• Refouler

    http://static.skynetblogs.be/media/26055/paresseuses.3.gif

      ...En communauté, nous devenons les miroirs les uns des autres. Une vieille nonne se souvient:

    Dans ma seconde communauté, il n'y avait qu'une douzaine de nonnes. Je les aimais toutes, sauf deux. L'une était paresseuse et l'autre égoïste. Au bout d'un an, j'étais dans la cuisine et me plaignais a une amie qui me dit : "Tu sais, elles ne sont pas vraiment méchantes. Qu'est ce qui te dérange en elles ? "    

    Je répondis : "La première est paresseuse, et l'autre s'occupe beaucoup trop d'elle même."

    Elle me dit alors : "Bon ! tu devrais être plus paresseuse et prendre plus souvent soin de toi !"

     

    « MarizaLa clairvoyance »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    5
    Samedi 23 Novembre 2013 à 14:29
    ytneg

    Belle réponse. De toute façon, cela ne sert à rien de se comparer aux autres et donc de juger.

    4
    Samedi 23 Novembre 2013 à 13:38

    Ah oui.

    Il faudrait que l'on s'interroge de tout ce qui nous dérange dans les autres personnes pour voir ce qui dans notre vie ne va pas et est à transformer.

    3
    christane
    Mercredi 13 Novembre 2013 à 14:00
    christane
    la confrontation aux autres aide à la pratique.un lama racontant une retraite:les retraitants vivent "retirés du monde ,mais en communauté" et de temps en temps,le lama soulève le couvercle de"cette cocotte-minute" pour lacher la pression,on est loin de la sérénité là-dedans!
    dans ma communauté:ma mère,sa soeur ,qui n'a + trop sa tete et moi,il y a aussi de la pression et pas de lama,quelque fois l'évocation du lama,mais "quand le disciple est pret,le maitre apparait",alors j'essaie de pratiquer...sourire...christiane
    2
    Vendredi 29 Juin 2012 à 07:43
    Natie
    Ah oui, je n'avais jamais compris l'effet miroir de cette manière !
    Merci pour cet exemple !
    Bises
    1
    Jeudi 28 Juin 2012 à 20:48
    je souris, et en même temps je m'aperçois que ce nivellement par le bas, par le moins faisant collectif, et le plus faisant individualiste, on n'avance pas beaucoup
    cependant, faire une petite vague à titre d'ouverture d'esprit, s'accorder du temps, découvrir la lenteur, c'est bon et c'est bon pour ceux qui, habitués à la prise en charge de leur quotidien sont forcément aussi obligés de se dire:
    bon! soyons moins paresseux, élaguons un peu des soins auto-dirigés... faut avancer un peu...

    ah si, c'est bon, on ordonne pas le partage, on le permet en lâchant la prise en charge...
    c'est en tous cas ainsi qu'on fait simplement entre parents et enfants, premier collectif dans le collectif...
    et c'est d'abord là que je l'ai appris d'ailleurs, lentement, trèèèèèès lentement!!!!
    ^-^
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :