•  Je crois en l'homme, cette ordure,

     

     

    Je crois en l’homme, ce fumier, 

    ce sable mouvant, cette eau morte.

     

    Je crois en l'homme, ce tordu,

    cette vessie de vanité.

     

    Je crois en l'homme, cette pommade,

     

    Ce grelot, cette plume au vent,

    ce boute-feu, ce fouille- merde.

     

    Je crois en l'homme, ce lèche sang.

     

    Malgré tout ce qu'il a pu faire

    de mortel et d'irréparable.

     

     Je crois en lui

     

    Pour la sûreté de sa main,

     

    Pour son goût de la liberté,

     

    Pour le jeu de sa fantaisie.

     

    Pour son vertige devant l'étoile,

     

    Je crois en lui pour le sel de son amitié,

     

    Pour l'eau de ses yeux, pour son rire,

     

    Pour son élan et ses faiblesses.

     

    Je crois à tout jamais en lui

     

    Pour une main qui s'est tendue,

    pour un regard qui s'est offert.

     

    Et puis surtout et avant tout

     

    Pour le simple accueil d'un berger.

     

     

    Lucien Jacques

     

     


    24 commentaires
  • (Trouvé chez Vieux Jade)

    Here we are on bending knees
    Giving praises to the Almighty
    Yes we will no wear no frown
    Because we’re working for a crown
    Yeas we’re living in charity
    Helping those who are in need
    No we just can take no bribe
    Because the truth we can’t denie,

    You’re welcome, you’re welcome
    In my garden, my garden of love

    Here we are on the same boat
    Out of petrol but we still a float
    Now we’ve got to do our best
    And Jah Jah will do the rest
    Through that love we’re all on this garden
    Seeds of love we should be planting,
    We just can’t waste no time
    Time is the master spanner you can’t rewind,

    You’re welcome, you’re welcome
    To my garden, my garden of love

    With love and understanding
    We’ll break down the barriers,
    Love will teach us all the lessons

     

    Traduction "à la louche"

    Nous voilà sur genoux se pliant
    Don d'éloges au Tout-puissant
    Oui nous ne ferons(serons) aucun vêtements(usure) aucun froncement de sourcils
    Parce que nous travaillons pour une couronne
    Yeas nous vivons dans la œuvre de bienfaisance(la charité)
    L'aide de ceux qui ont besoin
    Non nous ne pouvons juste prendre aucun dessous-de-table
    Parce que la vérité nous ne peut pas denie,

    Je vous en prie, vous êtes les bienvenus
    Dans mon jardin, mon jardin d'amour

    Nous voilà sur le même bateau
    D'essence mais nous toujours un flot
    Maintenant nous devons faire de notre mieux
    Et Jah Jah fera le reste
    Par cet amour nous sommes tout sur ce jardin
    Les graines d'amour nous devrions planter,
    Nous ne pouvons juste gaspiller aucun temps
    Le temps est la clé de maître que vous ne pouvez pas rembobiner,

    Je vous en prie, vous êtes les bienvenus
    À mon jardin, mon jardin d'amour

    Avec amour et compréhension
    Nous démolirons(décomposerons) les barrières,
    L'amour nous enseignera toutes les leçons

     

     


    1 commentaire

  • votre commentaire
  • 561634_368064959950831_544053624_n.jpg

     

    Nous avions grandi en sagesse.

     

    Nous étions devenus des bouquets dans les résilles chantantes du jour.

     

    Quand on toquait à notre porte, c'est dans notre coeur que nous entendions le bruit.

     

    Nous courions ouvrir. Il n'y avait jamais personne.

     

    C'était toujours le matin, léger, bouclé, transparent, qui nous jetait ses perles dans les yeux.

     

    Car nos visiteurs n'avaient plus affaire aux portes.

     

    Ils naissaient de nos regards, de nos meubles, endimanchés, merveilleux.

     

    Ils avaient toujours une fleur à la boutonnière.

     

    Ils étaient scintillants ou invisibles, joueurs de clartés ou musiciens d'ombres, à nos souhaits.

     

    Paul Colinet

     


    4 commentaires
  •  http://www.hdwallpapers.in/walls/sun_rose-wide.jpg


    Prière de connexion au soleil

    "Comme toi Soleil, tu te lèves sur le monde,

    que le soleil de la liberté, de l'immortalité,
    de l'éternité et de la vérité se lève dans mon esprit.
     
    "Comme toi Soleil, tu te lèves sur le monde,
    que le soleil de l'amour et de l'immensité
    se lève dans mon âme.
     
    "Comme toi Soleil, tu te lèves sur le monde,
    que le soleil de l'intelligence, de la lumière et de la sagesse
    se lève dans mon intellect.
     
    "Comme toi Soleil, tu te lèves sur le monde,
    que le soleil de la joie, du bonheur et de la pureté
    se lève dans mon cœur.
     
    "Comme toi Soleil lumineux et rayonnant, tu te lèves sur le monde,
    que le soleil de la force, de la puissance, de l'énergie, du dynamisme et de l'activité
    se lève dans ma volonté.
     
    "Et comme toi Soleil lumineux, rayonnant et vivant, tu te lèves sur le monde,
    que le soleil de la santé, de la vitalité et de la vigueur
    se lève dans mon corps tout entier.
     
    "Amen, Ainsi soit-il, pour le Royaume de Dieu et sa Justice.

    "Amen, ainsi soit-il, pour la Gloire de Dieu.

      Omraam Mickael Aïvanov

     

      


    2 commentaires
  • Cafe des Amis Reproduction artistique
     

    Il y a les grandes tables rondes
    Où l'on parle fort, où l'on fume
    Où l'on défait, refait le monde
    Où l'on taille quelques costumes
    Il y a les soirées enivrées
    On ne sait plus bien à la fin
    Ce qu'au début on défendait
    Resterait-il un peu de vin ?

    Il y a les longues discussions
    Quand on finit un peu pompette
    Par se traiter de tous les noms
    Vendu, pourri, analphabète
    Il y a tous les serments d'amour
    Les déclarations passionnées
    Je t'aime, t'aimerai toujours
    La rime est pauvre, je l'admets

    Mais se taire, se taire avec un ami
    Se taire, ne rien dire, ne pas causer
    Dehors, dehors, il pleut mais à l'abri
    Du silence se réfugier

    Il y a les soirées militantes
    Où l'on doit voter des motions
    Il y a les soirées où l'on chante
    Moustaki, Brassens et Souchon
    Les bavardages inépuisables
    Les disputes, les controverses
    Les querelles interminables
    Séance au café du commerce

    Il y a les causeries, les ragots
    Les médisances, les babillages
    Les "y paraît", les "à propos"
    Les racontars, les papotages
    Il y a parfois tard dans la nuit
    La cérémonie des aveux
    On fait quelques cachotteries
    Confidences les yeux dans les yeux

    Mais se taire, se taire avec un ami
    Oh ! Se taire, être silencieux à deux
    Dehors, dehors, on n'entend plus la pluie
    C'est bon de s'ennuyer un peu

    Et quand le soleil apparaît
    Tout d'un coup, tiens, l'un s'émerveille
    Ce n'était qu'une pluie d'été
    Regarde un peu, un arc-en-ciel
    Du tac au tac, une heure après
    L'autre répond d'un ton formel
    Ah oui, c'est vrai, je reconnais,
    Il était beau cet arc-en-ciel

    Ah ! Se taire, se taire avec un ami
    Oh ! Se taire, éviter les commentaires
    Ça peut durer, durer toute une vie
    L'été prend ses quartiers d'hiver

    François Morel
     

    16 commentaires
  • Au pays de maintenant

     

    "Les regrets n’ont pas cours

    Au pays de maintenant.

    Les erreurs passées sont des marchepieds

    Pour franchir les obstacles d’aujourd'hui ;

    Les colères d’hier, exprimées,

    Les colères rentrées d’avant-hier,

    Sont des bombes à retardement

    Qui explosent, inattendues.

    Rien ne sert de se dire

    Que cela aurait pu être autrement.

    Regarde où ton cœur te mène maintenant ;

    Répare ce qui peut être réparé ;

    Laisse derrière-toi les ombres, les cendres, les débris, les ruines.

    Il n’y a pas de dommages définitifs,

    Il n’y a que des voies sans issues

    Qu’il faut avoir reconnues

    Pour ne plus les emprunter aveuglément.

    Pose tes pas et ton regard avec franchise ;

    Avance et si la peur t’encombre

    Regarde-la du même regard

    Que celui par lequel tu contemples

    Le vol silencieux des cigognes

    Contre le grand ciel rose et pourpre

    Où se meurt le soleil.

    Dans les marais salants et sur les grèves brûlantes,

    Au sein des dunes immémoriales,

    Le vol d’un aigle solitaire

    Remplit le cœur de l’homme de la lancinante beauté

    De ce qui n’a besoin d’aucun sens pour exister

    Et qui brûle comme un feu

    Que les volcans eux-mêmes envient

    Car il n’a pas de terme ni d’enjeu

    Mais se consume comme le phénix

    Pour renaître sans cesse de ses cendres".

     

    François Lorin

     

    Source

    Merci Cristina!

     


    2 commentaires


  • votre commentaire
  •  

    http://librairiesandales.hautetfort.com/media/00/00/1393928779.jpg

     Image

     

     

    Comment ça va sur la terre?
    - Ça va ça va, ça va bien.


    Les petits chiens sont-ils prospères?
    - Mon Dieu oui merci bien.


    Et les nuages?
    - Ça flotte.


    Et les volcans?
    - Ça mijote.


    Et les fleuves?
    - Ça s'écoule.


    Et le temps?
    - Ça se déroule.

    Et votre âme?


    - Elle est malade
    le printemps était trop vert
    elle a mangé trop de salade.


     

    Jean Tardieu, Monsieur Monsieur (1951)


     

     


    15 commentaires
  •  

     

    Paroles et traduction de "Stayin' Alive"

    Stayin' Alive (Me Remuant)

    [First Verse]
    [Premier Couplet]
    Well, you can tell by the way I use my walk,
    Oui, tu peux le voir rien qu'à ma façon de marcher,
    I'm a woman's man : no time to talk.
    Que je suis un homme à femmes : pas de temps pour parler
    Music loud and women warm, I've been kicked around
    La musique est forte et les femmes sont chaudes, j'erre sans but
    Since I was born.
    Depuis ma naissance.
    And now it's all right. It's OK.
    Et maintenant tout va bien. C'est bon
    And you may look the other way.
    Et tu peux faire semblant de ne pas remarquer(1).
    We can try to understand
    Nous pouvons essayer de comprendre
    The New York Times' effect on man.
    L'effet du New York Times(2) sur l'homme.

    [Chorus]
    [Refrain]
    Whether you're a brother or whether you're a mother,
    Que tu sois un frère ou que tu sois une mère,
    You're stayin' alive, stayin' alive.
    Tu te remues, tu te remues
    Feel the city breakin' and everybody shakin',
    Sens la ville danser et tout le monde bouger
    And we're stayin' alive, stayin' alive.
    Et nous nous remuons, nous nous remuons
    Ah, ha, ha, ha, stayin' alive, stayin' alive.
    Ah, ha, ha, ha, nous remuant, nous remuant
    Ah, ha, ha, ha, stayin' alive.
    Ah, ha, ha, ha, nous remuant.

    Well now, I get low and I get high,
    Bon maintenant, je déprime et je plane
    And if I can't get either, I really try.
    Et si je n' arrive à rien de tout ça, je fais vraiment de mon mieux
    Got the wings of heaven on my shoes.
    J'ai les ailes du paradis fixées à mes chaussures.
    I'm a dancin' man and I just can't lose.
    Je suis un danseur et je ne peux simplement pas perdre.
    You know it's all right. It's OK.
    Tu sais que tout va bien. C'est bon.
    I'll live to see another day.
    Je vivrai assez longtemps pour voir demain
    We can try to understand
    Nous pouvons essayer de comprendre
    The New York Times' effect on man.
    L'effet du New York Times sur l'homme.

    [Chorus]
    [Refrain]

    Life goin' nowhere. Somebody help me.
    La vie ne mène nulle part. Que quelqu'un me vienne en aide
    Somebody help me, yeah.
    Que quelqu'un me vienne en aide, ouais
    Life goin' nowhere. Somebody help me.
    La vie ne mène nulle part. Que quelqu'un me vienne en aide
    Somebody help me, yeah. Stayin' alive.
    Que quelqu'un me vienne en aide, ouais pour que je reste à me remuer(3)

    [First Verse]
    [Premier Couplet]

    [Chorus]
    [Refrain]

    Life goin' nowhere. Somebody help me.
    La vie ne mène nulle part. Que quelqu'un me vienne en aide
    Somebody help me, yeah.
    Que quelqu'un me vienne en aide, ouais.
    Life goin' nowhere. Somebody help me, yeah.
    La vie ne mène nulle part. Que quelqu'un me vienne en aide, ouais
    I'm stayin' alive.
    Je me remue

    (1) littéralement regarder de l'autre côté

    (2) quotidien américain sérieux( comme le Monde en France)

    (3) littéralement à rester vivant ( tout le long de la chanson il y a le double sens pour alive de vivant et remuant

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique