• Cafe des Amis Reproduction artistique
     

    Il y a les grandes tables rondes
    Où l'on parle fort, où l'on fume
    Où l'on défait, refait le monde
    Où l'on taille quelques costumes
    Il y a les soirées enivrées
    On ne sait plus bien à la fin
    Ce qu'au début on défendait
    Resterait-il un peu de vin ?

    Il y a les longues discussions
    Quand on finit un peu pompette
    Par se traiter de tous les noms
    Vendu, pourri, analphabète
    Il y a tous les serments d'amour
    Les déclarations passionnées
    Je t'aime, t'aimerai toujours
    La rime est pauvre, je l'admets

    Mais se taire, se taire avec un ami
    Se taire, ne rien dire, ne pas causer
    Dehors, dehors, il pleut mais à l'abri
    Du silence se réfugier

    Il y a les soirées militantes
    Où l'on doit voter des motions
    Il y a les soirées où l'on chante
    Moustaki, Brassens et Souchon
    Les bavardages inépuisables
    Les disputes, les controverses
    Les querelles interminables
    Séance au café du commerce

    Il y a les causeries, les ragots
    Les médisances, les babillages
    Les "y paraît", les "à propos"
    Les racontars, les papotages
    Il y a parfois tard dans la nuit
    La cérémonie des aveux
    On fait quelques cachotteries
    Confidences les yeux dans les yeux

    Mais se taire, se taire avec un ami
    Oh ! Se taire, être silencieux à deux
    Dehors, dehors, on n'entend plus la pluie
    C'est bon de s'ennuyer un peu

    Et quand le soleil apparaît
    Tout d'un coup, tiens, l'un s'émerveille
    Ce n'était qu'une pluie d'été
    Regarde un peu, un arc-en-ciel
    Du tac au tac, une heure après
    L'autre répond d'un ton formel
    Ah oui, c'est vrai, je reconnais,
    Il était beau cet arc-en-ciel

    Ah ! Se taire, se taire avec un ami
    Oh ! Se taire, éviter les commentaires
    Ça peut durer, durer toute une vie
    L'été prend ses quartiers d'hiver

    François Morel
     

    16 commentaires
  • Au pays de maintenant

     

    "Les regrets n’ont pas cours

    Au pays de maintenant.

    Les erreurs passées sont des marchepieds

    Pour franchir les obstacles d’aujourd'hui ;

    Les colères d’hier, exprimées,

    Les colères rentrées d’avant-hier,

    Sont des bombes à retardement

    Qui explosent, inattendues.

    Rien ne sert de se dire

    Que cela aurait pu être autrement.

    Regarde où ton cœur te mène maintenant ;

    Répare ce qui peut être réparé ;

    Laisse derrière-toi les ombres, les cendres, les débris, les ruines.

    Il n’y a pas de dommages définitifs,

    Il n’y a que des voies sans issues

    Qu’il faut avoir reconnues

    Pour ne plus les emprunter aveuglément.

    Pose tes pas et ton regard avec franchise ;

    Avance et si la peur t’encombre

    Regarde-la du même regard

    Que celui par lequel tu contemples

    Le vol silencieux des cigognes

    Contre le grand ciel rose et pourpre

    Où se meurt le soleil.

    Dans les marais salants et sur les grèves brûlantes,

    Au sein des dunes immémoriales,

    Le vol d’un aigle solitaire

    Remplit le cœur de l’homme de la lancinante beauté

    De ce qui n’a besoin d’aucun sens pour exister

    Et qui brûle comme un feu

    Que les volcans eux-mêmes envient

    Car il n’a pas de terme ni d’enjeu

    Mais se consume comme le phénix

    Pour renaître sans cesse de ses cendres".

     

    François Lorin

     

    Source

    Merci Cristina!

     


    2 commentaires


  • votre commentaire
  •  

    http://librairiesandales.hautetfort.com/media/00/00/1393928779.jpg

     Image

     

     

    Comment ça va sur la terre?
    - Ça va ça va, ça va bien.


    Les petits chiens sont-ils prospères?
    - Mon Dieu oui merci bien.


    Et les nuages?
    - Ça flotte.


    Et les volcans?
    - Ça mijote.


    Et les fleuves?
    - Ça s'écoule.


    Et le temps?
    - Ça se déroule.

    Et votre âme?


    - Elle est malade
    le printemps était trop vert
    elle a mangé trop de salade.


     

    Jean Tardieu, Monsieur Monsieur (1951)


     

     


    15 commentaires
  •  

     

    Paroles et traduction de "Stayin' Alive"

    Stayin' Alive (Me Remuant)

    [First Verse]
    [Premier Couplet]
    Well, you can tell by the way I use my walk,
    Oui, tu peux le voir rien qu'à ma façon de marcher,
    I'm a woman's man : no time to talk.
    Que je suis un homme à femmes : pas de temps pour parler
    Music loud and women warm, I've been kicked around
    La musique est forte et les femmes sont chaudes, j'erre sans but
    Since I was born.
    Depuis ma naissance.
    And now it's all right. It's OK.
    Et maintenant tout va bien. C'est bon
    And you may look the other way.
    Et tu peux faire semblant de ne pas remarquer(1).
    We can try to understand
    Nous pouvons essayer de comprendre
    The New York Times' effect on man.
    L'effet du New York Times(2) sur l'homme.

    [Chorus]
    [Refrain]
    Whether you're a brother or whether you're a mother,
    Que tu sois un frère ou que tu sois une mère,
    You're stayin' alive, stayin' alive.
    Tu te remues, tu te remues
    Feel the city breakin' and everybody shakin',
    Sens la ville danser et tout le monde bouger
    And we're stayin' alive, stayin' alive.
    Et nous nous remuons, nous nous remuons
    Ah, ha, ha, ha, stayin' alive, stayin' alive.
    Ah, ha, ha, ha, nous remuant, nous remuant
    Ah, ha, ha, ha, stayin' alive.
    Ah, ha, ha, ha, nous remuant.

    Well now, I get low and I get high,
    Bon maintenant, je déprime et je plane
    And if I can't get either, I really try.
    Et si je n' arrive à rien de tout ça, je fais vraiment de mon mieux
    Got the wings of heaven on my shoes.
    J'ai les ailes du paradis fixées à mes chaussures.
    I'm a dancin' man and I just can't lose.
    Je suis un danseur et je ne peux simplement pas perdre.
    You know it's all right. It's OK.
    Tu sais que tout va bien. C'est bon.
    I'll live to see another day.
    Je vivrai assez longtemps pour voir demain
    We can try to understand
    Nous pouvons essayer de comprendre
    The New York Times' effect on man.
    L'effet du New York Times sur l'homme.

    [Chorus]
    [Refrain]

    Life goin' nowhere. Somebody help me.
    La vie ne mène nulle part. Que quelqu'un me vienne en aide
    Somebody help me, yeah.
    Que quelqu'un me vienne en aide, ouais
    Life goin' nowhere. Somebody help me.
    La vie ne mène nulle part. Que quelqu'un me vienne en aide
    Somebody help me, yeah. Stayin' alive.
    Que quelqu'un me vienne en aide, ouais pour que je reste à me remuer(3)

    [First Verse]
    [Premier Couplet]

    [Chorus]
    [Refrain]

    Life goin' nowhere. Somebody help me.
    La vie ne mène nulle part. Que quelqu'un me vienne en aide
    Somebody help me, yeah.
    Que quelqu'un me vienne en aide, ouais.
    Life goin' nowhere. Somebody help me, yeah.
    La vie ne mène nulle part. Que quelqu'un me vienne en aide, ouais
    I'm stayin' alive.
    Je me remue

    (1) littéralement regarder de l'autre côté

    (2) quotidien américain sérieux( comme le Monde en France)

    (3) littéralement à rester vivant ( tout le long de la chanson il y a le double sens pour alive de vivant et remuant

     


    votre commentaire
  •  

    DSC05929.JPG

     

    Poésie récitée par Malo, une petite nièce de 8 ans

     

    L’automne

    On voit tout le temps, en automne,
    Quelque chose qui vous étonne,
    C’est une branche, tout à coup,
    Qui s’effeuille dans votre cou.

    C’est un petit arbre tout rouge,
    Un, d’une autre couleur encor,
    Et puis, partout, ces feuilles d’or
    Qui tombent sans que rien ne bouge.

    Nous aimons bien cette saison,
    Mais la nuit si tôt va descendre !
    Retournons vite à la maison
    Rôtir nos marrons dans la cendre.

    Lucie Delarue-Mardrus

     

    Trouvée ici

     



    7 commentaires
  •  

    France,
    Je suis né plus loin, beaucoup plus loin qu'on pense.
    C'est à Saïgon que j'ai eu mon enfance
    Et ma mère, là-bas, le disait doucement,
    Le mot France,
    Le mot France.

    France,
    Le temps s'est enfui mais je le sais depuis :
    Il suffit d'être loin ou seulement d'être seul
    Pour avoir le cœur serré quand on entend
    Le mot France,
    Le mot France.

    France,
    Elle était institutrice, et, au lycée,
    On a rencontré ces mots dans nos dictées.
    Ecrivez maison, justice et liberté,
    Espérance,
     

    Il y avait
    Il y avait aussi, plus tard, je l'ai appris,
    Et révolutions et passions et violences
    Et misères et flammes et guerres et drames
    Mais France,
    C'était les rivières et mes montagnes bleues.
    C'était les clairières et les enfants heureux,
    Des châteaux, des blés, des champs, des roses,
    Tant de choses, en France.

    France,
    Le temps s'est enfui mais je le sais depuis :
    Il suffit d'être loin ou seulement d'être seul
    Pour avoir le cœur serré quand on entend
    Le mot France,
    Le mot France,
    France.

     


    2 commentaires
  •  

    17 mai 2010. Bon souvenir

    16 commentaires
  • http://3.bp.blogspot.com/-YWP3nC7d6qI/URYvfDS0fVI/AAAAAAAAAf0/rck8XA-9icQ/s200/des+mots+des+mots+des+mots.jpg

     

    De lien en lien:

    Je passe chez Lise. Elle a un commentaire de Michèle. Je passe donc chez Michèle, je feuillette et j'ai envie d'écouter cette vidéo. Je tente de retrouver le texte et j'arrive chez La Lettrine. Je vous livre ce magnifique texte.

     

    D'ailleurs, je vais l'apprendre. J'ai remarqué que j'avais moins de mémoire, voilà une belle façon d'y remédier. Et d'ailleurs au moment d'un repas, à l'heure du café, c'est toujours bien d'entendre quelqu'un dire un beau texte. Ça rend le monde autrement.


     

     

    « Pour écrire un seul vers, il faut avoir vu beaucoup de villes, d’hommes et de choses, il faut connaître les animaux, il faut sentir comment volent les oiseaux et savoir quel mouvement font les petites fleurs en s’ouvrant le matin. Il faut pouvoir repenser à des chemins dans des régions inconnues, à des rencontres inattendues, à des départs que l’on voyait longtemps approcher, à des jours d’enfance dont le mystère ne s’est pas encore éclairci, à ses parents qu’il fallait qu’on froissât lorsqu’ils vous apportaient une joie et qu’on ne la comprenait pas (c’était une joie faite pour un autre), à des maladies d’enfance qui commençaient si singulièrement, par tant de profondes et graves transformations, à des jours passés dans des chambres calmes et contenues, à des matins au bord de la mer, à la mer elle-même, à des mers, à des nuits de voyage qui frémissaient très haut et volaient avec toutes les étoiles – et il ne suffit même pas de savoir penser à tout cela. Il faut avoir des souvenirs de beaucoup de nuits d’amour, dont aucune ne ressemblait à l’autre, de cris de femmes hurlant en mal d’enfant, et de légères, de blanches, de dormantes accouchées qui se refermaient. Il faut encore avoir été auprès de mourants, être resté assis auprès de morts, dans la chambre, avec la fenêtre ouverte et les bruits qui venaient par à-coups. Et il ne suffit même pas d’avoir des souvenirs. Il faut savoir les oublier quand ils sont nombreux, et il faut avoir la grande patience d’attendre qu’ils reviennent. Car les souvenirs ne sont pas encore cela. Ce n’est que lorsqu’ils deviennent en nous sang, regard, geste, lorsqu’ils n’ont plus de nom et ne se distinguent plus de nous, ce n’est qu’alors qu’il peut arriver qu’en une heure très rare, du milieu d’eux, se lève le premier mot d’un vers. »


    4 commentaires
  •  

     

     

    Même si je prends la peine
    Chimène, de t'écrire chaque semaine
    Même avec la peine
    Si tu m'aime un peu quand même

    Même si je t'emmène
    Chimène, si je t'aime un peu quand même
    Même avec de la peine
    Il faudrait que tu comprennes

    Aux amours bien nés
    Chimène le bonheur n'attend pas
    Le nombre des années
    Chimène comprends-tu ça?

    Même sans que ça nous mène
    Chimène, du désespoir à la peine
    Même Chimène si tu m'aimes
    Il faut que tu te souviennes

    Même si je t'emmène
    Chimène, si je t'aime un peu quand même
    Même avec de la peine
    Il faudrait que tu comprennes

    Aux amours bien nés
    Chimène le bonheur n'attend pas
    Le nombre des années
    Chimène comprends-tu ça?

    La la la...

     

     

     

     

     

    L'un des grands inconnus de la pop française, devenu l'un de ses grands oubliés. On sait bien peu de choses de René Joly. Natif du nord de la France, il débute à la batterie,  descend à Paris pour tenter sa chance, enregistre un disque avec Manset et connaît le succès avec  « Chimène ». Se succèdent ensuite encore quelques simples remarquables marquant pourtant la fin d'une collaboration éminemment fructueuse. Ensuite, il croise la route d'Etienne Roda Gil  et créent ensemble L'enfant qui de temps en temps ne voulait plus être un enfant. L'album ne rencontre pas de succès, débute alors un parcours du combattant pour tenter de revenir sur le devant de la scène. Il participe à l’aventure de Starmania, interprétant le rôle de Roger-Roger. Et c’est de nouveau une éclipse jalonnée de simples oubliables tels que "Saravah" en 1983 (signé Barbelivien). Depuis, de déconvenue en déconvenue, celui qui chantait "Chimène" ne parvient plus à attirer de nouveau vers lui les yeux du public.

     

    Chimène (1970)

     

    Chimène / Château de craie / L'amour fut doux / Princesse / Les yeux d'Elia / L'amour vivant / Sombre fortune / L'or / Le parfum d'un fleur

     

     

     

     À la première écoute, l’auditeur ne peut qu’être dérouté, tant cet album se situe en marge de la production française. Dire que le disque est original est un euphémisme. C'est en effet, une expérience sans équivalent laissant l’impression tenace d’être entre présence tout à la fois  d’un album musicalement trop daté et comme situé hors du temps.

     

    Le disque opère une distanciation subtile en même temps qu’il est doué d’un pouvoir d’envoûtement grâce à cette voix de tête si particulière, cette façon de chanter qui n’appartient qu’à lui. Et puis surtout, il y a ces compositions étonnantes aux climats si étranges qui tiennent tout à la fois de la  féerie (« Le château de craie ») et du mauvais rêve (« Le parfum d’une fleur »). Les arrangements originaux et somptueux tout en délicatesse, se refusent aux effets faciles et au clinquant. Les paroles sont à la mesure de l’écrin sonore façonné par Manset, subtiles et entêtantes souvent oniriques, comme exhumées du fond des âges.

     

    Ce disque de Joly à la couleur bien particulière est un joyau aux subtiles nuances, porté par une voix aisément reconnaissable même lorsqu’elle est maquillée sur « Chimène » d’un flanger du meilleur effet. Ce titre sera d'ailleurs le seul tube de l’album et le premier morceau à utiliser la technique du phasing née des expérimentations de Bernard Estardy (ingénieur du son) et Gérard Manset.

     

    Joly nous transporte dans son univers oniriques, ses climats d’automnes mordorés, ses paysages peuplés de princesse (« Princesse ») de châteaux enfouis au fond des forêts (« Château de craie »), de jeunes femmes évanescentes et mystérieuse (« Les yeux d’Elia »), évoquant des souvenirs amers d’amours perdus (« L’amour fut doux », « L’amour vivant »), de destinée fatale (« Sombre fortune ») et d’amitiés gâchées (« L’or »), le tout soutenu par des orchestrations aériennes où les violons omniprésents s’entremêlent au piano, aux flûtes et aux guitares acoustiques créant une atmosphère unique et inoubliable. Difficile de ne pas succomber aux effluves ensorceleuses de ce disque sans équivalent.

     

     

    Source

     

     

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique