montent du premier chakra, exerçant sur eux des vertus modératrices.

    Capacité psychique, clairvoyance, capacité de voir à travers le temps, capacité mentale, guides spirituels, intuition, concentration.

    Surdimensionnement du Troisième Oeil

    Tendances à l'intellectualisation excessive de la moindre chose ; à contrario, tendances au mysticisme et à l'irrationnel trop marquées avec, dans les deux cas, un rejet inconscient du corps, des choses matérielles et du plaisir.

    Complexe de supériorité intellectuelle, mépris des autres, arrogance. Rejet du quotidien, des biens matériels, incapacité à avoir des relations sociales normales, tendances dominatrices dans le domaine de la spiritualité, certitude de détenir la Vérité, incapacité à douter.

    Noeuds et blocages du Troisième Oeil

    Incapacité à l'intellectualisation, désintérêt des cultures, du savoir, des sciences, manque de curiosité. Rejet de la spiritualité, esprit rationnel à l'excès, extrême attachement aux choses matérielles et aux plaisirs physiques. Carence en intuition et en perceptions extra-sensorielles. Complexe d'infériorité, comportement de “mouton” en société, adhésion aux idées toutes faites, aux préjugés, manque de personnalité, d'esprit critique, de caractère et de libre arbitre.

     

    VISHUDDHA ou Chakra de la Gorge

     

    VISHUDDHA ou Chakra de la Gorge

     

    Localisation : entre la pomme d'Adam et la fosse jugulaire

    Couleurs dominantes : bleu clair, bleu nuancé de vert, argent

    Fonction sensorielle : l'ouïe

    Sens de rotation :

    Homme : sens des aiguilles d'une montre
    Femme : sens contraire

    Cinquième chakra, placé au niveau de la gorge.

    Ce cinquième chakra est le sommet des chakras ” physiques “, si tant est que l'on puisse employer ce qualificatif à propos d'une réalité énergétique !

    En effet, la Tradition ne dit-elle pas que ” le Cinq est de la Terre et le Sept est de l'univers ” ?

    De ce fait, avec les sixième et septième chakra, nous entrerons dans un domaine plus spécifiquement spirituel.

    En attendant, on pourrait regarder ce chakra comme une ” bouche énergétique “.

    Il est intimement lié à notre expression personnelle.

    Non seulement notre expression orale, dépendante de la respiration, mais tout simplement l'expression de notre Moi, de notre personnalité profonde.

    Plus nous sommes épanouis, exploitant à fond tous nos potentiels, plus ce chakra rayonne.

    Travailler sur lui signifie que nous allons évoluer dans le monde avec assurance et sérénité.

    Point n'est alors nécessaire de s'imposer par une force illusoire.

    Nous l'avons dit, l'être précède le faire. A travers ce chakra, nous abordons le phénomène d'extériorisation de notre univers intérieur. Si celui-ci est harmonieux, fondu à la Création , alors serons-nous perçus tels que nous sommes, forts, paisibles, riches et lumineux.

    Humanisme, parole, communication, expression de soi, vérité, sagesse, savoir et honnêteté.

    Surdimensionnement du Chakra de la Gorge

    Tendances au bavardage ininterrompu, logorrhée. Comportements monomaniaques, manque de capacités d'écoute, au bavardage ininterrompu, logorrhée.

    Comportements monomaniaques, manque de capacités d'écoute.

    Volonté de toujours avoir raison, mauvaise foi.

    Tendances hypocondriaques.

    Mouvements excessifs des bras, des mains et mimiques théâtrales lors de conversations même banales.

    Tendance à passionner les débats à l'excès.

    Tendance à la mythomanie et à la mégalomanie.

    Noeuds et blocages du Chakra de la Gorge

    Timidité, bafouillages, bégaiements, difficultés de langage, bafouillages, bégaiements, difficultés de langage.

    Nervosité, mots qui se bousculent, discours décousu voire incohérent, sans fil conducteur. Voix cassée, aigrelette ou inaudible.

    Manque d'expressions du visage, peu de mouvements du corps et des mains pendant une conversation.

    Manque d'assurance, doute sur ses propres capacités de persuasion, manque de naturel, de sincérité, tendance aux mensonges répétés.

    Réactions trop spontanées : l'information vient directement des chakras du corps sans transiter par ceux de la tête : rejet brutal de l'inconnu, manifestations de peur.

    Discours délirant ou mystique : l'information vient directement des chakras supérieurs sans transiter par ceux du corps (personne illuminée, incapable de se relier au matériel).

    Incapacité à percevoir ses perturbations physiques ou ses maladies avant un déclenchement grave.

     

     

     

    ANAHATA ou Chakra du Coeur

     

    ANAHATA ou Chakra du Coeur

     

    Localisation : Au milieu de la poitrine, dans l'alignement des mamelons

    Couleurs dominantes : vert, rose, or

    Elément : Air

    Fonction sensorielle : Le toucher

    Sens de rotation :

    Femme : sens des aiguilles d'une montre
    Homme : sens contraire

    Quatrième chakra, situé sur la ligne médiane, à hauteur de la pointe des seins, lié au cœur et à la circulation sanguine.

    Evidemment, nous allons parler d'amour !

    Mais s'il est effectivement en rapport avec l'amour que l'homme éprouve pour la femme ou les parents pour l'enfant, Anahata exprime aussi l'Amour Divin, l'Amour Cosmique, l'Amour de tout être, de tout élément de la Création.

    Il est un peu du cœur du Christ qui bat dans le cœur de chacun de nous. Autant dire que pour ce qui concerne un magnétiseur, c'est un chakra majeur. Il pourrait être l'élément de la ” guérison sainte “.

    Nous verrons bientôt que nous avons des chakras situés dans le creux de la paume. Projetée dans ces ” petits ” chakras des mains, l'énergie émise par le chakra du cœur multiplie au centuple nos possibilités d'intervention.

    Sans prendre ce mot au pied de la lettre, nous pourrions avancer que ce chakra est une source de ” miracles “.

    ” Même un voyage de mille lieues commence par un premier pas “, dit le Sage. Dans ce cas précis, le premier pas du Voyage est peut-être d'ouvrir largement notre chakra du cœur à la dimension de l'amour vrai.

    Compassion et capacité à enraciner l'énergie qui circule dans le corps. Correspond aux sentiments, au pardon, à l'amour inconditionnel, la compréhension, la compassion, la confiance et l'ouverture.

    Surdimensionnement du Chakra du Coeur:


    Tendance à une générosité excessive dans le seul but d'avoir une reconnaissance en retour. Tendance à un excès de passions amoureuses non partagées et dévastatrices. Sentiment de supériorité dû à un amour de soi trop exclusif. Sentiment d'être exploité et incompris des autres en raison de l'amour excessif qu'on leur porte.

    Noeuds et blocages du Chakra du Coeur:

    Incapacité à aimer, indifférence. Incapacité à manifester son amour par peur du rejet et de l'échec. Déceptions amoureuses fréquentes, sentiment de rejet. Manque de générosité, égoïsme, repli sur soi, sentiment de solitude.

     

     

     

     

     

    MANIPURA ou Chakra du Plexus Solaire

     

    MANIPURA ou Chakra du Plexus Solaire

     

    Chakra du Nombril, Chakra de la Rate, de l'Estomac, du Foie.

    Localisation : environ deux ou trois centimètres au dessus du nombril

    Couleur dominante : jaune

    Elément : Feu

    Fonction sensorielle : la vue

    Sens de rotation :

    Homme : sens des aiguilles d'une montre
    Femme : sens contraire

    Troisième chakra, placé au niveau du plexus solaire.

    En acupuncture, nous savons qu'une personne ayant des problèmes d'estomac a tendance à se voûter et, en quelque sorte, à s'enrouler sur elle-même autour de son plexus solaire, comme pour le protéger des agressions extérieures.

    Par ailleurs, chacun de vous a pu constater que lorsque nous avons un choc émotionnel, nous portons souvent la main au plexus.

    C'est là que ” ça bloque “.

    Estomac et système nerveux font partie de la même famille, elle-même apparentée au plexus.

    Ce chakra est le cousin du feu et le plus grand ” feu vivant ” que nous connaissons est le soleil.

    De même que le Soleil illumine le monde et nous permet de le voir, de même le troisième chakra favorise nos contacts avec l'extérieur.

    Au niveau subtil bien sûr, c'est en partie par lui que nous abordons les êtres et les événements.

    Maintenant, une petite histoire amusante : ce chakra, comme nous venons de le dire, est lié au système nerveux et au foie.

    Lorsque nous avons peur, cette peur se manifeste par l'influence du chakra sur le système nerveux et sur le foie.

    Comme le foie est lié à la couleur verte, nous sommes alors ” verts de peur ” ! Logique ?

    Responsable pour recevoir les vibrations et capter l'énergie des autres personnes, endroits ou événements.

    Correspond au contrôle de soi, au contrôle du désir, à l'authorité, à la transformation, au bonheur et à l'énergie.

    Surdimensionnement du Chakra du Plexus Solaire

    Tendances autoritaires vis à vis de soi même et des autres.

    Volonté de toujours avoir raison, de tout contrôler, de tout dominer. Recherche de l'estime à tout prix.

    Tendances à l'insatisfaction, manque d'estime pour soi et pour les autres, irritabilité.

    Tendances monomaniaques, manque d'intérêt et d'attentions pour les autres, impolitesse chronique et irrespect des autres, carences de la capacité d'écoute.

    Noeuds et blocages du Chakra du Plexus Solaire


    Manque de combativité, tendance à abandonner les projets face aux obstacles qu'ils soulèvent, pas d'instinct de révolte, soumission aux ordres et aux désirs des autres, manque de personnalité affirmée, enfouissement de ses propres désirs, nervosité, timidité, défauts de coordination des mouvements sous le coup d'une émotion, manque d'esprit d'entreprise, effacement excessif.

     

     

     

    SVADHISHTHANA ou Le Chakra du Sexe

     

    SVADHISHTHANA ou Le Chakra du Sexe

     

    Localisation : immédiatement au dessus des organes sexuels, à la base des poils pubiens

    Couleur dominante : orange

    Élément : Eau

    Fonction sensorielle : le goût

    Sens de rotation :

    Femme : sens des aiguilles d'une montre

    Homme : sens contraire

    Le second chakra, centre sacral.

    Il est situé au nombril.

    “L'air attise le feu”, disent les Chinois.

    C'est pourquoi l'une des vertus de la pratique de la respiration ventrale est d'alimenter en énergie extérieure cette centrale de production qu'est le second chakra.

