• La cause des causes

    Ce qui pourrait me faire souffrir (je le mets au conditionnel mais ça me provoque toujours -et quand même un pincement au cœur), ce n’est pas le capitalisme, la pollution, la disparition de la planète ou même l’idée de ma propre disparition, non, ce qui pourrait me faire souffrir c’est de constater que chez la plupart des humains il n’y a pas eu Le basculement et que c’est parce qu’il n’y a pas eu ce basculement qu’il y a le capitalisme, (tous les ismes d'ailleurs), la pollution et peut-être bientôt la disparition des humains. Chez tous ces philosophes et penseurs actuels (Onfray, Cousin, Chouard, ...) – qui ont de très bonnes idées par ailleurs-, tous ces psychologues, ces aidants aux thérapies diverses et variées, tous ces gens qui parlent de spiritualité, et même des profs de yoga, je ressens assez vite que leurs propos ne sont pas habités de cette essence, ce recul. Ils nomment les choses, toujours avec un regard objectif, une vue sur l’extérieur, sans jamais avoir vu QUI regardait. Pourtant tous nos ennuis commencent ici: ne pas savoir qui nous sommes.
    Allez, dites-moi que ça vous fait aussi ce petit pincement, ça me ferait un peu (beaucoup) plaisir  

     


    1 commentaire
  • http://www.lebensfreude360.de/images/kunde/Blumen.jpg

     

    ✿♪♫•*¨*•.¸¸ ✿  ✿♪♫•*¨*•.¸¸ ✿ 

     

    Texte de janvier 2013...toujours pareil smile

    "Pas envie de venir ici. Et puis si.

    Lu trop de mots identiques comme chaque année. Entre la politesse d'usage et les mots ressentis du plus profond de l'âme, je ressens toutes les nuances.

    Même s'il est plus que souhaitable que tout le monde mange à sa faim, ait un toit ou ne vive pas avec le bruit des bombes, de mon côté, je ne désire rien, même pas le vœu d'être sage. De ce fait, je ne saisis plus vraiment le sens de ces phrases "que tes vœux se réalisent".

    Ce qui m'a fait revenir ici ce sont les mots d'une amie: "....que nos petites ballades, nos cinés et nos tasses de thé durent encore...".

    Alors ce que j'ai envie de souhaiter à tous est de ressentir l'extraordinaire dans l'ordinaire. Tout est bouffée d'air frais. Juste le silence au fond des vibrations... ou l'inverse. Chaque matin redécouvrir mes bras pour m'étirer, ressentir mes plantes de pieds sur le plancher, faire mes tartines, dérouler mon tapis, respirer,...

    Je vous souhaite donc simplement la vivance .

     

     

    ✿♪♫•*¨*•.¸¸ ✿  ✿♪♫•*¨*•.¸¸ ✿ 

     

     

     

     

    Article écrit par Josette Sauthier:

    Se désencombrer et laisser partir tout ce qui est inutile.....

    Pour l'année qui vient, prenons une bonne résolution : se désencombrer de tout ce qui est inutile, de tout ce qui ne peut plus être changé, de tout ce qui nous freine sur la voie de l'accomplissement et de la paix intérieure.

    Les blessures de l'ego ne mènent pas vers la sagesse ni vers le bien-être intérieur.

    Il faut parvenir, pour NOTRE paix, à s'élever au-dessus de l'ego blessé, en acceptant de pardonner, ou du moins, en acceptant de se libérer des pensées négatives associées à notre passé.

    Travailler sur soi, c'est avoir le courage de se dépouiller totalement.

    Avoir le courage de regarder à l'intérieur de soi d'un œil objectif, ni critique, ni laxiste, et se demander ce qu'on pourrait vraiment laisser aller : les vieilles rancunes, le ressentiment causé par le comportement d'une personne envers nous, qu'on nourrit et qu'on entretient depuis trop longtemps pour garder le contrôle sur la situation ou sur la personne.

    Ressasser ne fait du mal qu'à nous-mêmes, en nous rongeant de l'intérieur.... la personne en question ne sera nullement perturbée par nos pensées intérieures négatives !
    Cessez de lui donner le pouvoir de vous faire du mal !
    Faisons notre introspection et choisissons la paix intérieure, pour notre plus grand bien-être, pour avancer, pour pouvoir enfin tourner la page et passer à autre chose !

    Pour pardonner, quand on n'y arrive pas, lire PARDONNER ET SE PARDONNER
    Pour oublier le passé, lire :

    OUBLIER LE PASSE.
    LÂCHER-PRISE..

     

     

     

     


    Fraternité
    le lieu du coeur
    maison de paix
    Les thérapeutes d'A
    Harmonie
    Spiritualité
    Cours sur la paix
    cercle de paix

     

     

     

    http://sophro-holistic.monsite.orange.fr

    http://fraternel.monsite.orange.fr

    http://bienveillance.monsite.orange.fr

    http://la-paix.monsite.orange.fr

    http://maisondepaix.monsite.orange.fr

    http://maisondepaix.site.voila.fr

    http://initiation.site.voila.fr

    http://shanti.site.voila.fr

    http://relaxecole.site.voila.fr

    http://meditation.site.voila.fr

    http://lapaix.site.voila.fr

    http://sophrologie-infos.site.voila.fr

    http://sophrologie49.site.voila.fr

    http://biosophie.voila.net

    http://lapaix.populus.ch

    http://krishnamurti.populus.ch

    http://www.verslapaix.fr.gd

    http://krishnamurti.fr.gd/

    http://surlapaix.blogspot.com
    http://conseil.weebly.com

    http://sophrologie.weebly.com

    http://evidence.webobo.com
    http://sophro.webobo.com
    http://source.webobo.com
    http://www.tao-yin.cmonsite.fr  
    http://www.eveil.cmonsite.fr 
    http://www.shanti.cmonsite.fr
    http://www.sophrologie.ici.st
    http://harmonie.wifeo.com
    http://patrick-vigneau.over-blog.com

    http://la-paix.over-blog.com

    http://www.everyoneweb.com/kwanyin

    http://paix.webnode.fr

    http://lapaix.webnode.fr

    http://letao.webnode.fr

     

     

     

     

     


    4 commentaires
  • http://2.bp.blogspot.com/-C_vGAO169PY/TY8gobMpP9I/AAAAAAAAAJ4/i_GS5zQekDI/s1600/tolerance1.jpg 

    Miche écrit:

    "La tolérance ?

    Le comble de la séparation par la politesse, le bon ton, la bonne forme, l’énergie sauvage disciplinée,..."

    Au premier abord, la tolérance serait vue comme quelque chose venant du cœur, la bonté incarnée de celui qui s'épanche. Les enfants viennent chez vous, vous arrachent les fleurs du jardin ou sautent sur les canapés, il ne faut rien dire, ce sont des enfants, il "faut " les tolérer. Vous ne pensez pas comme l'autre, vous le trouvez égoïste, sale ou stupide, mais vous gardez vos remarques pour vous because tolérance.

    Bien sur, dire tout ce qu'on pense serait la guerre assurée et si on le dit, il faut alors choisir son vocabulaire. (Là j'avoue avoir encore un peu de travail....mais ne le dites à personne)

    Le problème n'est pas là.

    Le problème, c'est ce qu'on croit être à travers ce mot. Je tolère, donc je suis quelqu'un de bien?

    NON! Si on apprécie vraiment quelqu'un ou une situation, il n'y a pas besoin de tooolérer.

    Si on tolère, c'est tout simplement qu'on ronge son frein....se voilant la face sous ses prétendus bons sentiments ...jusqu'au jour où ça explose.

    Cela dit, on pourrait utiliser la tolérance (ou autre vertu...mais qu'est-ce qu'une vertu? ) comme exercice. A force de pratiquer, on transforme son caractère jusqu'à ce que ça devienne naturel. (Très bon document ici)

    Enfin, bon, c'est mon point de vue, vous n'êtes pas obligés d'adhérer. Un peu de tolér....


    9 commentaires
  • http://www.linge-et-maison.com/img/p/3/8/9/0/1/38901.jpg

     

    Blanc comme le dessus de ma couette lissée dans une chambre bien rangée.

    Ordre extérieur, ordre intérieur.

    Calme d' un manteau de neige.

    Perles ruisselantes sur les carreaux propres.

    Pluie de rentrée. 

     

    Du Bobin dans L'Homme Joie

    "Bach est un enfant dont l'angoisse est si grande qu'il fait venir l'éternel à son chevet"

     

    Il parle de la vaisselle:

    "Mes mains sont contentes de retrouver les assiettes fleuries, de les ressusciter sous une pluie d'eau chaude et citronnée. Faire la vaisselle est une activité métaphysique qui redonne à un morceau de matière un peu d'éclat du premier matin du monde. Dans les lointains une télévision accomplit sa morne besogne comme un bourreau tranchant sans émotion les têtes divines du silence et du songe. Un train de publicités déchire l'air, une pluie de miracles tristes s'abat sur le monde, dont les prophètes sont des créatures jeunes, lisses, au sourire millimétré. Nous devons être très malheureux pour engendrer de tels rêves compensatoires.  Les reliefs du repas glissent dans la poubelle tandis que dans mon dos les mannequins marchands dressent sur les ondes leur table infernale. L'absence de vérité dans une voix est pire que la fin du monde. On ne tord pas un rayon de soleil. La vaisselle renait deux fois par jour. Son mouvement est celui des marées, une pulsation de l’énigmatique banalité des jours. J'aime faire la vaisselle "à l'ancienne": à la main. Les mannequins au masque d'or vantent des choses extraordinaires. On dirait qu'ils ont trouvé un remède contre la mort - mais la mort n'est pas une maladie. Un verre de cristal se brise dans l'évier, un peu de sang perle à mon doigt - un nuage rouge sur ciel de chair, un poème bredouillé du vivant. Les animaux, les nuages et les assiettes connaissent le plus grand heurt de la vie. Leurs mélancolies, leurs délitements, leurs bords ébréchés en témoignent. Je suis partisan des bouses de vache, des livres en papier et de la vaisselle faite à la main. Je n'ai jamais rien vu de vrai que la vie blessée, rougie de maladresse".

     

     


    2 commentaires
  • sur-la-route-de-la-vie-copie-1.jpg

     


    5 commentaires

  • http://fuzzscriptum.files.wordpress.com/2009/06/priere.jpg

     


    Quand on sait que partout les droits de l’homme sont bafoués, que le rouge coule à flot,

     

    Quand il a été dit tant de fois que les politiciens ne servent trop souvent que leur propre cause,

     

    Quand on a réalisé que les éléments naturels ne pouvaient pas être contrôlés et qu’à chaque seconde la vie était trop précieuse pour la gaspiller dans des désirs sans fin,

     

    Quand on a compris que l’homme était un loup pour l’homme et que s’il n’était pas loup, le monde serait une verte prairie, sans plaies, ….

     

    Alors on peut bien écrire encore des milliers de choses, ce ne sera toujours que la question d’humains situés ici ou là, ce monde,  gigantesque jeu d’échecs.

     

    Ne plus perdre de temps  pour juger qui a tord ou raison.

     

    Sur le fil,

    Juste retrouver l’Inspir.

     

    15 mars 2010

     


    11 commentaires
  • http://www.monquotidienautrement.com/sites/default/files/imagecache/Illustration/illustrations/Le%20soufflet.jpg 

     

    Tellement de choses à dire, à partager...

    des films vus,

    des rencontres,

    des livres lus,

    des malheurs,

    des musiques entendues,

    des réflexions qui  traversent l'esprit,

    des impressions,

    des histoires vraies,

    des sentiments,

    des bonheurs,

    des contradictions du monde humain,

    des recettes de cuisine,

    des anecdotes,....

     

    Screugneugneu, la tête comme un soufflé.

     

     

    Tout dire  serait comme vivre deux fois la même chose... 

     

    Hum?

     

     

    Pas tout à fait, ce serait juste mémoire déposée.

     

    Oui mais des millions de gens déposent leur mémoire, leur appétit de se dire. 

     

    Alors flûte!

     

     

    ............

     

    ........

     

    ....

     

     

     

    SILENCE.

     

     

    ....enfin peut-être juste pour aujourd'hui, hein?

     

    Bon weekend!

     

    Patrick Viveret : « Il faut accepter de ne pas tout vivre  mais vivre intensément»

     

    http://www.vert-costa-rica.fr/wp-content/uploads/2013/11/chez-habitant-costarica.jpg

     
     

    10 commentaires
  • http://static.skynetblogs.be/media/101066/dyn002_original_600_1000_jpeg_2516396_df3655339e94a4d5ce0bd308b4e0db12.jpgLes échanges épistolaires sont rarement d'une grande clarté ou d'une grande vérité.

    Rien ne remplace un vis à vis ou côté à côté. 

    Peut-être même n'y aurait-il plus besoin de mots puisque la  communication est en grande partie non verbale.

    Les mots ont pour rôle d'informer.

    Ils sont comme le mental: un outil.

    Les regards et les gestes en disent beaucoup plus long sur les liens ou les conflits intérieurs.

    Écrire: quand l'un dit cela, l'autre entend ceci.

    L'un répondra en fonction et l'autre sera étonné.

    Et puis quoi de plus facile que de montrer seulement la face lumineuse de la  pièce?

    Il faut avoir beaucoup œuvré sur soi pour pouvoir être clair dans ses messages écrits.

    Le dépouillement est un grand saut dans le vide.

    Si je disais tout, est ce qu'on m'aimera encore se demandait l'enfant?

    Je crois que oui, et même beaucoup plus, répondra l'adulte.

    A chaque instant regarder son micmac et basta la triche

                                                                           De tout ce que je ne possède plus, je deviens riche

                                                                          

                                                                             ...Grand saut dans le vide et plume au vent.

     

     


    votre commentaire
  • "Quels souvenirs d’enfance pour tous ces gamins ! Certains déchirent leurs vêtements sur les barbelés mais heureusement, à ma connaissance, personne n’est sérieusement blessé."

    Ce matin, le cours hebdomadaire, dans un bel écrin entouré de verdure. Malgré qu'il reste deux semaines avant les vacances, la fréquentation est encore satisfaisante. Une vingtaine de personnes trouve le silence, l'apaisement dans le corps et l'esprit. Juste après, nous sommes quatre à aller rendre visite à une adhérente qui ne vient plus depuis octobre pour cause de maladie et chimiothérapie. Elle a le moral dans son pull rouge et sa maison assortie, si gaie. L’œil pétillant, elle nous offre à boire. Le yoga, les pensées positives, l'instant présent, l'aide beaucoup. Elle raconte ses conversations avec d'autres malades croisés à l’hôpital. Les mêmes maux touchent les personnes différemment. Misère dans tous ses états, ou pas. Toutes les personnes présentes sont des enseignantes retraitées. Nous parlons de nos différentes bulles. L'école en était une, le monde du yoga, le monde hospitalier en sont des autres,... Chacun raisonne à partir de sa bulle et réalise la bulle de son prochain. Être à la place de, comprendre que,... Bulles collectives ou bulle individuelle, se protéger des mondes inconnus qui pourtant nous ouvrent et nous découvrent à nos craintes, à nos failles. Je rentre. Quelques courses au passage, croise Mr Yog qui repart dans sa bulle industrielle de plus en plus asphyxiante. Ce midi sera jus + bananes car re re re sinusite et dormi seulement 2 ou 3 h cette nuit, asphyxiée du manque d'air nasal. Il faudra que j'aille voir le nid. Ça piaille. Ordinateur et cela. Ces enfants, auront-ils la chance d'être dans une bulle? Vie ou mort, séparation, souffrances physiques, psychologiques, survivre malgré tout. Comme des milliers de gens, je regarde et c'est tristesse, impuissance, honte. Les enfants, leurs yeux, leurs cris. A Calais, tout près, les bidonvilles, l'économie souterraine, ils sont trois milles à attendre une opportunité pour traverser la Manche. Tensions. Situation sans issue, sinon violente. Les calaisiens vendent leurs maisons, recherchent de nouvelles bulles de tranquillité.

    Toutes ces vies


    votre commentaire