    Lié au feu par son yang, il l'est également à l'eau par son yin.

    A l'état virtuel, n'oublions pas que l'homme et la femme en lui et que la femme a de l'homme en elle.

    Le Masculin est ici représenté par le feu, le Féminin par l'eau.

    Le ventre est le premier berceau de l'enfant à naître, berceau aquatique puisque l'enfant évolue dans le liquide amniotique.

    La vocation aquatique de ce chakra est donc évidente, à ce point que la tradition hindouisme avance que celui qui maîtrise ce chakra n'a plus rien à redouter de l'eau.

    L'eau, élément yin, est lié à la lune, qui entretient les facultés intuitives, l'inspiration, la réceptivité.

    Ce chakra est également connecté à des fonctions d'élimination de ce qui encombre notre métabolisme.

    Responsable de la sexualité, de la vitalité physique, des émotions, du plairsir, du désir, de la passion, de l'amour, du changement, des nouvelles idées et de la santé.

    De plus, il agit sur les testicules, le pénis (érection), la sensibilité clitoridienne, la vessie, les ovaires, les menstruations, les reins.

    Surdimensionnement du Chakra du Sexe

    Tendances à la boulimie sexuelle, à la nymphomanie, au priapisme, à la pratique de l'acte sexuel sans communion. Recherche de partenaires dont la seule identification est le sexe, rapports commerciaux dans l'acte sexuel.

    Exagération des fantasmes inassouvis, frustration.

    Noeuds et blocages du Chakra du Sexe

    Blocages dus à une éducation trop rigide ou trop prude qui interdisait, occultait ou dénaturait le thème des relations sexuelles.

    Tendances à la timidité, manque d'assurance, manque de naturel, comportements de compensation, replis sur soi, onanisme.

    Froideur, refus des rapports sexuels, des attouchements et des caresses, frigidité, impuissance, peur de l'autre, somnolence des émotions, peu de goût pour la vie.

    MULADHARA ou Chakra de la Base

     

     

    MULADHARA ou Chakra de la Base

     

     

     

    Localisation : entre les organes génitaux et l'anus

    Couleur dominante : rouge

    Elément : Terre

    Fonction sensorielle : l'odorat

    Sens de rotation :

    Homme : sens des aiguilles d'une montre
    Femme : sens contraire

    C'est le premier chakra, situé sur le point numéro un, c'est-à-dire, les organes génitaux

    C'est le chakra de base, lié aux surrénales, aux reins, à la colonne vertébrale.

    C'est la racines de notre Arbre de Vie, le lieu des forces cosmotéluriques qui nous animent comme une fontaine… D'une certaine façon, on pourrait le comparer au magma en fusion qui est le noyau de la Terre et qui comme un volcan peut entrer en éruption…

    Certains d'entre vous ont peut-être déjà entendu parler de la Kundalini, ” l'énergie du serpent “, représentée par un serpent enroulé sur lui-même. L'éveil de la Kundalini fait partie du trajet initiatique du yogi.

    Le serpent dont il est question ici pourrait, comme tout ce qui relève du phénomène énergétique, être regardé comme double, comme deux serpents d'énergie qui s'enroulent autour de la colonne vertébrale, et dont les têtes sont plantées dans les zones de visualisation psychique situées derrières les oreilles, constituant la majeure partie du caducée.

    Responsable de notre perception de l'espace et du temps et pour demeurer enraciner à la Terre. Corespond avec le matériel, le succès, la patience et le courage.

    Surdimensionnement du Chakra de la Base

    Tendances aux excès de plaisirs physiques et matériels : accumulation de biens, course à la richesse, excès de table, abus de boissons alcoolisées et de tabac, obsession du sexe. Tendances à l'égoïsme, manque de générosité.

    Tendances à l'hypertension artérielle, au cholestérol, aux triglycérides, à la surcharge pondérale, aux malaises post-prendiaux, alertes cardiaques.

    Tendances autoritaires, colériques et parfois violentes, hyperactivité.

    Enracinement à la terre par la lithothérapie

    Morion, obsidienne, onyx noir, quartz enfumé, schorl (tourmaline noire), tectites noires

    Noeuds et blocages du Chakra de la Base

    Tendances à la rêverie, étourderie, manque de mémoire ou incapacité de mémorisation, distraction, ennui, paresse, apatie, manque de combativité et de dynamisme, instabilité. Excès de problèmes matériels, incapacité à les résoudre, tendances à fuir la réalité.

     

     

     

     

    chakras

     
     





    8 commentaires
  •  
    http://www.casayoga-paris.fr/

    Beaucoup de choses à lire dans le menu - Trois vidéos ici

     BD et yoga ici


     


    votre commentaire
  •  

    http://www.ma-grossesse-a-lyon.com/wp-content/uploads/2013/09/Fotolia_27342727_XS.jpg

     

     

    Voir l'article ici

     


    1 commentaire
  • 1er rite                  
    Rite1CinqTibetain-1-.jpgTourner dans le sens des aiguilles d'une montre
    Main gauche vers la terre, main droite vers le ciel
    Le vertige indique le degré d'intoxication du corps.
    Dès l'apparition d'une sensation de vertige s'arrêter et rétracter le périnée et le ventre et y amener la conscience.

    Ce 1er rite permet de relancer l'énergie


    Amener les bras devant, s'accroupir sur les orteils, poser les mains au sol, écarter légèrement les jambes et poser les fessiers au sol sur le tapis.
    Mains en salutation devant la poitrine, jambes tendues - orteils sortis vers soi, inspirer, menton poitrine et dérouler la colonne vertébrale, vertèbres par vertèbres pour s'allonger.
    Détente en Savâsana. Inspirations et expirations profondes.

    2ème rite
    Rite2CinqTibetain-1-.jpg Rassembler les pieds, orteils sortis vers soi, bras le long du corps, paumes des mains vers le sol
    Inspirer lever la tête, les jambes
    Expirer
    Poser la tête, les jambes

    Refaire l'exercice 3 fois


    Ce second rite tonifie la sangle abdominale


    Puis détente en Savâsana. Inspirations et expirations profondes.

    3ème rite
    Rite3CinqTibetain-1-.jpg Rassembler les pieds, orteils sortis (vers soi), bras le long du corps, paumes des mains vers le sol
    Glisser les mains sous le creux lombaire
    Inspirer
    Relever le dos
    Croiser les jambes, se lever sur les genoux, poser les mains au sol, rassembler les jambes et s'assoir en Vajrâsana (posture du Diamant), orteils sortis.
    Poser les mains sur les fesses
    Expirer, menton poitrine
    Inspirer
    Etirer le buste et la tête en arrière autant que possible
    Recommencer 3 fois
    Ce 3ème rite stimule les glandes thyroïdes et rééquilibre le psychisme


    Puis Vajrâsana (posture du Diamant)
    Poing droit sur poing gauche au sol, poser le front
    Détente

    4ème rite
    Rite4CinqTibetain-1-.jpg Inspirer
    Se redresser doucement vertèbres par vertèbres
    Expirer
    Poser la fesse droite sur le tapis
    Allonger les jambe en Dandâsana (posture du bâton), orteils sortis (vers soi)
    Mains à plat sur le sol
    Jambes écartées de la largeur du bassin
    Inspirer
    Soulever le bassin et plier les jambes à angle droit
    Laisser aller la tête aussi loin que possible en arrière
    Expirer
    Poser le fesses au sol, jambes tendues
    Recommencer 3 fois

    Ce 4ème rite stimule le ventre, le cou, la medulla et les genoux


    Mains en salutation devant la poitrine, jambes tendues - orteils sortis vers soi, inspirer, menton poitrine et dérouler la colonne vertébrale, vertèbres par vertèbres pour s'allonger.
    Détente en Savâsana. Inspirations et expirations profondes.

    5ème rite

    Rite5CinqTibetain-1-.jpg Rassembler les pieds, orteils sortis (vers soi), bras le long du corps, paumes des mains vers le sol
    Glisser les mains sous le creux lombaire
    Inspirer
    Relever le dos
    Expirer
    Croiser les jambes, se mettre à genoux
    Ecartement des bras : largeur des épaules
    Ecartement des jambes : largeur du bassin
    Orteils sortis
    Tête en prolongement de la colonne vertébrale

    Inspirer

    Soulever le bassin et plier les genoux à angle droit
    Laisser la tête aller aussi loin que possible en arrière - Regarder vers l'arrière
    Expirer
    Etirer le corps, la tête, le regard au plafond

    Recommencer 3 fois


    Ce 5ème et dernier rite revitalise et dynamise


    Puis détente en posture de l'enfant : poser la tête au sol et ramener les bras derrière, le long du corps


    Si vous voulez pratiquer les 5 Tibétains chez vous :
    tous les matins pendant une semaine, le temps que votre corps et votre mental s'équilibrent, puis matins et soirs.

     

     

    Trouvé chez NataYoga

     
     
    Les 5 Tibétains réactivent toute l'énergie du corps, augmentent notre énergie vitale
    et régularisent son niveau sur tous les chakra (centres d'énergies)


    Ces 5 rites proviennent des monastères retirés de l'Himalaya et ont été gardés secrets jusque dans les années 30
    et mis à la connaissance du monde occidental par Peter Kelder.

      

    13 commentaires
  •  

    http://je-veux-mincir.com/wp-content/uploads/2012/06/Exercices-pour-un-ventre-plat%C2%A0-3-exercices-de-Yoga-chez-soi.jpg

       Qu’est-ce que le yoga ?

     Le yoga est une approche corporelle originale. Il se distingue de beaucoup d’autres en ce sens qu’il fait intervenir l’acte d’être conscient. Bouger un bras, une jambe ou toute autre partie du corps en sentant consciemment le bras ou la jambe en mouvement, c’est quelque chose que nous ne faisons pour ainsi dire jamais dans la vie de tous les jours, que ce soit sur notre lieu de travail ou pendant nos moments de loisir.

     En yoga, sentir le bras tandis que je le lève est bien différent du geste mécanique et inconscient que nous effectuons habituellement, par exemple en attrapant un livre sur une étagère située en hauteur.

     Pendant la pratique de yoga, nous allons donc réinvestir notre corps, c’est-à-dire contacter une palette de sensations dont la richesse nous est bien souvent inconnue. L’écoute de ces sensations va rendre notre corps bien plus vivant, sensations qui restent ordinairement enfouies dans une vague opacité corporelle plus ou moins inconsciente.

      Faire connaissance avec le corps tel qu’il est

     En demandant au corps de s’installer dans certaines postures (asanas), nous allons découvrir des régions qui s’étirent facilement et d’autres moins, des tensions ici et là, parfois des blocages. Nous allons apprendre à respecter notre corps tel qu’il est. Nous ne le forcerons pas pour le conformer à une image mentale idéale. Nous allons l’accueillir.

     Chaque organisme est unique et ne peut être comparé à aucun autre. Pas de compétition, ni avec soi ni avec autrui. Peu à peu, nous allons connaître de mieux en mieux notre corporalité, les zones nouées et celles qui sont plus fluides et nous allons apprendre à travailler avec elles, non contre elles. Le yoga va nous aider à dissoudre les dissonances sans violence arbitraire et retrouver nos rythmes énergétiques naturels.

    La respiration, clé du Yoga

     L’outil majeur de notre pratique, c’est la respiration. Nous allons la suivre dans le mouvement et dans l’immobilité. D’un bout à l’autre de la séance, les postures vont se relier les unes aux autres sur ce fil de la respiration qui va nous renseigner sur la qualité de notre énergie mentale et physique : est-elle douce ou dure, calme ou agitée, régulière ou saccadée, superficielle ou profonde, etc. ?  Respiration et  qualité de l’énergie vont ensemble,  main dans la main.

     Mais l’état de notre respiration reflète aussi celui de notre mental. L’inquiétude, la colère, le ressentiment et tout autre état d’esprit modifient les modalités respiratoires. Les anciens yogis avaient remarqué que calmer la respiration, la ralentir un peu, l’approfondir, avait le pouvoir d’apaiser l’agitation mentale et d’augmenter l’énergie en la ramenant à l’intérieur du corps, corrigeant ainsi l’habituelle dispersion des énergies à l’extérieur de nous-mêmes.

      La respiration dans le mouvement

     A certains moments, les postures sont pratiquées en mouvement. Nous allons utiliser la respiration en Ujjayi, qui s’acquiert en quelques séances. Respiration ralentie, de gorge, qui permet au pratiquant de focaliser son attention en produisant une énergie calme. L’esprit s’apaise par le simple fait de ramener l’attention sur le fil respiratoire, d’une posture à l’autre, en passant, là encore, d’une respiration inconsciente à une respiration consciente.

     L’acte de respirer consciemment va également connecter le mental au corps, car le flux respiratoire est aussi une sensation. Ainsi, nous allons sentir plus précisément si la posture est trop rigide ou trop relâchée, et, intuitivement, trouver le tonus juste en tenant compte de notre niveau d’énergie du moment, qui change d’un instant à l’autre.

      La respiration dans l’immobilité

     A d’autres moments, les postures sont pratiquées dans l’immobilité. La respiration va alors s’approfondir et les fruits de la posture vont s’en trouver multipliés. Le statique nous donne accès à des régions plus profondes du corps et à une sensorialité encore plus fine.

     La posture assise en fin de séance sera aussi l’occasion de pratiquer la respiration yogique (pranayama) en apprenant à nous servir de techniques respiratoires mises au point par les yogis de l’antiquité. On pourrait appeler cela : l’art de bien respirer. Ces quelques techniques sont très efficaces pour l’homme moderne.

     L’un des effets les plus indiqués du pranayama, c’est d’augmenter le pouvoir de concentration. Si dans le mouvement, des pensées peuvent absorber, de temps en temps, l’attention du pratiquant, cela devient plus difficile durant les exercices respiratoires yogiques. Le contrôle du mental se développe naturellement par la conduite respiratoire volontaire à l’aide du comptage et de rythmes choisis.

      Yoga et action

     L’on peut tout de suite voir l’intérêt d’une concentration améliorée pour l’homme moderne, exposé au stress qui résulte de la multiplicité des tâches qu’il doit accomplir, dans le courant de ses activités professionnelles, dans un temps qui se rétrécit de plus en plus. Le stress consiste à être ici tout en voulant être déjà là-bas. L’attention devient alors superficielle et fragmentaire.

     Le yoga va avoir pour effet de ramener la vigilance dans le moment présent, sans pour autant faire oublier les choses à faire, bien au contraire. Mais l’efficacité d’une action augmente en proportion de l’attention calme qu’on lui accorde. C’est quand l’esprit est agité et tendu que surgit la distraction, que l’on oublie de penser à telle ou telle chose, que s’introduisent des erreurs et des confusions. Il n’est pas d’activité humaine qui ne profite  de l’efficacité d’une concentration accrue à ce qui se passe dans l’instant. Les effets de la séance hebdomadaire de yoga vont peu à peu se diffuser dans la vie quotidienne.

    Yoga et méditation

     Un autre effet intéressant de la pratique respiratoire contrôlée est de nous introduire à l’une des plus célèbres applications du yoga : la méditation.

     La méditation est traitée de beaucoup de manières différentes. On pense souvent que la méditation nous éloigne de la réalité alors que, selon nous, elle devrait nous aider à l’appréhender  de façon plus objective, en nous aidant à voir comment nos mécanismes mentaux déforment les événements, travestissent la vérité des faits et induisent des problèmes fictifs dans nos rapports à autrui.

     Ainsi envisagée, la méditation devient un moyen de discerner ce qui appartient à la perception de ce qui résulte de nos conditionnements personnels. Et de revenir à la réalité.

     A la fin de chaque séance, un temps de recueillement sera réservé à cette approche méditative.

      Yoga et relation

     Il n’est pas difficile de deviner qu’une personne détendue et centrée grâce à la pratique assidue du Yoga, entretiendra des relations plus fluides et mieux adaptées avec son entourage. Quand on se sent bien avec soi-même, on se sent forcément mieux avec les autres. Le bien-être est très communicatif. La qualité de l’action en commun s’en ressent inévitablement.

     Le yoga développe le respect envers soi-même, ses sensations corporelles, ses émotions du moment, ses propres schémas conceptuels. Et c’est ce respect de tout ce que nous sommes qui engendre un changement, une transformation, non le rejet de soi ni le conflit. Accepter ce que nous sommes nous place dans une position de liberté à partir de laquelle un changement peut s’opérer. Et ce respect inconditionnel de soi entraîne le respect et l’écoute de l’autre. Car, sans respect, il ne peut y avoir d’écoute.

    Yoga et connaissance de soi

    La connaissance de soi intéresse de plus en plus de nos contemporains. Nous pensons qu’une connaissance de soi digne de ce nom doit nous rendre encore plus efficace sur le plan pratique. De mon point de vue, elle doit nous aider à réintroduire plus d’être dans notre vie journalière et de confiance  en nous-mêmes et en la vie, telle qu’elle est maintenant.

     Être davantage, cela veut sans doute dire aussi plus d’authenticité dans nos rapports à autrui, en ne nous limitant pas à nos identités fonctionnelles et préfabriquées, en cherchant à aller au-delà de nos fonctionnements « robotisés », pour découvrir une relation plus vivante avec nous-mêmes, notre travail et notre environnement.

     Le yoga n’est pas une religion. Il respecte l’identité, les idées et les croyances de chacun sans distinction.

     La philosophie du yoga que nous enseignons, dont nous avons essayé de donner un aperçu dans cette présentation, qui s’inspire des enseignements de Patanjali et de l’approche védantique, sans s’y limiter, va complètement dans ce sens.

     S’il fallait résumer en quelques mots la philosophie du Yoga, nous dirions que c’est l’art de respecter et d’écouter ce qui est.

     

    Richard et Véronique Mondet

     

    http://etreyoga.free.fr/textes/presentation.html

     


     


    2 commentaires
  •  

    automne.jpg

     

    L’automne (4 août – 15 octobre) est une saison particulièrement importante d’un point de vue énergétique. Saison intermédiaire, elle est située entre la saison de forte activité (l’été) - le yang du yang - et la saison du repos et de l’intériorité, l’hiver de type yin. Autrement dit, une énergie de yang finissant en même temps qu’une énergie de yin naissant. Cet entre-deux induit parfois des déséquilibres et désagréments chez nombre de personnes. Quelques conseils peuvent en limiter les effets et nous aider à vivre une bonne saison automnale….


    Vers la fin du cycle

    Toute comme le printemps avec qui elle partage cette caractéristique d’entre-deux, l’automne est souvent une saison difficile pour beaucoup. L’entrée vers l’hiver, les jours qui raccourcissement induisent de la nostalgie, de tristesse pouvant aller jusqu’à certaines formes déprime. Sans doute, cette nostalgie est à relier à sa position dans le cycle de l’année mais aussi celui du Tao : l’automne comme la fin qui s’approche (l’hiver ou la vieillesse) avant sa renaissance au printemps suivant. Ainsi donc, nostalgie de la vie dans sa phase active et lumineuse mais peut-être aussi regret de ce que nous n’avons pu su ou pu faire dans l’année écoulée… L’automne saison des bilans…

     

    La préparation de l’hiver

    Saison des bilans, l’automne est tout autant saison de préparation à l’hiver et de son repos bien mérité et nécessaire. Cela peut également se lire à l’aune des activités traditionnelles de la terre : Si l’on récolte les fruits des productions arrivées à maturité (récoltes diverses, vendanges, châtaignes, noix etc.), on engrange ces mêmes récoltes (le foin pour les animaux, les céréales et autres légumineuses pour les humains) pour se préparer et s’organiser pour passer sereinement et confortablement l’hiver.

    Au niveau énergétique, cela se traduit par le fait que l’automne est la période où le rein commence à se recharger pour l’année à venir avant d’atteindre sa plénitude énergétique en hiver. C’est la fonction du rein comme réserve d’énergie vitale. C’est donc le moment de le nourrir correctement pour qu’il puisse se recharger au mieux. On peut l’y aider de différents manières : étirements de méridiens, alimentation propice, exercices de volonté…

     

    Une saison du lâcher-prise et la sérénité
    Ranger, mettre en ordre organiser les choses et son chez soi intérieur pour se préparer à passer l’hiver en toute quiétude et savoir profiter d’une vie moins active pour se reposer et se ressourcer… Ce n’est pas un hasard si l’automne se caractérise par ce sens de l’organisation. Dans le Tao, il renvoie à l’élément métal (ou au minéral) dont on connaît l’organisation moléculaire particulièrement ordonnée et fixe.

    Mais comme dans toute chose, ce sens de l’organisation propre à l’énergie automnale doit en même temps être maîtrisé sous peine d’une déséquilibre : celui de la volonté de tout contrôler (ses émotions, sa vie…), voir régenter tout son environnement. Or, à vouloir tout organiser, on se coupe de la vie en perpétuel changement. Au lieu d’en percevoir les potentiels, la vie et ses changements nous apparaissent alors menaçant et déstabilisant vis-à-vis des plans qu’on s’evertue à échafauder.

    Face à cette volonté de maîtrise et d’organisation démesurées des choses, apprenons plutôt à développer le sentiment de quiétude et de lâcher-prise. Les exercices de respiration ou la méditation sont excellents pour y parvenir. Ne croyez pas qu’ils soient techniquement difficiles ou qu’ils soient réservés à ceux et celles qui ont suivit un long apprentissage. En la matière, la persévérance et la régularité sont généralement bien plus difficile à tenir que la technique elle-même. Certains de ces exercices sont décrits en bas de cet article ; d’autres le sont à d’autres endroits du site.


    Les déséquilibres de l’automne

    L’incapacité à accepter l’imprévu et à lâcher prise provoquent un certain nombre de déséquilibres énergétiques du poumon et du gros intestin, les deux organes liés à l’élément métal. Ces déséquilibres énergétiques se retrouve tant au niveau respiratoire qu’au niveau du transit intestinal : rhumes à répétition, pâleur, problèmes de peau, constipation et colites, épaules voûtées et refermées, respiration courte, essoufflements, soucis des choses matérielles du quotidien…

    Le poumon et le gros intestin étant les organes en lien avec le monde extérieur, ces déséquilibres s’accompagnent souvent d’une sociabilité difficile et d’un caractère quelque peu casanier.

    Pour les résoudre ou pour les prévenir, cherchez à stimuler ces organes par les différents moyens qui existent : exercices respiratoires, étirements des méridiens, alimentation de saveur piquante, propice au poumon. Tout cela est détaillé ci-dessous.

     

    Conseils pratiques pour l’automne


    Stimuler le poumon
    De manière générale, tout ce qui va stimuler le poumon est bénéfique en cette saison et va avoir une action positif sur les déséquilibres cités précédemment. Respirez un grand coup et vous verrez déjà le monde autrement !!!

    Plus concrètement, la pratique de la piscine ou du jogging (courrez raisonnablement sans jamais être essoufflé…) seront particulièrement détendant et favoriseront la prise de recul. Vous pouvez également redécouvrir votre région au travers de promenades en pleine nature (mieux qu’en ville). Il va de soi que l’arrêt du tabac (ou sa réduction ) va dans le bon sens.


    Aider le rein à se recharger pour l’hiver
    En hiver, saison du repos, le corps recharge les batteries pour l’année qui vient. Cette énergie se « stocke » dans la région des reins. Il convient donc de stimuler le reins à la saison précédent l’hiver, en l’occurrence l’automne, pour être sûr de bien recharger ses batteries annuelles. Là aussi les étirements des méridiens du rein et de la vessie ainsi qu’une alimentation spécifique permettent d’y arriver naturellement.


    Les étirements

    Là-aussi, les étirements des méridiens correspondants seront particulièrement bénéfiques (cf plus bas). Le massage et la mobilisation de toute la partie scapulaire amèneront également un bienfait incontestable (cf : Do-in du haut du dos sur le site).


     

    Étirements des méridiens du poumon/gros intestins

     

    Position : Debout, les jambes écartées à la larguer des épaules. Croisez vos pouces derrière votre dos.


    Mouvement : Flexion avant avec bascule des deux bras par dessus la tête. Si les muscles situés à l’arrière de vos jambes sont raides et vous limitent dans la flexion avant, n’hésitez pas à plier les genoux pour que votre bassin puisse mieux tourner autour de vos hanches et votre tête se rapprocher du sol, ou en prendre la direction. Chacun doit respecter l’étape d’étirement où il se trouve. Laissez bien tomber la tête.
    A l’inspiration, le ventre de gonfle en détente ; à l’expiration, rentrez le ventre. Le dos s’étire en détente et les bras passent peut-être un peu mieux par-dessus les épaules. Attention : ne forcez jamais et laissez toujours la posture évoluer à son rythme. Un des meilleures critères dans une posture est la notion de patience : pouvez-vous attendre sans impatience la fin des six respirations? Vous sentez-vous bien?


    Étirements des méridiens du Rein/Vessie

    Position : Assis, les jambes tendues et les pieds joints, placer les mains près des fesses et se soulever, bras tendus, redescendre en se plaçant bien en appui sur les ischions (os des fesses).


    Mouvement : Etirer les bras vers le bas, puis pencher le buste sur l’avant avec l’idée de poser la poitrine sur les cuisses. Suivez le principe d’étirement du souffle à l’expiration pour amener progressivement le ventre vers l’avant des cuisses. Tenez la position à l’inspire pour progresser lors de l’expire.


    Autre position : assis, pliez un genou vers l’arrière et l’autre jambe tendue sur laquelle vous travaillerez. A l’expire, descendez vers le pied de votre jambe allongée, toujours avec l’idée d’amener progressivement la poitrine sur la cuisse de cette même jambe. Maintenez l’étirement à l’inspire pour descendre un peu plus à chaque expire. Vous pouvez rester dans cette position de manière plus prolongée de façon à sentir la progression de l’étirement. Changez de jambe une fois ce premier étirement réalisé.

     

    L’alimentation

    En diététique chinoise, les aliments sont classées selon leur nature (froid, frais, neutre, tiède, chaud) et leur saveurs (amer, salé, acide, doux, piquant) ce qui permet de connaître les effets bénéfiques sur tels ou tels organes (leur tropisme dit-on). Ainsi manger par exemple des crevettes régulièrement permet de nourrir convenablement le rein. De même, le poireau de nature piquante possède une action favorable sur le poumon, etc. Sur la diététique chinoise, nous nous permettons de vous renvoyer à l’article suivant : les principes alimentaire de base selon la diététique chinoise.

    Voici quelques aliments que vous pouvez consommer avec bénéfice durant cette période automnale :

    • Aliments qui stimulent le poumon : le poireau, le millet, cannelle, gingembre, ail, céleri, chou rave, oignon, radis, piment, navet etc.
    • Aliments qui stimulent le rein : les crevettes, les moules, le foie de poulet, le poireau, les châtaignes, les noix et amandes (quelques unes au petit déjeuner)

    Dès maintenant et tout l’hiver :

    • Des légumineuses : pois, pois cassés, lentilles, haricots secs, pois chiche, les fèves, le haricot azuki, etc.
    • Des céréales : le blé, le riz, le millet, la quinoa (qui contient l’ensemble des 8 acides aminés, le Sarazin (en farine dans des galettes et/ou en grains)
    • Des fruits secs : des noix, des amandes

    Une recette pour l’automne et/ou en cas de faiblesse des reins : Le sauté de crevettes à l’ail et au gingembre

    Décortiquez les crevettes et les faire macérer dans de l’alcool de riz (à défaut dans tout autre alcool fort) pendant 10 mn. Émincer le poireau, hacher l’ail finement et effiler le gingembre. Faire revenir le mélange dans de l’huile de colza. En fin de cuisson, ajouter les crevettes, poivrez, salez.
    Consommer deux à trois fois par semaine pendant un mois accompagné de riz.

    La crevette renforce le yang, tonifie les reins, élimine les glaires. Le poireau fortifie le yang, tonifie les reins, fait circuler l’énergie. L’ail stimule l’énergie, favorise la circulation du sang.

     

    Exercices respiratoires et méditatifs

    L’intérêt principal des exercices respiratoires ou méditatifs est de faire decendre l’énergie dans le ventre, ce que les japonais appellent le hara. L’énergie du rein qui se situe dans cette même région s’accroît ainsi dans un même temps. Il permet de se centrer ou autrement dit de s’ancrer dans la terre. La métaphore de l’arbre est ici éclairante.

     

    La métaphore de l’arbre

    L’être humain est comme un arbre : pour qu’il s’élève, il faut que ses racines grandissent d’autant dans le sol. A défaut de cette profondeur de racines, il risque de tomber en cas de tempête (des émotions fortes, un choc affectif, une activité intellectuel harassante) et plus généralement en cas de trop grande densité énergétique dans ses branchages (le haut du corps). L’être humain, s’il n’est pas bien ancré dans le sol, risque d’être emporté par ces mouvements. Ce n’est pas tant l’intensité de la tempête qui est importante (sur laquelle parfois on ne peut pas grand chose) que la capacité de l’arbre à y résister par la profondeur de ces propres racines. Cela signifie également que l’on ne calme pas un mental agité par le mental lui-même (en se répétant par exemple : « je me calme, je me calme… » ou bien « je vais m’endormir, je vais m’endormir…. »), mais en revenant à son corps et plus particulièrement à ce qui le rattache à la terre : sentir son bas ventre, ses pieds ancrés dans le sol, etc. C’est ce que cultive et développe cet exercice qui suit.

     


    Retrouver son ancrage dans la terre

    • Assis sur une chaise, les pieds bien posé par terre, le dos droit, les mains en dessous du nombril, les pouces formant un cercle autour de ce dernier.
    • Respirez selon ce principe : à l’inspire, gonflez le ventre en poussant vos mains vers l’avant. A l’expire, rentrez sans forcer votre ventre, en cherchant plutôt la sensation d’abandon et de lâcher-prise. En quelque sorte, laissez bien mourir votre expiration. Attendez alors deux secondes dans cet état de dissolution avant de reprendre une nouvelle inspiration.
    • Concentrez-vous petit à petit sur la sensation de chaleur qui se développe sous vos mains.
    • Savourer le plaisir de sentir cette chaleur qui s’accroît petit à petit
    • Associez-y maintenant l’un après l’autre les sentiments de sécurité, de confort et de douceur (pour vous aider, vous pouvez penser à des moments ou des lieux où vous avez ressenti ces émotions).
    • Imaginez que chaque nouveau cycle de respiration condense un peu plus ces sentiments au sein de votre ventre
    • Continuer ainsi jusqu’à former petit à petit une espèce de cocoon intérieur qui, à partir de votre ventre, innonde tout votre corps entier.
    • Rassasiez-vous alors complètement de ces émotions positives, un peu comme si votre être s’y baignait totalement.
    • Une fois rempli de ces émotions et du plaisir qu’elles vous procurent, cherchez à vous souvenir de ce moment pour pouvoir vous en rappeler et vous y reconnecter en cas de besoin (situations difficiles, émotions fortes, éparpillements, fatigue….)

     

    SOURCE



    26 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique